Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Journaliste à Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2015

Samedi-sciences (189): un bébé leucémique soigné par « édition de gènes »

Au Royaume-Uni, une petite fille d’un an du nom de Layla Richards, atteinte d’une leucémie gravissime, est en rémission grâce à une nouvelle thérapie basée sur l’« édition de gènes », ou « édition génomique », une technologie qui est en train de révolutionner la biomédecine (voir samedi-sciences n°184 du 19 septembre 2015).

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Journaliste à Mediapart

Au Royaume-Uni, une petite fille d’un an du nom de Layla Richards, atteinte d’une leucémie gravissime, est en rémission grâce à une nouvelle thérapie basée sur l’« édition de gènes », ou « édition génomique », une technologie qui est en train de révolutionner la biomédecine (voir samedi-sciences n°184 du 19 septembre 2015). L’édition génomique permet de modifier des gènes de manière beaucoup plus précise que les techniques conventionnelles de génie génétique, en utilisant des enzymes un peu comme des ciseaux pour faire du « couper-coller » dans l’ADN.

La petite Layla Richards, soignée par "édition de gènes" © Sharon Lees/ Great Ormond Street Hospital

Ce sont des lymphocytes T modifiés par une technique d’édition génomique qui ont permis de traiter la leucémie de la petite Layla. Soignée au Great Ormond Street Hospital (GOSH), à Londres, par l’équipe de l’immunologue Waseem Qasim, la petite fille a bien réagi au traitement et a pu rentrer chez elle. S’il est trop tôt pour pouvoir assurer qu’elle est tirée d’affaire, son état est très encourageant et l’équipe du GOSH prépare un essai clinique sur plusieurs patients en 2016, d’après la revue britannique Nature.

Née en juin 2014, la petite Layla est tombée malade à trois mois et l’on a diagnostiqué une leucémie aigüe lymphoblastique. Dans cette forme de cancer qui touche surtout les enfants, les globules blancs se multiplient alors qu’ils ne sont pas au bout de leur développement, et ne remplissent plus leur fonction de défense immunitaire. Le traitement habituel consiste à supprimer les globules blancs leucémiques par un traitement anticancéreux, et à les renouveler ensuite en faisant une greffe de moelle.

Layla a reçu ce traitement au GOSH, mais sa leucémie, apparemment très sévère, et réapparue plusieurs semaines après la greffe de moelle. Devant l’échec du traitement habituel, les médecins du GOSH ont proposé aux parents du bébé de tenter une thérapie qui n’avait jusqu’ici été testée que sur des souris. L’équipe du GOSH a obtenu une autorisation spéciale pour réaliser ce traitement expérimental. Le traitement utilise des cellules modifiées, en l’occurrence des lymphocytes T provenant d’un donneur en bonne santé.

Ces lymphocytes T sont exposés à une enzyme appelé TALEN, selon un procédé développé par la société française Cellectis. L’enzyme modifie les gènes des cellules T de manière à leur donner deux nouvelles caractéristiques : d’une part, elles deviennent « invisibles » aux médicaments anticancéreux administrés pour traiter la leucémie ; d’autre part, elles sont « reprogrammées » pour attaquer de manière ciblée les cellules cancéreuses. Ces modifications transforment les cellules T en armes contre la leucémie.

Une solution d’un millilitre contenant des lymphocytes T ainsi modifiés a été injectée à la petite Layla. Au bout de quelques semaines, les médecins ont pu vérifier que le traitement avait fonctionné : le bébé n'avait plus de cellules leucémiques. Après deux mois sans cancer, Layla a reçu une nouvelle greffe de moelle de manière à restaurer son système immunitaire. Elle a ensuite récupéré pendant un mois, et a pu regagner le foyer familial.

Si l’enfant continue de bien se porter, il faudra vérifier que la thérapie fonctionne sur d’autres patients. L’équipe de Waseem Qasim prévoit de mener des essais cliniques complets, en partenariat avec Cellectis, à partir de l’année prochaine. Selon Qasim, si l’on peut reproduire un succès thérapeutique, cela représenterait un grand pas dans le traitement de la leucémie et potentiellement d’autres cancers.

L’année dernière, un procédé d’édition génomique a été utilisé pour traiter des patients infectés par le VIH en Californie. Les premiers résultats ont été positifs, la moitié des douze patients ayant pu arrêter de prendre leur traitement antiviral. Une autre tentative, encore au stade de l’expérimentation en laboratoire, vise à traiter une forme d’hémophilie. Plus généralement, de nombreux spécialistes estime que la thérapie génique, qui n’a pas jusqu’ici répondu aux attentes de la biomédecine, pourrait être relancée dans les prochaines années par les techniques d’édition de gènes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours