Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Journaliste à Mediapart

229 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2014

Samedi-sciences (145) : d’où vient l’eau de la Terre ?

Michel de Pracontal
Journaliste scientifique, j'ai travaillé à Science et Vie, à L'Evénement du Jeudi, et au Nouvel Observateur (de 1990 à 2009). Je suis aussi auteur de plusieurs livres dont le dernier, Kaluchua, vient de paraître au Seuil. Sur twitter: @MicheldePrac.
Journaliste à Mediapart
Représentation de la production d'eau dans un nuage interstellaire © Bill Saxton/NSF/AUI/NRAO

La présence d’eau sur notre planète est la principale clé de l’existence de la vie. Comprendre l’origine de cette eau est crucial pour estimer à quel degré les environnements favorables à la vie sont répandus dans l’univers. Selon une étude menée par des astronomes de l’université du Michigan, la moitié de l’eau de la Terre s’est formée avant la naissance du Soleil, dans le nuage de gaz et de poussières qui a été le précurseur du système solaire (l’étude est publiée le 26 septembre dans la revue Science, avec un article de présentation). C’est une bonne nouvelle pour ceux que passionnent la recherche d’une vie extraterrestre : en effet, si l’eau peut se former en grande quantité dans les nuages interstellaires, cela signifie qu’elle doit exister un peu partout dans l’univers.

Les systèmes planétaires naissent de nuages de gaz et de poussières qui se trouvent dans le milieu interstellaire. On sait que de l’eau peut se former dans ces nuages interstellaires. Mais peut-elle résister au dégagement de chaleur et de lumière qui accompagne l’apparition d’une nouvelle étoile ? L’eau que l’on retrouve aujourd’hui dans le système solaire était-elle présente avant le Soleil, ou a-t-elle été créée après la naissance de notre étoile ? Si son origine est antérieure à celle du Soleil, cela signifie que de très nombreux nuages interstellaires peuvent avoir généré de l’eau de la même façon. Mais si elle est apparue après, alors seuls les systèmes planétaires très semblables au nôtre peuvent abriter de l’eau et potentiellement de la vie.

Pour tenter de répondre à la question, Ilsedore Cleeves et ses collègues de l’université du Michigan ont suivi la trace du deutérium. Ce dernier est un isotope de l’hydrogène dont la proportion, dans l’univers, est d’environ 26 atomes pour un million d’atomes d’hydrogène ordinaire. Mais il y a six fois plus de deutérium dans l’eau de notre planète, et dans celle que l’on trouve un peu partout dans le système solaire, notamment sur la Lune, Mars, Mercure, ou sur les lunes gelées de Jupiter et Saturne. Pour Cleeves et ses collègues, cela signifie que lorsque l’eau s’est formée dans le système solaire, à partir d’hydrogène et d’oxygène, la réaction dans laquelle l’hydrogène était présent sous forme de deutérium était favorisée par rapport à celle qui produisait de l’eau avec de l’hydrogène normal. De ce fait, il y a eu un enrichissement relatif en deutérium. (l’eau composée de deutérium est appelée « eau lourde »).

Or, certaines conditions sont nécessaires pour que cet enrichissement puisse se produire : il faut une température très froide, de l’ordre de quelques dizaines de degrés au-dessus du zéro absolu, et un niveau élevé de rayonnements ionisants. Selon Cleeves et ses collègues, ces conditions sont remplies au sein des nuages interstellaires, qui sont très froids, et où les rayons cosmiques assurent l’ionisation. Il a donc été possible que se forme, dans les nuages interstellaires, une eau contenant plus de molécules d’eau lourde et donc plus de deutérium que la proportion attendue. Et cela pourrait expliquer l’enrichissement en deutérium de l’eau de notre système solaire.

A condition, cependant, que l’eau enrichie produite initialement ait résisté à à la formation du Soleil. Cela ne peut pas être vérifié dirtectement, mais les chercheurs ont recouru à une preuve indirecte : ils ont cherché à savoir si les mêmes réactions produisant de l’eau enrichie en deutérium auraient pu se produire après la formation du Soleil, dans un des disques protoplanétaires d’où sont issues la Terre et les autres planètes. Les chercheurs ont modélisé les réactions chimiques se produisant dans un tel disque.

A la différence de ce qui se passe dans les nuages interstellaires, une grande partie des rayons cosmisques sont détournés du disque par le champ magnétique de la nouvelle étoile. D’autres sources de rayonnement existent, les rayons X émis par l’étoile et la radioactivité produite dans le disque. Mais d’après le modèle établi par Cleeves et ses collègues, ces autres sources ne suffisent pas à produire de l’eau lourde en quantité suffisante pour expliquer l’enrichissement observé sur notre planète.

La conclusion des chercheurs est qu’une grande partie de l’eau existant aujourd’hui dans le système solaire a nécessairement dû se former avant la naissance du Soleil, il y a 4,5 milliards d’années : de l’ordre de la moitié, selon Cleeves et ses collègues. Or, ce qui est vrai pour notre système solaire est sans doute généralisable, au moins en partie. En effet, les conditions qui règnent dans le milieu interstellaire sont plus uniformes que celles des disques protoplanétaires.

La conclusion qui en découle est que l’eau doit être assez répandue dans les systèmes planétaires. La découverte de Cleeves et ses collègues implique que « si le système solaire s’est formé d’une manière typique, des glaces interstellaires existent en abondance dans tous les systèmes planétaires naissants. » Et donc, qu’il existe sans doute dans l’univers de très nombreux environnements favorables à la vie. Il ne reste plus qu’à les découvrir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE