Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

257 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 juin 2013

Grèce : on ne s’attaque pas à la mémoire d’un peuple

C’est vrai que les chaînes publiques en Grèce n’avaient pas les moyens de faire de la télé réalité, d’acheter massivement des soaps turques, de dégrader l’image, le son et de produire des séries lamentables, une offense de la culture néo ou petite bourgeoise berlusconienne, ou des talk show sublimant le mauvais goût, la grossièreté,  les instincts voyeurs les plus bas. Les chaînes privées s’en chargent allégrement.

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est vrai que les chaînes publiques en Grèce n’avaient pas les moyens de faire de la télé réalité, d’acheter massivement des soaps turques, de dégrader l’image, le son et de produire des séries lamentables, une offense de la culture néo ou petite bourgeoise berlusconienne, ou des talk show sublimant le mauvais goût, la grossièreté,  les instincts voyeurs les plus bas. Les chaînes privées s’en chargent allégrement. Elle avait fini par devenir une Arte du pauvre, avec des documentaires, de la musique pas branchée pour un sou, des reprises à n’en plus finir et des émissions folkloriques minables. Mais c’était là que la mémoire collective populaire s’y retrouvait avec des films de l’âge d’or du cinéma grec, avec des discussions littéraires surannées mais donnant la part du lion à la littérature et al poésie grecque, que bien entendu cette bête féroce que l’on nomme néo-grec ne regardait jamais, aimanté par les ragots et les tenues provocatrices des bimbos-présentatrices, anges gardiens de l’insignifiance. Et sans doute, si la télévision publique avait eu les moyens, elle ne se serait pas privée de faire pareil. Cependant, l’ensemble des programmes, et surtout les JT avaient au moins l’avantage de coller à la réalité de la Grèce d’aujourd’hui, c’est à dire à refléter la crise, sans doute par humilité forcée.  

La décadence esthétique, morale, éthique,  la soumission non pas au gouvernement mais à tous ceux qui sont au dessus de lui (hommes d’affaires, armateurs, escrocs de tous genre qui possèdent par ailleurs la plus part des chaînes) est telle qu’il suffit de regarder quelques heures la télé dite privée pour en être écœuré d’une part, d’autre part de penser qu’elle parle d’un autre pays, imaginaire de préférence. Enfin, comme me disait Berlusconi il y a plus de vingt ans, leurs films sont conformes à la pub.  Non seulement ils sont charcutés par des pages interminables de publicité, mais surtout ils ne peuvent pas casser l’ambiance consumériste par des sujets et des images trop sérieuses.   

Bref, les chaines publiques, loin d’être idéales, et encore moins performantes, paraissaient comme un ailleurs grec, parlant non pas aux grecs, mais à ce qu’ils étaient et ce qui sont devenus.

Les chaines publiques étaient et sont la mémoire d’un peuple  qu’on essaie de toute part de le rendre amnésique, afin de lui imposer la dictature de l’instant.

Bien entendu, les fermer constitue, dans la forme et dans le fond, un acte dictatorial. Qui en rappelle d’autres, pas si lointains que les chaines privées tendent de  faire oublier.  Mais l’image, comme le souvenir, comme la réalité, ne sont pas des produits que l’on peut effacer en coupant le courant. Aux news français j’ai entendu que le premier ministre prenait un risque calculé. Ceux qui émettent ce genre de commentaires n’ont jamais rien lu ni sur l’image ni sur le souvenir et n’ont jamais sans doute senti la répression. Ils seront, comme le premier ministre grec, drôlement déçus. Car ce qui se joue aujourd’hui en Grèce n’est ni la qualité, ni le prix, ni l’audience d’une chaine quelconque. C’est de la notion de l’Etat de droit qu’il s’agit et des reflexes d’une société, grecque mais aussi européenne de le protéger contre ceux qui étaient sensés être ses garants.   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart