Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

257 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 avr. 2022

Le trou de souris

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son essai solaire, Javier Cercas, l’auteur des soldats de Salamine, définit les bons romans comme des ouvrages ayant « un point aveugle ».  Ainsi, les livres Don Quichotte, Moby Dick ou Le procès, laissent le soin au lecteur d’entrevoir une ou plusieurs réponses au sein d’un dédale de complexités et d’ambigüités. De ce fait, le lecteur devient (presque) aussi important que l’auteur, donnant vie à ce qui n’est, selon Virginia Woolf, « qu’un amas de lettres et de phrases ». Il en va de même pour la politique (même si Cercas oppose le « bon auteur » au « bon politicien »). Le citoyen (et non - plus le lecteur) doit trouver dans un amas de projets et de propositions, dans un dédale d’ambigüités et de faux semblants, une ou plusieurs solutions. Le politicien, lui, se doit de décliner dans son récit la complexité de la tâche : plus elle est complexe, plus elle se rapproche d’une situation authentique.  C’est vrai que l’écrivain a toujours le choix entre un roman complexe et apocryphe qui cherche une (deuxième) vie chez le lecteur et un roman linéaire qui viserait le plus grand nombre de ventes. Cependant, en politique c’est presque  pareil. Pour certains, le vote c’est un viager anodin à gérer paisiblement. Pour d’autres c’est le début d’une aventure de retournements successifs, de critiques et de sursauts, un contact permanent, parfois destructeur, avec les citoyens. Cette situation est aussi vieille que le mythe grec d’Héraclès - et de ses choix d’adolescent -, entre une vie pareille à un long fleuve tranquille se déversant dans l’oubli ou l’engrenage de défis aboutissant à la légende. Ce serait un pléonasme d’affirmer que nous sommes submergés de politiciens simplificateurs, de gérants du jour affables, de gesticulateurs précoces, et que rares deviennent  les amoureux des défis. Cela dit, au lieu de leur en vouloir, au lieu de penser qu’ils ne sont pas à leur place, demandons-nous, comme Husserl  si nous ne sommes dans le plus grand danger, celui de faire naufrage au milieu du déluge sceptique et de laisser notre propre vérité nous échapper. Il est certes  paradoxal de penser que le point aveugle, l’aventure de l’interprétation, serait la simple quête du raisonnable. Mais est-ce raisonnable d’accepter que l’on remplace le récit par les sondages télégraphiques, - négation absolue du débat - , que la tautologie l’emporte sur le senti ?  Je préfère quand à moi de penser que le point aveugle est un trou de souris qu’il faut inlassablement rogner.

Pour revenir à une conclusion plus littéraire, je me remets à Kavafis :

Honneur à ceux qui, dans leur vie,

Se sont donné pour tâche la garde des Thermopyles

……

Et plus d’honneur encore leur soit rendu

Lorsqu’ils prévoient (et nombreux sont ceux qui prévoient)

Qu’Ephialtès pour finir va se manifester

Et que les Mèdes un jour finiront par passer.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille