Samedi-sciences (221): la biodiversité est bonne pour l'économie !

La biodiversité des forêts mondiales – la présence de nombreuses espèces d’arbres différentes – n’est pas seulement une richesse de la nature : c’est une richesse tout court, au sens économique.

La biodiversité des forêts mondiales – la présence de nombreuses espèces d’arbres différentes – n’est pas seulement une richesse de la nature : c’est une richesse tout court, au sens économique.

Les données de 777.126 sites forestiers dans le monde montre que la biodiversité favorise la productivité des forêts © Global Forest Biodiversity Initiative Les données de 777.126 sites forestiers dans le monde montre que la biodiversité favorise la productivité des forêts © Global Forest Biodiversity Initiative

C’est ce que démontre une étude d’une ampleur sans précédent menée par un groupe international de plus de 80 chercheurs de 44 pays des cinq continents. Cette étude, publiée le 14 octobre dans la revue américaine Science, a été dirigée par Jingjing Liang de l’université de Virginie-Occidentale, Peter Reich de l’université du Minnesota et Thomas Crowther de l’Institut d’écologie des Pays-Bas.

La biodiversité des forêts, et des écosystèmes en général, augmente leur productivité. Dans les forêts où coexistent de nombreuses essences différentes, les arbres poussent plus vite et deviennent plus grands que dans celles où il y a peu d’espèces. Plus riche en espèces signifie donc aussi plus riche tout court. Mais jusqu’ici, on n’avait pas cherché à chiffrer précisément les avantages économiques de la biodiversité.

C’est ce qu’a fait le groupe international de chercheurs, en s’appuyant sur un inventaire forestier considérable de données de terrain provenant de 777.126 lieux répartis un peu partout sur la planète. Ces sites contiennent en tout plus de 30 millions d’arbres appartenant à 8737 espèces différentes et représentant l’ensemble des « biomes » présents sur la Terre (un biome, ou écorégion, est un ensemble d’écosystèmes caractéristique d’une aire géographique).

Les scientifiques ont observé un schéma constant : la biodiversité favorise la productivité d’une forêt ; dans chaque région du monde, lorsqu’une forêt riche en essences différentes voisine avec une forêts plus pauvres en espèces, c’est la première qui est la plus productive. L’étude a permis d’estimer que la valeur économique de la biodiversité, pour les seules forêts commerciales, se chiffre entre 150 et 450 milliards d’euros par an. Un bénéfice économique qui est plus de vingt fois supérieur à ce qui est dépensé chaque année pour la conservation globale des espèce.

Il est assez logique que les forêts qui ont le plus de diversité soient aussi celles où les arbres poussent le mieux, comme l’explique la vidéo ci-dessous, conçue par l’un des co-auteurs de l’étude, Peter Reich. L’idée est simple : dans une forêt où tous les arbres sont de la même espèce, ils ont tous la même stratégie pour capter la lumière, les nutriments et l’eau, et ils finissent par se concurrencer ; au contraire, si les essences sont diverses, les arbres ont des tailles différentes, des surfaces de feuilles différentes, des angles différents par rapport aux rayons du soleil, et ainsi de suite. De sorte qu’ils utilisent les ressources en lumière, nutriments et eau de manière différente, se concurrencent moins et en fin de compte exploitent une plus grande partie des ressources disponibles.

 

Pourquoi la biodiversité est bonne pour l'économie © MinuteEarth

Ce raisonnement peut d’ailleurs s’étendre à de nombreux autres écosystèmes. Par exemple, dans les lacs et les rivières, s’il y a plus d’espèces d’insectes capables se nourrissent de toxines, ils pourront nettoyer plus de polluants différents et alléger la facture considérable de l’assainissement de l’eau.

Pour les cultures, l’avantage de la biodiversité est aussi considérable : elle permet par exemple la coexistence de pollinisateurs d’espèces variées qui travailleront à des moments différents de la journée et aideront par exemple à garantir que les arbres fruitiers auront des fruits, ce qui sera aussi une source de bénéfice économique.

Bien sûr, il n’est pas possible de chiffrer systématiquement tous les bénéfices de la biodiversité. Et la valeur de la nature ne se mesure pas en termes de revenu financier. Mais l’étude de Science démontre que la biodiversité n’est pas seulement une richesse naturelle, c’est un paramètre clé de l’économie des espaces naturels, qu’il faut prendre en considération dans les stratégies de protection et de conservation de l’environnement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.