Samedi-sciences (205): comment le Zika est entré au Brésil

Selon une équipe internationale de scientifiques, le Zika serait entré au Brésil en 2013, plus tôt qu'on ne le pensait, et aurait été introduit par des passagers aériens venus de Polynésie française ou d'Asie du sud-est.

Un employé municipal s'apprête à répandre de l'insecticide contre le Zika sur le sambodrome de Rio, en janvier 2016 © Reuters/Pilar Olivares Un employé municipal s'apprête à répandre de l'insecticide contre le Zika sur le sambodrome de Rio, en janvier 2016 © Reuters/Pilar Olivares

Le Zika n’a pas été introduit au Brésil par les fans de la Coupe du monde de football en juin 2014, ni par les participants aux championnats du monde de va’a – pirogue polynésienne – disputés à Rio en septembre de la même année. Une nouvelle analyse du génome du virus montre que le virus, détecté au nord-est du Brésil en mars 2015, est arrivé dans cette région entre mai et décembre 2013. Cette étude publiée dans Science le 24 mars 2016 suggère que le virus a probablement été introduit par des passagers aériens venus soit de Polynésie française, soit d’un pays d’Asie du sud-est.

L’étude, dirigée par Nuno Rodrigues Faria et Pedro Vasconcelos, du ministère de la santé brésilien a été réalisée par une équipe internationale de plus de cinquante chercheurs brésiliens, britanniques et nord-américains. Les chercheurs ont séquencé le génome complet de 7 échantillons de virus prélevés des patients brésiliens infectés par le Zika entre mars et novembre 2015. Quatre des patients ont eu une infection sans complication ; un échantillon a été prélevé sur un bébé né avec une microcéphalie, mort peu après sa naissance ; un autre sur un homme mort d’une encéphalite consécutive au Zika ; et le dernier d’un donneur de sang qui a eu une éruption provoquée par le virus.

Les chercheurs ont cherché si une mutation particulière pouvait expliquer les cas les plus graves, ou la progression rapide du virus sur le continent américain. Ils n’ont rien trouvé de tel. Le virus ne s’est pas transformé en arrivant au Brésil, où il a été détecté au printemps 2015.

On savait déjà que le virus qui a touché le Brésil était proche de la souche asiatique qui a causé en 2013-2014  la première épidémie importante de Zika, en Polynésie française. Pour mieux comprendre le parcours du Zika, les chercheurs ont comparé les génomes des échantillons brésiliens à ceux de patients de neuf autres pays, six touchés par l’actuelle épidémie sur le continent américain, un de Polynésie française, un des îles Cook et un de Thaïlande.

L’étude montre que les séquences les plus proches entre elles sont celles des échantillons américains ; la plus éloignée du virus brésilien est celle du virus trouvé sur un patient thaïlandais de 2013. Ces résultats sont cohérents avec la théorie la plus en vogue, selon laquelle le virus a été introduit une seule fois au Brésil, par un voyageur touché par l’épidémie de Polynésie française. Mais l’arrivée du Zika s’est produite en 2013, donc plus tôt qu’on ne le pensait. Si l’on veut absolument la relier à un événement sportif, on peut évoquer la Coupe des confédérations de football qui s’est déroulée en juin 2013 au Brésil, avec un match entre Tahiti et l’Uruguay (gagné par le second sur le score de 8-0) disputé à Recife.

Mais les chercheurs pensent que se focaliser sur l’épidémie polynésienne et les événements sportifs est un point de vue trop étroit : d’autres pays où le Zika est présent sont bien plus peuplés que la Polynésie française et envoient beaucoup plus de voyageurs au Brésil. En 2013, le nombre d’arrivées au Brésil de passagers aériens venant de régions touchées par le Zika est passé de 3500 à 5000 par mois. Et cette même année, plus de 1000 passagers par mois sont venus des Philippines au Brésil chaque mois de 2013, avec des nombres similaires pour l’Indonésie et la Thaïlande.

L’un des co-auteurs de l’étude, Oliver Pybus, de l’université d’Oxford, explique dans Science qu’il faudrait étudier les schémas de circulation du virus à une échelle plus large que celle d’événements isolés. Les parcours du Zika en Asie du sud-est n’ont pas encore été assez étudiés, et l’on n’a pas analysé d’échantillons des Philippines. Pour les chercheurs, il est plausible que le virus soit venu au Brésil directement d’un pays d’Asie du sud-est, sans passer par la Polynésie française.

Comprendre l’épidémie de Zika est d’autant plus important que les preuves continuent de s’accumuler démontrant que le virus cause des malformations cérébrales. Après les observations faites au Brésil, en Colombie, au Panama et en Polynésie française, un premier cas de microcéphalie lié au Zika a été confirmé en Martinique par la Cire (Cellule interrégionale d’épidémiologie) Antilles-Guyane et le ministère de la santé.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.