Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2015

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Samedi-sciences (172) : l’opah, premier poisson « à sang chaud »

Étonnante découverte zoologique : selon des chercheurs californiens, le lampris, ou opah, un grand poisson de forme ovale aux nageoires et à la queue orange, est endotherme, c’est-à-dire qu’il est capable de maintenir sa température corporelle au-dessus de celle de l’environnement, comme les mammifères ou les oiseaux. Autrement dit, c’est le premier poisson « à sang chaud » identifié par les ichtyologues.

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Étonnante découverte zoologique : selon des chercheurs californiens, le lampris, ou opah, un grand poisson de forme ovale aux nageoires et à la queue orange, est endotherme, c’est-à-dire qu’il est capable de maintenir sa température corporelle au-dessus de celle de l’environnement, comme les mammifères ou les oiseaux. Autrement dit, c’est le premier poisson « à sang chaud » identifié par les ichtyologues.

Également appelé poisson lune au Québec (mais pas en France ou cette expression désigne la môle), le lampris (Lampris guttatus), mesure en moyenne 1 mètre de long et pèse une quarantaine de kilos, mais certains spécimens atteignent 2 mètres de long. Il vit dans les profondeurs moyennes (50 à 300 mètres sous la surface) de tous les océans de la planète, où il chasse d’autres poissons ou des calamars, dans des eaux à 10° C ou plus froides.

L’endothermie n’est pas totalement inédite chez les poissons : les thons ou certaines espèces de requins peuvent élever la température de leurs muscles lorsqu’ils chassent. Mais l’endothermie de ces prédateurs redoutables se limite  aux muscles locomoteurs ; le reste de leur corps, y compris des organes vitaux comme le cœur, restent à la température de l’eau ambiante. L’opah, lui, est le seul poisson chez qui l’on ait observé une endothermie du corps tout entier.

Le phénomène a été découvert fortuitement en Californie par des biologistes marins, raconte la revue Science qui publie leur article. Au départ, Owyn Snodgrass, qui travaille pour les pêcheries marines de la NOAA (organisme national américain de météorologie), à San Diego, a attrapé un opah au large de la côte californienne. Il a donné les branchies du poisson Nicholas Wegner, spécialisé dans la physiologie des poisson. Quand ce dernier a examiné, quelques mois plus tard, les branchies, qui avaient été gardées dans un liquide de préservation, il a tout de suite remarqué une singularité : les branchies de l’opah présentaient un système complexe de fins vaisseaux sanguins, formé d’artères et de veines assemblés en un réseau dense.

Un tel réseau, que l’on appelle rete mirabile (filet admirable, en latin), a été observé chez d’autres espèces chez lesquelles il joue le rôle d’un échangeur de chaleur. Le principe est que le sang veineux provenant des parties chaudes du corps transfère sa chaleur au sang artériel froid qui arrive des zones en contact avec l’eau, en particulier les branchies. C’est grâce à un système analogue que les oiseaux aquatiques, par exemple, réduisent la perte de chaleur lorsqu’ils ont les pieds dans l’eau froide. Chez les thons ou les requins, ces réseaux vasculaires existent, mais seulement autour de certains muscles, tandis que le cœur et la plupart des autres tissus restent à la température de l’eau. 

L’opah est le premier poisson chez lequel on a observé un rete mirabile autour des branchies. Il est enveloppé dans une couche de graisse qui joue sans doute le rôle d’isolant. Ce réseau permet donc de maintenir une température supérieure à celle de l’eau dans la zone du corps la plus exposée au refroidissement et donc, en principe, de conserver le corps entier à une température stable.

C’est du moins ce qu’ont supposé les deux biologistes marins, Nicholas Wegner et Owyn Snodgrass. Pour vérifier leur hypothèse, ils ont entrepris avec des collègues de mesurer la température corporelle de l’opah en action dans les eaux océaniques. L’opah nage en agitant continuellement ses nageoires pectorales, et chasse le plus souvent à une profondeur de 50 à 200 mètres sous la surface, dans une eau à 10° C ou plus froide.

Wegner, Snodgrass et leurs collègues ont mesuré la température corporelle d’opahs fraîchement capturés. Elle est en moyenne supérieure de 5° C à celle de l’eau où évoluaient les poissons juste avant d’être attrapés. Les chercheurs ont aussi mesuré la température musculaire d’un opah vivant, après avoir implanté un capteur dans ses muscles pectoraux et l’avoir replacé dans l’eau. Ils ont observé que même après avoir plongé dans une eau à 4° C, le poisson était capable de conserver ses muscles à une température de 13-14 ° C.

Selon les chercheurs, l’opah produit de la chaleur par le battement continu de ses nageoires pectorales, et minimise les pertes de calories grâce aux échangeurs thermiques de ses branchies. Ce système, qui lui donne une endothermie plus complète que celles des thons ou des requins, constitue une adaptation au milieu grâce à laquelle le poisson peut plonger dans des eaux profondes et froides en conservant une activité physiologique élevée. D’après Wegner, l’endothermie permettrait à l’opah d’être un prédateur actif et rapide. Par ses performances, il se rapprocherait plus des thons et des requins que d’autres poissons de son ordre, qui se contentent de chasser en embuscade.

Il reste de nombreuses inconnues quant au comportement de ce poisson difficile à observer. Mais la découverte de son endothermie et de la présence d’espèces apparentées dans des régions froides, notamment dans l’océan Austral, donne à penser que l’opah, qui avait bien caché son jeu, n’est pas le père tranquille que suggère son allure toute en rondeurs.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens