Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2015

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Samedi-sciences (172) : l’opah, premier poisson « à sang chaud »

Étonnante découverte zoologique : selon des chercheurs californiens, le lampris, ou opah, un grand poisson de forme ovale aux nageoires et à la queue orange, est endotherme, c’est-à-dire qu’il est capable de maintenir sa température corporelle au-dessus de celle de l’environnement, comme les mammifères ou les oiseaux. Autrement dit, c’est le premier poisson « à sang chaud » identifié par les ichtyologues.

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Étonnante découverte zoologique : selon des chercheurs californiens, le lampris, ou opah, un grand poisson de forme ovale aux nageoires et à la queue orange, est endotherme, c’est-à-dire qu’il est capable de maintenir sa température corporelle au-dessus de celle de l’environnement, comme les mammifères ou les oiseaux. Autrement dit, c’est le premier poisson « à sang chaud » identifié par les ichtyologues.

Également appelé poisson lune au Québec (mais pas en France ou cette expression désigne la môle), le lampris (Lampris guttatus), mesure en moyenne 1 mètre de long et pèse une quarantaine de kilos, mais certains spécimens atteignent 2 mètres de long. Il vit dans les profondeurs moyennes (50 à 300 mètres sous la surface) de tous les océans de la planète, où il chasse d’autres poissons ou des calamars, dans des eaux à 10° C ou plus froides.

L’endothermie n’est pas totalement inédite chez les poissons : les thons ou certaines espèces de requins peuvent élever la température de leurs muscles lorsqu’ils chassent. Mais l’endothermie de ces prédateurs redoutables se limite  aux muscles locomoteurs ; le reste de leur corps, y compris des organes vitaux comme le cœur, restent à la température de l’eau ambiante. L’opah, lui, est le seul poisson chez qui l’on ait observé une endothermie du corps tout entier.

Le phénomène a été découvert fortuitement en Californie par des biologistes marins, raconte la revue Science qui publie leur article. Au départ, Owyn Snodgrass, qui travaille pour les pêcheries marines de la NOAA (organisme national américain de météorologie), à San Diego, a attrapé un opah au large de la côte californienne. Il a donné les branchies du poisson Nicholas Wegner, spécialisé dans la physiologie des poisson. Quand ce dernier a examiné, quelques mois plus tard, les branchies, qui avaient été gardées dans un liquide de préservation, il a tout de suite remarqué une singularité : les branchies de l’opah présentaient un système complexe de fins vaisseaux sanguins, formé d’artères et de veines assemblés en un réseau dense.

Un tel réseau, que l’on appelle rete mirabile (filet admirable, en latin), a été observé chez d’autres espèces chez lesquelles il joue le rôle d’un échangeur de chaleur. Le principe est que le sang veineux provenant des parties chaudes du corps transfère sa chaleur au sang artériel froid qui arrive des zones en contact avec l’eau, en particulier les branchies. C’est grâce à un système analogue que les oiseaux aquatiques, par exemple, réduisent la perte de chaleur lorsqu’ils ont les pieds dans l’eau froide. Chez les thons ou les requins, ces réseaux vasculaires existent, mais seulement autour de certains muscles, tandis que le cœur et la plupart des autres tissus restent à la température de l’eau. 

L’opah est le premier poisson chez lequel on a observé un rete mirabile autour des branchies. Il est enveloppé dans une couche de graisse qui joue sans doute le rôle d’isolant. Ce réseau permet donc de maintenir une température supérieure à celle de l’eau dans la zone du corps la plus exposée au refroidissement et donc, en principe, de conserver le corps entier à une température stable.

C’est du moins ce qu’ont supposé les deux biologistes marins, Nicholas Wegner et Owyn Snodgrass. Pour vérifier leur hypothèse, ils ont entrepris avec des collègues de mesurer la température corporelle de l’opah en action dans les eaux océaniques. L’opah nage en agitant continuellement ses nageoires pectorales, et chasse le plus souvent à une profondeur de 50 à 200 mètres sous la surface, dans une eau à 10° C ou plus froide.

Wegner, Snodgrass et leurs collègues ont mesuré la température corporelle d’opahs fraîchement capturés. Elle est en moyenne supérieure de 5° C à celle de l’eau où évoluaient les poissons juste avant d’être attrapés. Les chercheurs ont aussi mesuré la température musculaire d’un opah vivant, après avoir implanté un capteur dans ses muscles pectoraux et l’avoir replacé dans l’eau. Ils ont observé que même après avoir plongé dans une eau à 4° C, le poisson était capable de conserver ses muscles à une température de 13-14 ° C.

Selon les chercheurs, l’opah produit de la chaleur par le battement continu de ses nageoires pectorales, et minimise les pertes de calories grâce aux échangeurs thermiques de ses branchies. Ce système, qui lui donne une endothermie plus complète que celles des thons ou des requins, constitue une adaptation au milieu grâce à laquelle le poisson peut plonger dans des eaux profondes et froides en conservant une activité physiologique élevée. D’après Wegner, l’endothermie permettrait à l’opah d’être un prédateur actif et rapide. Par ses performances, il se rapprocherait plus des thons et des requins que d’autres poissons de son ordre, qui se contentent de chasser en embuscade.

Il reste de nombreuses inconnues quant au comportement de ce poisson difficile à observer. Mais la découverte de son endothermie et de la présence d’espèces apparentées dans des régions froides, notamment dans l’océan Austral, donne à penser que l’opah, qui avait bien caché son jeu, n’est pas le père tranquille que suggère son allure toute en rondeurs.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze