Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

258 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 août 2021

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Géopolitique, têtue…

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On oublie souvent les temps, pourtant mémorables, où, après le victoire des « combattants de la liberté » sur les soviétiques, les USA oublièrent l’Afghanistan, le laissant sombrer dans les luttes intestines interminables entre seigneurs de la guerre, émirs désargentés, fondamentalistes oubliés et trafiquants de drogue.(celle-ci finançant ceux-là). On oublie aussi les étudiants en théologie (Talibans), enfants naturels des services secrets pakistanais qui serviraient à une pacification digne de leurs intérêts, constatant que le fouillis légué par les américains, ne convenait plus à ce qu’ils considèrent (encore aujourd’hui) comme leur chasse gardée, un « espace de profondeur opérationnelle » disaient-ils à l’époque. A l’époque, les USA considéraient l’Afghanistan comme insignifiant et ingouvernable, et voyaient d’un œil mi - bienveillant mi – agacé la main mise pakistanaise à Kaboul, s’auto persuadant qu’ils avaient d’autres chats à fouetter, la Chine, les dragons asiatiques et leur potentiel, la perse impériale transformée en Iran théocratique et, bien sûr l’agonie de l’URSS.  Ils engagèrent pourtant un bras de fer via l’Afghanistan  avec le Pakistan et sa bombe atomique, essentiellement par ricochet, via leur agence antidrogues. Au pouvoir, les Talibans jouèrent les Nations Unies, éradiquant les cultures de l’opium cherchant le satisfecit du PNUCUD (qu’ils finiront pas avoir).  On n’a pas le souvenir d’une réaction musclée, face au sort fait aux femmes ou la politique théocratique des Taliban qui n’était pas fondamentalement différente de celle menée par des seigneurs de la guerre comme Hekmatyar ou sur les « territoires autonomes » pakistanais, sous la coupe de clans fondamentalistes qui étendaient, doucement mais sûrement, leur influence sur l’ensemble du Pakistan.

Ouvrons une parenthèse, pour ne pas compliquer le sujet : les talibans, comme les émirs des territoires autonomes pakistanais sont pachtoun, Massoud était tadjik, Dostom, l’homme fort de Mazar e Charif est ouzbek, - et ex officier soviétique - (avec des relations très étroites avec les mafieux de la Turquie et de l’Ouzbékistan, tandis qu’à l’ouest afghan (Herat) régnaient les Khan, potentats iranophones. Mais passons.

Si les attentats du 11 septembre ont changé la donne, puisque Al Qaeda avait trouvé refuge à Kaboul, la lutte contre le terrorisme de l’administration Buch fut idéologiquement pervertie par les néo –conservateurs en une guerre voulant imposer la « construction des pays » envahis et leur alignement aux intérêts américains. Cette politique, conforme à la politique intérieure américaine, alignée sur l’idée que les USA sont les maîtres belliqueux du monde  - contrairement à l’Europe qui est prête à tous les compromis (elle descend de Venus)  -, tournait le dos à la complexité du monde moderne, à la politique US dans le sud-est asiatique et face à la Russie post –soviétique, ignorait les enjeux géopolitiques de l’Asie Centrale, du Caucase, du Pacifique, de l’Europe centrale, au Moyen Orient, présupposant que la puissance militaire américaine oblige. Ce ne fut évidemment pas le cas et cette puissance connut très vite ses limites se couvrant, en sus, de ridicule. .Les administrations Obama qui suivirent, radicalement opposées à ce concept durent cependant gérer ce legs empoisonné, et, comme au Vietnam, continuèrent des conflits mais cette fois à reculons. Entre temps, La Chine, la Russie, les républiques d’Asie Centrale, y profitèrent pour retrouver leur autonomie et même  - c’est le cas de la Russie -, pour réaffirmer leur identité impériale.  Le slogan de Trump « l’Amérique d’abord » ne fait que constater cette impuissance de la puissance imaginaire, et celle de Biden en tire les conséquences. Si l’on veut que sa voix compte, il faut accepter que d’autres voix (et voies) existent. Il n’est plus question de « bâtir la démocratie » qui convient à l’Amérique mais à considérer le terrorisme comme un sujet à part, universel. Quand aux droits des femmes, des minorités ethniques, de la démocratie, de l’Etat de Droit, l’Amérique et ses alliés font savoir que ce n’est plus leur problème. En fait, il ne l’a jamais été… Par contre ce qui existe ce sont le pétrole, la libre circulation des biens (mais pas des personnes), la bourse, et le commerce international. A tout Hongkongais (ou Ukrainien, ou Taïwanais, ou Hongrois, ou Arménien etc.), le message devrait être limpide… 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin