Michel J. Cuny
Ecrivain-éditeur professionnel indépendant depuis 1976. Compagnon de Françoise Petitdemange, elle-même écrivaine-éditrice professionnelle indépendante depuis 1981.
Abonné·e de Mediapart

243 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2015

Pour en finir avec la Cinquième République (7)

Michel J. Cuny
Ecrivain-éditeur professionnel indépendant depuis 1976. Compagnon de Françoise Petitdemange, elle-même écrivaine-éditrice professionnelle indépendante depuis 1981.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    Quand les "petites mains" se prennent à vouloir fabriquer une Constitution anticommuniste

     "Pris en considération" et non pas rejeté d’office, l’article 2bis, dont le but est d’introduire, dans la Constitution de 1958 qui était alors en discussion devant le Comité consultatif constitutionnel, un dispositif permettant d’interdire le parti communiste, revient à l’occasion de la séance du 6 août 1958.

    Ses promoteurs lui ont fait subir une cure d’amaigrissement afin d’obtenir l’assentiment définitif de l’ensemble du Comité. Robert Bruyneel annonce donc brusquement que la seconde partie du premier alinéa est désormais supprimée. Elle affirmait : "… et n’accepter aucune obédience étrangère" à ce qui désormais subsiste seul : "Les partis et groupements politiques doivent respecter les principes démocratiques contenus dans la Constitution."

    C’est alors qu’intervient un autre des personnages nommés par Charles de Gaulle pour leur compétence : Maxime Blocq-Mascart. Il déclare :
    « Je suis de ceux qui, par ailleurs, ont explicitement et publiquement publié qu’ils regrettaient vivement que la France fût, avec l’Italie, le seul pays démocratique qui n’ait pas pris de mesures contre le parti communiste. Mais, précisément, l’analyse des mesures qui ont été prises dans les autres pays contre le parti communiste m’a amené à penser que ce n’était pas par l’interdiction du parti ou par les restrictions apportées au parti qu’on arrivait à des résultats efficaces. » (Volume II, page 202)

    Il faut immédiatement préciser qu’en mai 1958, tout juste avant l’effondrement organisé de la IVRépublique, Maxime Blocq-Mascart avait publié un livre au titre extrêmement évocateur : "La prochaine République sera-t-elle républicaine ? " pour lequel il avait obtenu une Préface d’un certain Michel Debré.

    En voici deux extraits qui tablent immédiatement sur cette notion centrale pour comprendre la nouvelle Constitution : le pouvoir personnel.

    Ainsi, selon Michel Debré :
    « Un changement de régime, c’est d’abord un changement d’institutions ou plutôt c’est en apparence un changement d’institutions, car la première exigence est la reconnaissance d’un pouvoir. » (page XI)

    Puis vient un compliment qui s’adresse à l’auteur, Maxime Blocq-Mascart :
    « Notre ami ne se contente pas de proposer des textes : il se tourne vers un homme, le général de Gaulle, auquel il pensait déjà lors de son premier ouvrage. En quoi il a raison, car à un certain niveau de charges et de difficultés, le pouvoir cesse d’être anonyme : il prend la forme d’un parti ou le visage d’un homme, l’un ou l’autre expression à la fois de la crainte et de la confiance des citoyens. » (page XI)

    Nous sentons bien qu’ici nous avons affaire à des "experts"… Et plus du tout à des bricoleurs du genre Barrachin, Bruyneel, Chardonnet.

    Écoutons donc ce que Maxime Blocq-Mascart peut nous dire quant à la bonne façon de réduire les communistes à quia, sans qu’il y paraisse. Dans son livre, il affirme s’être penché sur les méthodes retenues en Suisse, en Grande-Bretagne, au Canada, aux États-Unis, aux Pays-Bas, au Danemark, en Suède. Conclusion, qu’il livre au Comité consultatif constitutionnel :
    « L’analyse des législations prouve que, dans les pays où des résultats incontestables ont été obtenus en fait de protection, ils l’ont été en limitant les organisations para-communistes, en les obligeant à se déclarer communistes et en interdisant aux membres de ces organisations l’accès à un certain nombre de postes. Ces postes sont très variés et ne visent pas seulement les postes politiques. De la même façon, on interdit à des ouvriers communistes de travailler pour la défense nationale ou à des étudiants communistes de bénéficier de bourses. » (Volume II, page 202)

    Ce n’est pas le parti qui est visé en tant que tel, mais l’individu communiste, et directement dans sa trajectoire personnelle qui peut ne pas être celle du militant en tant que tel, mais rien que celle d’un citoyen apparemment ordinaire, mais dont il est connu qu’il est communiste. Blocq-Mascart s’enchante de l’astuce :
    « Ainsi, on frappe le parti communiste non pas seulement dans son aspect politique, mais véritablement dans son aspect de subversion, de noyautage de la nation, ces mesures étant plus efficaces que celles qui visent le parti. » (page 202)

    À subversion, subversion et demi. Le coup de l’article 2bis était bien trop naïf. Parmi d’autres mesures toujours possibles…
    « Je pense, comme M. Roland Pré, que celle que l’on nous propose risque de passer à côté de son objet et a l’inconvénient de prévenir d’ores et déjà le parti communiste d’une action que l’on a l’intention de mener et de la façon dont on va la mener, ce qui lui donne la possibilité de tourner les difficultés. » (page 202)

    Quant au président du Comité consultatif constitutionnel, Paul Reynaud, alors que le procédé de l’article 2bis l’avait "choqué ", avoue-t-il…
    « Au contraire, celui-ci me paraît acceptable. » (page 202)

    Or, dans l’un et l’autre cas, il ne s’agissait que d’expédients. Il faut bien l’avouer. Nous attendons donc, avec une impatience certaine, de retrouver Michel Debré lors de la séance du même Comité qui a eu lieu le 13 août 1958. Nous comprendrons tout de suite à quelle hauteur peut se hisser le droit constitutionnel pour un lecteur averti de Raymond Carré de Malberg.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland