Circoncision et génocide, corrélation quasi-absolue et causalité psychanalytique

 Pourquoi les génocides ?

(génocide et circoncision, une théorie du génocide)

 

"Les effets de la menace de castration sont multiples et incalculables ; ils affectent toutes les relations d'un garçon avec ses père et mère et par la suite avec les hommes et les femmes en général." Sigmund Freud[1]

"… La coutume primitive de la circoncision, un autre substitut de la castration, ne peut être comprise que comme l'expression d'une soumission à la volonté paternelle… "(note de bas de page de la citation ci-dessus)

"Dans la société occidentale, la circoncision est imposée à l'enfant sans défense auquel elle n'offre aucun avantage déterminé et pour qui elle est, en conséquence, indésirable et menaçante…" Bruno Bettelheim[2]

"Les pratiques rituelles de circoncision et d'excision ont des effets qui atteignent non seulement l'individu et sa descendance, mais même les autres hommes." Alice Miller[3]

"Une autre conséquence psychologique de la circoncision précoce est qu'elle imprime dans l'esprit du nouveau-né une situation agressive et traumatique… L'impossibilité d'appréhender une aussi effroyable introjection d'agression dirigée vers l'intérieur peut conduire, a posteriori, à l'émergence de comportements psychopathes et violents ou, dans de nombreux autres cas, à l'émergence d'un masochisme extrême."[4] Moisés Tractenberg

"Le crime contre l'humanité est l'aboutissement d'un totalitarisme dont l'un des aspects structurels est l'abolition de la conscience individuelle." Mazarine Pingeot

"La terreur banalisée des sociétés folles est l'équivalent des rêves (cauchemars en l'occurrence) individuels." Claude Olievenstein[5]

 

La circoncision est un pousse au génocide

            Sur les vingt-trois génocides des temps modernes : musulmans circassiens (1860), congolais (1870), héréros (1904-07), grecs (1914-18), assyriens (1914-25), arméniens (1915), serbes (41-45), juifs (1942-45), tziganes (1942-45), tchéchènes (1944), communistes Indonésiens (1965-66), biafrais (1966-68), guinéens (1968-79), bengalis (1971), hutus (1972), habitants de Bornéo-Est (1975-79), kurdes (1988-89), tutsis (1994), bengalis (1990-2000), bosniens (1991-95), habitants du Darfour (2003), kurdes d'Irak (2005), rohinghyas (2012), vingt (87%) ont impliqué des circoncis d'un côté au moins et cinq des deux côtés. Les circoncis en ont perpétré douze, dont sept contre des intacts. Cette forte corrélation est logique ; une atteinte volontaire au corps humain crée un sentiment de supériorité chez ceux qui la pratiquent et le sentiment inverse chez les autres.

            Et corrélation devient causalité lorsqu'il y a une raison rationnelle pour une causalité. Or cette raison existe ; la psychiatrie parlera de folie collective sans rien expliquer mais la psychanalyse nous éclaire. Freud a en effet énoncé une théorie du racisme généré par la circoncision qu'il suffit de pousser à son terme pour comprendre la folie génocidaire :

"L'hypothèse selon laquelle nous pouvons aussi chercher ici une racine de ces haines des Juifs qui émergent de façon si primaire et génèrent des comportements si irrationnels chez les occidentaux, me paraît incontournable. La circoncision est inconsciemment assimilée à la castration."[6],

Puisque, selon lui et les résultats de la clinique psychanalytique, l'inconscient assimile la partie au tout, alors une menace de castration est aussi une menace de mort. Mais exercée sur l'ensemble d'une ethnie, une menace de mort individuelle devient par addition une menace d'extermination du groupe tout entier, immédiatement projetée par l'inconscient sur le groupe adverse. La circoncision est ainsi un pousse au génocide réciproque.

            Pour tenter de psychologiser, la circoncision est une technique de domination du groupe sur les individus particulièrement monstrueuse en ce que, au nom d'une éthique totalement et stupidement dévoyée et inversée, elle parle contre le plaisir et la vie. De ce fait, la pulsion de domination banale, qui se contenterait d'asservir l'ennemi, dégénère en une pulsion de destruction des groupes extérieurs paradoxalement considérés comme purement nuisibles du fait d'une différence considérée comme fondamentale et essentielle (d'où les islamisations par mutilation, des deux sexes éventuellement). Le phénomène inverse se produit autant chez les autres groupes circonciseurs que chez les groupes non-circonciseurs.

            Freud a donc posé les jalons de l'analyse du phénomène et sa condamnation du racisme sioniste montre qu'il en a pressenti les deux côtés.

            L'abolition de la conscience (la banalité du mal d'Hannah Arendt) relevée par Mazarine Pingeot est ainsi une soumission à l'inconscient qui, gouverné par des règles tout aussi rigoureuses que celles de l'éthique, ignore le bien et le mal (sadisme). La banalité de la circoncision est donc directement responsable de la multiplication des génocides, dont plusieurs, toujours au contact de la circoncision, sont en cours (Darfour, rohingyas, etc.) et deux, réciproques et atomiques, menacent : (Palestine, Corée).

 

Sigismond (Michel Hervé Bertaux-Navoiseau)oldsigismund@hotmail.com

Chercheur indépendant en psychanalyse, ancien élève du Département psychanalyse de l'Université de Paris VIII, auteur de " Mutilations sexuelles masculines et féminines, le pus grand crime contre l'humanité ", disponible gratuitement sur :

https://independent.academia.edu/MichelHerv%C3%A9BertauxNavoiseau.

 

ARTICLES LIES :

Violence et circoncision : génocides, guerres, terrorisme, viol, peine de mort, excision

Entre barbarie et exclusion, la circoncision rituelle, le plus grand crime contre l'humanité, une discrimination artificielle, le pire apartheid, masqué derrière religion, tradition, culture et folklore, catalyseur de fanatisme, violence aux femmes, terrorisme, guerre et génocide

Terrorisme et circoncision, corrélation élevée et causalité psychanalytique (Circoncis d'abord, fanatisés ensuite, la circoncision fait des hommes des armes de guerre) (mis à jour 13.01.2021)

Circoncision et féminicide, crimes d'honneur, lapidation, excision, viol, harems, polygamie, mariage forcé, obésité forcée, dry sex, voile, causalité et corrélation

 


[1] Abrégé de psychanalyse. 1938. Paris : PUF ; 1978. p. 60-62.

[2] Bettelheim B. Les blessures symboliques. Paris : Gallimard ; 1971. p. 90-91.

[3] Miller A. La connaissance interdite : affronter les blessures de l'enfance dans la thérapie. Paris : Aubier ; 1990.

[4] Tractenberg M. Psychoanalysis of circumcision. Male and female circumcision. New York : Denniston et al. Plenum publishers ; 1999.

[5] Olievenstein C. L'homme parano. Paris : Odile Jacob ; 2002. p. 105.

[6] Freud S. L'homme Moïse et la religion monothéiste. 1936. Paris : Gallimard ; 1986. p. 184.Pourquoi les génocides ?

(génocide et circoncision, une théorie du génocide)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.