Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 févr. 2015

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Samedi-sciences(161): les chimpanzés peuvent prendre l'accent écossais

 Comment dit-on « pomme » en langage chimpanzé ? Selon Katie Slocombe, spécialiste de la communication vocale chez ces grands singes, ils désignent différents aliments par des grognements spécifiques, d’une manière assez similaire à celle dont nous utilisons les mots d’une langue. Mieux, un groupe de chimpanzés qui utilise un certain grognement pour dire « pomme » peut, au cours du temps, modifier ce son

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Comment dit-on « pomme » en langage chimpanzé ? Selon Katie Slocombe, spécialiste de la communication vocale chez ces grands singes, ils désignent différents aliments par des grognements spécifiques, d’une manière assez similaire à celle dont nous utilisons les mots d’une langue. Mieux, un groupe de chimpanzés qui utilise un certain grognement pour dire « pomme » peut, au cours du temps, modifier ce son pour le faire ressembler à celui choisi par un autre groupe avec lequel il est en contact. Un peu comme des immigrants apprennent à utiliser la langue de leur nouveau pays.

Katie Slocombe et ses collègues de l’université d’York (Royaume-Uni) ont fait cette étonnante découverte en suivant deux groupes de chimpanzés captifs. Le premier était formé de six animaux vivant au zoo d’Édimbourg, en Écosse. En 2010, sept nouveaux chimpanzés, venus d’un parc néerlandais, ont été transférés dans le zoo écossais. Les chercheurs ont enregistrés leurs vocalises. Lorsqu’on leur distribuait des pommes, les sept nouveaux venus émettaient des sons aigus et puissants. Mais leurs congénères déjà installés dans le zoo d’Édimbourg usaient, eux, d’un son plus grave et moins fort. Or, trois ans après, Slocombe et ses collègues ont constaté que les immigrants avaient changé leur grognement de telle manière qu’il ressemblait à celui des « Écossais ».

Les chercheurs ont fait une analyse acoustique pour vérifier la convergence des sons utilisés par les deux groupes de chimpanzés, mais il suffit d’écouter leurs cris pour réaliser la différence, comme le montrent les enregistrements ci-dessous.

« Il est assez facile de percevoir la différence entre les appels des deux groupes associés aux pommes en 2010, et de réaliser qu’en 2013 les “Hollandais” ont changé leurs cris en les rendant plus proches de ceux des chimpanzés d’Edimbourg », dit Stuart Watson, un des chercheurs de l’équipe d’York. Slocombe et ses collègues ont aussi constaté que le changement n’était pas corrélé aux préférences individuelles des chimpanzés pour les pommes : c’est l’ensemble du groupe « immigrant » qui s’est mis à prendre « l’accent écossais » à mesure que les deux groupes se sont mieux connus.

Une telle flexibilité dans l’expression vocale des chimpanzés est remarquable, et montre qu’il y a moins de différences qu’on le pensait entre le langage humain et la communication des grands singes. Des observations réalisées sur le terrain, notamment sur un groupe étudié en Côte d’Ivoire par le primatologue Christophe Boesch, avaient déjà fait apparaître une certaine capacité d’imitation vocale chez les chimpanzés sauvages. Par exemple, un mâle peut imiter l’appel spécifique d’un autre, au point de se faire passer pour lui tant qu’on ne le voit pas. Mais dans ce cas, il s’agissait de chimpanzés vivant ensemble depuis longtemps. L’observation de chimpanzés prenant un « accent étranger » pour imiter un autre groupe que le leur est apparemment une première. L’étude de la communication des chimpanzés réserve sans doute encore de nombreuses surprises et montre que, si l’homme a poussé le langage plus loin que ses cousins, ses aptitudes linguistiques font partie d’un héritage évolutif antérieur à notre espèce.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey