LFI - Gauche et Marxisme

Trés bonne intervention de ce sympathique Quintennens. Mais c'est  c'est le "non dit" qui frappe et que l'on retient

Quel est le principe, le concept,  qui  constitue le socle idéologique de base à partir duquel des partis ou des groupes de pensée peuvent envisager de mettre en place une politique commune ? 

S'agissant d 'une politique de gauche il s'agit obligatoirement des analyses de Marx qui démontrent d'une manière incontestable les effets nocifs et délétères du systhéme capitalise.  Anticapitalisme et marxisme sont indissociables.  C'est en ^partant de cette évidence qu'il parait possible et souhaitable pour tous les électeurs progressistes de constituer  une alliance permettant  de  constituer une majorité de gouvernement. Or dans le discours de M Quintennens le mot marxisme n'est cité que du bout des lèvres et nullement conçu  comme étant un  point commun ou un terme fédérateur. Ce fait se  retrouve d'ailleurs avec le discours habituel de LFI , dont bien sûr  Melenchon,  qui évite systématiquement de faire référence à l'idéologie marxisme. Au lieu de  considérer celle-ci comme une des premières  conditions  de  rapprochement des forces de gauche  et de la brandir comme étendard mobilisateur  pour appeler  au rassemblement  lors des élections,   le terme  n'est utilisé qu'en second plan presqu'en cachette. 

Ce ci me semble être une erreur à plusieurs titres 

D'une part cette omission ne permet pas  de mettre en évidence  l'importance de l'économie dans la conception de toute  politique. C'est bien par son système économique  que se caractérise  le capitalisme et c'est bien par un changement de ce système  que tout progrès social est possible. Marx l'a bien démontré 

D'autre part. les français se trouvent actuellement désabusés par suite des résultats électoraux  conséquence  de l'émiettement des partis ou groupements de gauche.Cette division qui interdit la constitution d'une majorité électorale a été fort  démobilisante.  Alors que potentiellement une majorité semble exister dans  notre société, la dispersion des voies et l'abstence d'espoir de résultats positifs, source d'abstention,  rendent impossible son expression. Par son attitude lors des dernières élections et à travers la déclaration de Quintennens on ne ressent aucune intention de rechercher un rapprochement entre eux des différents  organismes. Bien sûr sont formulés des  appels aux citoyens par tous les partis pour  venir rejoindre le leur  mais jamais d'initiative pour des discussions pour expliquer quels sont les divergences entre les positions.permettant de faire des choix.. Une  attitude hégémonique semble prévaloir, alors que devraient plutôt être proclamés  les points hautement fédérateurs parmi lesquels  figure  l'adhésion au marxisme

l serait bon que  les dirigeants de LFI montrent  qu'ils  consacrent leurs  efforts à la recherche d'une solution  pour fédérer toutes les forces progressistes sous une perspective marxiste sans esprit de chapelle, ou d'hégémonie. 

 

Les résultats des dernières élections ei le volumes des abstentions  montrent à quel points sont faibles les connaissances de nos concitoyens en matière d'économie et d'instruction civique. Les raisons de cette situation ne sont  pas dues  au hasard. Il  appartient à tous ceux qui aspirent à un progrès social  de concourir par tous leurs moyens disponibles à une émancipation des citoyens. Une initiation au marxisme  serait  de nature à donner  à tous les citoyens des éléments de  compréhension du fonctionnement de l'économie  et des caractéristiques  du capitalisme Une des priorités  dans les programmes d'un parti comme celui de LFI devrait consister à la mise en place d'outils pédagogiques destinés à one large diffusion. Par ailleurs les responsables devraient préparer un maximum de militants aptes à figurer dans les débats, les forums télévisés où le plus souvent ne sont présents que des orateurs adeptes du néolibéralisme, ce qui conduit à en banaliser la pensée commune. 

I

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.