Michel Deléan
Journaliste au pôle Enquêtes.
Journaliste à Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2017

A mes amis qui ne votent pas

Je ne veux pas d’antisémites, de négationnistes, de racistes, de xénophobes, d’islamophobes, d’homophobes ni de franchouillards souverainistes aux plus hautes fonctions de l’Etat. J'irai voter le 7 mai.

Michel Deléan
Journaliste au pôle Enquêtes.
Journaliste à Mediapart

Bien sûr, chacun fera ce qu’il veut dimanche 7 mai, en son âme et conscience, et c’est tant mieux. En France, nous avons cette chance, ce précieux privilège de pouvoir choisir. Certains parmi vous, parfois des proches, font savoir qu’ils n’iront pas aux urnes, ou qu’ils voteront blanc, ou alors nul. J’ai écouté. Sans morgue ni arrogance, mais sans états d’âme non plus, je voudrais vous dire deux ou trois choses.

Le risque de voir Le Pen élue présidente de la République existe, il est là, juste devant nous. Les électeurs du FN iront voter en masse, eux. En ce qui me concerne, je ne jouerai pas à la roulette russe en laissant à d’autres le soin de voter contre l’extrême-droite (pas plus qu’il ne me viendrait à l’idée d’essayer de conduire une voiture les yeux fermés et à contre-sens). Je ne veux pas connaître ce petit frisson là, qui revient à mettre nos libertés et nos droits en danger au prétexte qu’ils n’ont pas assez été respectés ces dernières années, entre crise économique et terrorisme, ou que l’élection serait déjà jouée. Non, rien n’est sûr. Les sondages peuvent se « trumper », et le pire est tout à fait possible. Nous ne sommes plus en 2002.

Non les amis, un centriste et un fasciste, ce n’est pas la même chose. L’histoire nous l’enseigne. L’extrême-droite, même relookée et maquillée, n’est pas républicaine et ne défend pas les plus faibles. Il est douloureux de la chasser, une fois qu'elle est arrivée au pouvoir. Or aujourd’hui, le programme du FN est bien un programme néo-fasciste ou post-fasciste. Moralement indéfendables, la préférence nationale et le protectionnisme absolu ne résoudraient de toutes façons pas les inégalités, et ne sauveraient pas miraculeusement les chômeurs, les précaires, les ouvriers, les paysans, les PME et les indépendants. En ce qui me concerne, c'est un principe, je ne veux pas que la discrimination soit inscrite dans la Constitution. Je ne veux pas de préférence nationale. Le pays dans lequel je veux vivre, ce n’est pas celui de Dupont Lajoie ni de Lacombe Lucien. Je préfère le droit à la force, l’égalité à l’ordre, la culture au folklore et l’échange au repli.

© Reuters

Oui, il se trouve que je suis un vieux mâle blanc, né en France. J’ai la chance d’avoir un travail et des papiers en règle, on me contrôle très rarement dans le métro, mais j’aurais tout aussi bien pu naître en Syrie, au Mali, en Afghanistan ou au Sri-Lanka. Je ne veux pas que demain, l’on différencie et que l’on trie toujours plus les personnes en fonction de leur état-civil, leur couleur de peau, leur religion, leur tenue, leur orientation sexuelle, leur appartenance syndicale ou leurs opinions. Je ne veux pas qu'on harcèle une partie des gens vivant dans ce pays pour en contenter quelques uns dont le seul mérite serait la naissance.

Je ne veux pas que l’on réhabilite Pétain, Mussolini, Franco, Salazar, Videla et Pinochet, et que l’on discute des mérites de la colonisation et de l’apartheid dans les manuels scolaires. Je ne veux pas d’antisémites, de négationnistes, de racistes, de xénophobes, d’islamophobes, d’homophobes ni de franchouillards souverainistes aux plus hautes fonctions de l’Etat.

Je ne veux pas qu’un pouvoir d’extrême-droite mette la justice au pas, ne serait-ce que parce que plusieurs enquêtes judiciaires visent actuellement les finances du FN et de ses dirigeants. Notre régime présidentiel permettrait à Le Pen de nommer ses ministres, ses procureurs, ses préfets, ses directeurs d’administration centrale, ses généraux, ses commissaires, ses hauts fonctionnaires, et ses sbires laudateurs dans l’audiovisuel public.

Je n’attendrai pas les législatives pour voter. Je ne crois pas aux chances de succès d’un éventuel troisième tour social ou d’une hypothétique insurrection populaire si Le Pen venait à être élue. Rien n’empêcherait le pouvoir FN d’envoyer l’armée dans les cités, et de faire réprimer les manifs avec plus de férocité qu’aujourd’hui. Je ne veux pas que l’on tue encore d’autres Adama Traoré et Rémi Fraisse. Je ne veux pas de couvre-feu. Ni de referendum sur la peine de mort ou le mariage pour tous.

Chacun fera ce qu’il veut, le 7 mai. Sans être un admirateur de Macron, ni un adorateur de la mondialisation ou un suppôt de la finance, en ce qui me concerne, j’irai voter contre le FN. Simplement pour que le 8 mai, nous vivions encore dans une démocratie, et que nous puissions tenter de la rendre plus égalitaire et fraternelle.

Le programme du FN est analysé et décrypté ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis