Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2012

Messieurs les journalistes - commentateurs, que faites-vous de votre liberté?

On dit que les universitaires vivent accrochés à leurs statuts et leurs privilèges, et que la pensée en pâtit.  Sentence exagérée sans doute, mais qui se calque à la perfection aux mandarins du journalisme.

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On dit que les universitaires vivent accrochés à leurs statuts et leurs privilèges, et que la pensée en pâtit.  Sentence exagérée sans doute, mais qui se calque à la perfection aux mandarins du journalisme. Tandis que l’on peut aisément concevoir que l’élite de la finance défende un modèle indéfendable, que les patrons non élus de l’UE en fassent de même, on ne voit pas pourquoi l’élite journalistique considère comme gravé dans le marbre cette obsession qui n’a de comparable que le fanatisme religieux d’un autre âge.  

Prompte à critiquer la presse anglo-saxonne, elle reste aveugle au fait que de l’autre côté de la Manche, on n’hésite pas, même chez les convertis au libéralisme dérégulateur, à se référer à tous ceux qui le critiquent, quand elle ne le critique pas elle-même de la manière la plus virulente. Pourquoi donc personne en France ne parle de tous ces prix Nobel, tous les économistes de renom, tous les banquiers ou administrateurs de renom du FMI et de la Banque Mondiale qui critiquent, à la manière de Hollande et même de Mélenchon, l’attitude de la BCE  ou de la Commission sur l’essentiel (inflation, croissance, financiarisation de l’économie) ? Pourquoi les journalistes eux-mêmes « évitent » de se référer à toute voix dissonante  de la doxa financière ? Pourquoi ils évitent de souligner les aspects franchement immoraux (la loi du plus fort), et d’insister sur « la réalité ambiante », tandis qu’elle est mise en cause aussi bien par les faits que par des professionnels qui ont le mérite d’avoir prévu la crise et ses métamorphoses ?  Pourquoi ils ne commentent pas la propension des riches de choisir l’exil fiscal, laissant aux classes  moyennes tout le poids de la fiscalité ? Pourquoi ajouter des adjectifs déplaisants à volonté dès lors qu’un homme politique essaie d’introduire plus de moralité dans la jungle financière ? Pourquoi ils prennent pour argent comptant les déclarations du président de la République quand ce dernier déclare que les paradis fiscaux, c’est fini ou que la crise est derrière nous ? Pourquoi ils évitent de parler de l’expérience islandaise qui se déroule sous nos yeux depuis bientôt trois ans ? Pourquoi ils ne disent rien sur les impasses politiques en Grèce, résultat concret de la politique d’austérité imposé à ce pays ? Pourquoi il n’existe pas de réflexion sur le fait que la démocratie est malmenée en Italie et en Grèce par des formules de représentation qui n’ont rien à voir avec la démocratie ? Pourquoi les résultats des élections espagnoles ne sont jamais traitées comme une irruption de la finance dans le processus démocratique ? Pourquoi il n’y a pas une seule critique sur le fait qu’en Grèce et en France, le marché se dit prêt à déclarer la guerre si les résultats ne sont pas ceux qu’il désire ? Que le FMI et l’UE cachent mal leurs préférences et même essaient d’influencer les scrutins ? Est-il interdit à un journaliste de la télé ou un éditorialiste de se prononcer négativement sur ces procédés ? 

Le Financial Times a une explication, simpliste et crue :  …Comme le journalisme français a atteint la classe moyenne supérieure, il s’est glissé encore plus près du pouvoir. Les ministres et les journalistes chevronnés d’aujourd’hui ont souvent étudié ensemble à Sciences-Po, vivent dans les mêmes quartiers de Paris, mangent ensemble et parfois couchent ensemble.  Le FT ne se prive pas, par ailleurs et dans le même article, de souligner que la quasi totalité de la presse française est entre les mains de trois-quatre milliardaires, tous copains du président. Et que leur objectif n’est pas de gagner de l’argent mais d’influencer le citoyen français.  C’est donc normal que le président français « n’aime pas ce journal » mais, bien sûr, pas pour les raisons qu’il met en avant.

Mais ces raisons sont-elles suffisantes ? Sans doute pas. Il existe une paresse intellectuelle, un laisser-aller jouisseur dans les arcanes des plateaux et des directions de rédaction, une logorrhée autosuffisante bien payée, qui ne cherche plus rien, ne se questionne sur rien, se contentant, comme dans les précieuses ridicules à commenter le superficiel et surtout à ne pas contester la fatalité, une partie des journalistes s’étant, TV oblige, transformé en amuseurs publics. Quant à la presse, écrite ou sur le Web qui continue à faire son travail normalement, elle est tout simplement ostracisée par la cour des commentateurs des petites phrases et la jouissance éphémère qu’elles procurent. Si au moins ces phrases étaient judicieuses, spirituelles, corrosives et policées à la fois comme celles de Paul Morand (je choisis exprès un commentateur de la vie profondément conservateur) ils nous offriraient un petit quelque chose, une réflexion sur l’insignifiance.

Ce n’est même pas le cas. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai