Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

257 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 févr. 2022

La confrontation des vérités

Disons d’emblée que la différence majeure entre l’occident et le reste du monde est une affaire de perception. Pour les États-Unis et l’Europe c’est l’instant qui compte. Ce choix d’une amnésie militante se trouve être l’élément fondateur des faits et de gestes occidentaux : l’instant fige tout, solidifie l’acquis, perpétue une vision exprimant que le passé n’intervient plus.

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Disons d’emblée que la différence majeure entre l’occident et le reste du monde est une affaire de perception.

Pour les États Unis et l’Europe c’est l’instant qui compte. Ce choix d’une amnésie militante se trouve être l’élément fondateur des faits et de gestes occidentaux : l’instant fige tout, solidifie l’acquis, perpétue une vision exprimant que le passé n’intervient plus ; il en est ainsi pour les frontières, les entités, les États, la vision du monde : ce sont des photos numériques qui font fit des clichés vieillots argentiques.

Ainsi, depuis César, l’occident ne voit aucune contradiction entre ses propres agissements du passé et les crises du présent.

L’histoire ne peut être qu’officielle, le récit appartient à celui qui le diffuse. Et les peuples sont appelés à participer à cette vérité glorieuse, figée, et ne jamais la contester. Ce qui permettra à De Gaule d’affirmer sans sourciller que les français ont libéré la France, ou à Churchill d’évacuer le fait que plus d’un million et demi d’indiens a participé à la première guerre mondiale. Quitte à s’étonner un peu plus tard du fait que la confrontation des mémoires est hautement entropique. Évacuer, effacer, oublier. Les moteurs sont puissants, et désormais véhiculés par des médias qui perpétuent la propagande du récit national.

En marge de l’occident, mais agissant aussi de manière photographique, la Russie participe du même processus mais avec une différence de taille : l’Occident se désire conquérant. Elle se considère comme une victime assiégée. L’autre et son discours, chez nous, sont niés. À l’Est c’est un agresseur, un outil qui perturbe le processus historique du socialisme, de l’émancipation, du renouveau national, du désir de super-puissance, peu importe. Les objectifs affirmés mutent, se travestissent, mais la constante d’un occident élément perturbateur reste constante.

Quand à la mémoire des peuples, elle suit un cheminement délié, s’inscrivant dans la « mémoire longue », celle des traumas individuels et de la résistance au récit officiel, quitte à nier le quotidien et à sublimer des visions idéalisées, tout aussi chimériques. Il faut en effet une sacrée dose de surréel pour accepter la vie telle qu’elle se déroule, minée par des prédateurs corrompus, nourrie de frustrations quotidiennes, limitée par  des autorités auto-proclamées, tandis que la mort arbitraire rôde.

De la réduction de l’espace intime résulte qu’on se querelle pour une colline,  un puits, un pont ou un village, affirmant pompeusement se battre pour l’indépendance, la liberté, l’émancipation et autres valeurs dites universelles et transcendantes.

Et puis, il y a la réalité des faits. Peu importe si le point d’appui se situe au moyen Orient, dans une des républiques de l’Asie centrale, du Caucase ou des Balkans Là, des kleptocrates, des potentats, des nouveaux riches ou des prédateurs dynastiques (dans les deux sens du mot) sont choyés aussi bien par Moscou que par Paris, Londres ou Washington tant que le pétrole coule ou se fait acheminer sans accrocs et surtout sans bruit.

Là ce n’est plus une photo numérique ni argentique. Un instantané en polaroid suffit pour cacher dans le flou de l’arrière-plan tous ces casus belli, réserves intarissables des crises passées ou à venir.

Hors, l’histoire, mobile, possède des relais. Explicatifs ou justificatifs, imaginaires ou réels, mythiques ou sublimés. On peut toujours oublier la dislocation de la Yougoslavie, l’hubris du Kosovo - au point d’affirmer que l’Ukraine est le premier conflit européen d’après guerre -, on peut occulter la guerre du Haut Karabakh, l’invasion (à maintes reprises) et l’amputation de la Géorgie, l’abandon de l’Arménie, mais, lors de leurs réunions virtuelles, nos géopoliticiens de l’OTAN ou de l’UE, doivent tout de même accepter le fait qu’ils ont intériorisé, pire, envoyé de signes forts à celui qu’ils nomment l’ogre de Moscou, qu’à condition que le pétrole désiré ne soit pas tari, il pouvait toujours y faire la pluie et le beau temps…  

En conséquence, dans les mois à venir, le seul conflit pathétique qui va traverser les capitales européennes sera celui qui concernera les quotas de réfugiés ukrainiens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement