Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2014

Samedi-sciences (154): faut-il donner des droits humains aux chimpanzés ?

Une cour d’appel de New York a rejeté, le 4 décembre, le demande d’un groupe de défense des animaux, le NhRP – Nonhuman rights project ou Projet pour les droits non humains – qui visait à faire « libérer » un chimpanzé du nom de Tommy, qui vit en captivité chez des propriétaires privés à Gloversville, dans l’état de New York.

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une cour d’appel de New York a rejeté, le 4 décembre, le demande d’un groupe de défense des animaux, le NhRPNonhuman rights project ou Projet pour les droits non humains – qui visait à faire « libérer » un chimpanzé du nom de Tommy, qui vit en captivité chez des propriétaires privés à Gloversville, dans l’état de New York.

Le chimpanzé Koko dans sa cage au zoo de Skopje en Macédoine, en 2007; faut-il lui attribuer des droits humains ? © Reuters/Ognen Teofilovski

L’action lancée par le NhRP reposait sur une ordonnance d’habeas corpus, procédure d’origine anglaise qui remonte au Moyen Âge, et dont le principe est de permettre à une personne détenue d’être représentée devant un tribunal. Le groupe estime que l’on doit attribuer aux chimpanzés une personnalité juridique et qu’ils ont les mêmes droits que les humains, et doivent donc bénéficier de l’habeas corpus. Le NhRP soutient que les animaux évolués comme les chimpanzés et les dauphins ont un tel degré de conscience que les maintenir en captivité revient à une forme d’esclavage.

La cour d’appel de New York ne conteste pas le caractère évolué des chimpanzés mais estime que, bien que « cognitivement complexes », ils ne peuvent bénéficier du même statut juridique que les êtres humains. « (Nous) concluons qu’un chimpanzé n’est pas une “personne” justifiable des droits et protections garantis par une ordonnance d’habeas corpus », écrivent les juges dans leur décision. La cour considère que seuls les humains ont des droits parce qu’ils sont aussi les seuls à être tenus légalement responsables de leurs actions. « De notre point de vue, c’est l’incapacité à assumer une reponsabilité légale et des devoirs sociaux qui rend inapproprié l’attribution aux chimpanzés des droits… qui ont été accordés aux êtres humains ».

Pour le tribunal, l’approche correcte n’est pas de faire du chimpanzé l’égal juridique de l’être humain, mais d’améliorer les lois visant à protéger les animaux de sorte qu’ils ne puissent pas être maltraités ou subir une situation douloureuse pour eux. Le NhRP conteste ce point de vue juridique et estime que « la loi commune doit changer à la lumière de nouvelles découvertes scientifiques », et que la conception de ce qui est vrai ou faux doit évoluer (lire la décision de la cour et une présentation sur le site de la revue Science).

La discussion n’est certainement pas close. Fondé en 2007 par un juriste, Steven Wise, le NhRP rassemble une soixantaine d’avocats et d’experts, et bénéficie du soutien de scientifiques, au premier rang desquels Jane Goodall, l’une des plus grandes spécialistes de l’étude des chimpanzés sauvages, mondialement connue. En 2013, le groupe a lancé des actions visant à faire libérer quatre chimpanzés : Tommy déjà mentionné, Kiko, qui est également détenu par des propriétaires privés, et deux autres, Hercules et Leo, qui vivent dans un laboratoire de l’université Stony Brook (Long Island, état de New York) et sont étudiés notamment pour comprendre l’origine de la marche bipède.

L’année dernière, des tribunaux ont rejeté les demandes du NhRP, qui a fait appel pour les quatre cas. Le premier appel, concernant Tommy, a fait l’objet d’une audience en octobre et de la décision du 4 décembre. On attend donc les autres décisions.

Sur le fond, la position du NhRP soulève de multiples problèmes : si l’on donne des droits aux animaux, faut-il s’en tenir aux chimpanzés, nos plus proches parents biologiques ? Ou bien faudrait-il étendre ces droits à d’autres espèces, ce qui semble être l’intention du NhRP ? L’élevage de bovins ou de moutons sera-t-il un jpur considéré comme un équivalent de l’esclavage ?

Pour Richard Cupp, professeur de droit à l’université Pepperdine de Malibu, en Californie, la bonne approche n’est pas de donner des droits aux animaux mais d’améliorer les lois qui les protègent. « Si un chimpanzé blesse quelqu’un, il ne devrait pas faire l’objet d’un procès criminel ni d’une punition, écrit Cupp dans un mail adressé à Science. Bien que ce soit notre devoir moral de pendre grand soin d’eux, les notion de droits et de responsabilité morale ne conviennent pas aux chimpanzés ».

De son côté, l’anatomiste Susan Larson, qui étudie les deux chimpanzés de l’université Stony Brook, a dit à Science qu’elle était « choquée » des poursuites lancées par le NhRP. Les chimpanzés dont elle s’occupe vivent dans un espace de trois pièces et ont un autre espace où ils peuvent grimper et se suspendre. Ils ne sont pas maltraités. Et leur étude se justifie dans la mesure où il s’agit d’une espèce menacée. Pour Susan Larson, l’action des défenseurs des animaux « compromet notre capacité à étudier (les chimpanzés) avant qu’ils ne s’éteignent ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés