Samedi-sciences (194): chaleur record en 2015, année climatique

Ce n’est pas encore officiel, mais devrait l’être dans les jours prochains : 2015 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée, sur la base des mesures relevées depuis 1880.

Chaleur inhabituelle à Paris, le 5 juin 2015 © Reuters Chaleur inhabituelle à Paris, le 5 juin 2015 © Reuters

Ce n’est pas encore officiel, mais devrait l’être dans les jours prochains : 2015 aura été l’année la plus chaude jamais enregistrée, sur la base des mesures relevées depuis 1880. La température moyenne de surface de la Terre, prise sur les onze premiers mois de 2015, a été supérieure de 0,87 °C à la moyenne du XXème siècle, d’après les calculs de la NOAA, l’agence météorologique des États-Unis. Comparée à 1880, qui était légèrement en-dessous de la moyenne du XXème siècle (de 0,13° C), la moyenne de la période de janvier à novembre 2015 atteint donc tout juste le seuil symbolique de 1 °C au-dessus de la température globale au début de l’ère industrielle.

Il faut attendre d’avoir intégré le mois de décembre dans le calcul pour savoir ce qu’il en est pour l’année toute entière, mais il est très probable que 2015 a été la première année à franchir ce seuil de 1 °C  au-dessus de la moyenne pré-industrielle. Au minimum, elle en a été très proche.

Neuf des onze premiers mois de 2015 ont battu le record de chaleur du mois correspondant depuis 1880. Si l’on se limite au mois de novembre, il a nettement dépassé ce seuil, selon la NOAA : la température globale pour novembre 2015 a été la plus élevée pour le onzième mois de l’année depuis 136 ans, atteignant 0,97 °C au-dessus de la moyenne du XXème siècle pour novembre, qui est de 12,9 °C à l’échelle de la planète ; d’après les statistiques de la Nasa, novembre 2015 a été plus chaud de 1,05 °C que la moyenne du même mois sur la période 1951-1980 ; et il a dépassé de 1,23 °C le mois de novembre 1880.

Octobre a été tout aussi hors norme, avec un écart de 0,99 °C au-dessus de la moyenne du XXème siècle, de 1,06 °C au-dessus de la moyenne 1951-1986, et de 1,26 °C au-dessus d’octobre 1880.

L’année la plus froide enregistrée depuis 1880 a été 1907. La moyenne planétaire de novembre 2015 a dépassé celle de novembre 1907 de près de un degré et demi (1,47 °C). Autant dire qu’à l’échelle mensuelle, le réchauffement est déjà proche de la limite de 1,5 °C au-dessus de la température pré-industrielle, et s’approche de la limite des 2 °C fixée par la COP 21 dans l’accord de Paris.

Si l’on compare 2015 aux années précédentes, pour la période de janvier à novembre, elle se situe très nettement au-dessus des six années les plus chaudes jusqu’ici : 2014, 2010, 2013, 2005, 2009 et 1998 (par ordre de températures décroissantes, voir le schéma ci-dessous). Selon une estimation de l’Organisation météorologique mondiale, la température globale moyenne de janvier à octobre 2015 a été d’environ 0,73 °C au-dessus de la moyenne de 1961 à 1990 égale à 14° C, et approximativement de 1 °C au-dessus de la période pré-industrielle.

Ecart de température mois par mois avec la moyenne du XXème siècle, pour 2015 et les six autres années les plus chaudes © NOAA Ecart de température mois par mois avec la moyenne du XXème siècle, pour 2015 et les six autres années les plus chaudes © NOAA

D’après les calculs de la NOAA, analysés par le Washington Post, pour que 2015 ne soit pas l’année la plus chaude depuis le début des mesures, il faudrait que son mois de décembre ait été le plus glacial de l’histoire et soit de loin le plus froid depuis 1880, ce qui est d’ores et déjà exclu par les mesures régionales dont on dispose.

Celles-ci ne sont pas homogènes sur toute la planète, mais la tendance au chaud est très nette. En France, le Noël 2015 n’a été que le deuxième plus chaud de l’histoire après 1997, et l’année dans son ensemble ne devrait venir qu’au quatrième ou troisième rang des années les plus chaudes depuis 1900, d’après Météo-France. À Londres, les températures de décembre ont été plus chaudes qu’en juillet, rapporte The Guardian. À Singapour, la National Environment Agency indique que la moyenne mensuelle de température ainsi que les maximums moyens pour décembre ont été en 2015 les plus chauds depuis 1997 : respectivement 27,8 °C et 31,6 °C, contre 27,3 et 31,3 ° C en décembre 1997 (d’après Channel News Asia). Décembre 2015 a été chaud en Amérique du nord, en Russie, en Chine, en Australie. 

Evolution de la température globale annuelle depuis 1880, le niveau 0 correspond à la moyenne du XXème siècle ( © NOAA/Washington Post Evolution de la température globale annuelle depuis 1880, le niveau 0 correspond à la moyenne du XXème siècle ( © NOAA/Washington Post

L’Arctique est probablement la région du monde qui s’est le plus réchauffée en 2015. La température moyenne de l’air a été 1,3 °C au-dessus de la moyenne 1981-2000, et la plus haute depuis le début des mesures modernes en 1900. Dans certaines zones de la région glaciaire, la température a dépasse 3 °C au-dessus de la moyenne. Ce record a été accompagné d’une diminution de la glace : l’océan arctique a atteint son pic de couverture en 25 février, et le minimum touché le 11 septembre a été le quatrième plus petit. Plus de 50% de l’énorme calotte glaciaire du Groenland a fondu en 2015, et 22 des 45 plus grands glaciers sont en train de rétrécir.

D’après la Noaa, le réchauffement en Arctique est deux fois plus rapide que n’importe où ailleurs dans le monde, et s’élève à 2,9 °C au cours du siècle passé, principalement  du fait des gaz à effet de serre. Si la Terre se réchauffe de 2 °C, le thermomètre s’élèvera de 4 à 5 °C en Arctique, rapporte The Guardian.

Au total, la période 2011-15 s’avère la plus chaude période de cinq ans jamais enregistrée, selon l’analyse de l’Organisation météorologique mondiale. Les scientifiques estiment que le puissant El-Niño de cette année a contribué aux records de 2015, pour environ un quart. Les trois autres quarts sont attribuables au réchauffement climatique dû à l’activité humaine.

Et cela va continuer : d’après les prévisions du Met Office, la météo nationale britannique, l’année 2016 devrait être encore plus chaude que 2015. Le Met Office prévoit que la température globale moyenne pour 2016 sera de 0,84 °C au-dessus de la moyenne 1961-1990 de 14 °C, soit un peu plus d’un dixième de degré au-dessus de 2015, et environ 1,10 °C au-dessus de la moyenne préindustrielle.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.