Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 janv. 2015

En avoir ou pas

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président du parlement européen s’est dit « horrifié » de la position d’Athènes sur la décision prise par Federica Mogherini, haute représentante de l'UE pour la politique étrangère, et son annonce des mesures supplémentaires contre la Russie. Pourtant le premier ministre grec a simplement déclaré que cette annonce a été faite sans consultation préalable. Cette annonce ne nous représente pas a-t-il affirmé. Ila donc souligné l’évidence : l’UE est une association de plusieurs Etats et elle ne peut pas se substituer à eux sans accord préalable. Le conseil a essayé de couvrir la bourde en affirmant que le silence équivaut au consentement. Justement. La Grèce n’étant pas consentante, elle le fait savoir, tout comme Chypre. D’autres, dont la France, qui ne sont pas d’accord non plus, regardent ailleurs.  Habitué aux compromis, aux combinaisons, aux non dits et aux courbettes exigées par la fonction qu’il occupe et les procédures qui lui ont permis d’y accéder, le président du parlement croit peut-être que « ne pas en avoir » c’est la meilleure manière d’atteindre son but. Et il le démontre : « on ne peut pas » déclare-t-il « vouloir négocier les termes de la dette et ne pas être solidaire avec les instances dirigeantes de l’UE ».

On ne peut pas lui reprocher de ne pas connaître le mot de Maurice Thorez « l’Union est un combat » mais on peut facilement lui faire remarquer que la politique c’est pas l’économie, que l’économie c’est pas la finance et que la finance n’existe pas que dans sa version actuelle, qui essaie de se substituer à presque tout, depuis le logos et la philosophie jusqu’à la géopolitique.  

A force de croire que l’Europe c’est l’Allemagne et que l’Allemagne c’est le système financier qui lui garantit le bien être aux dépends de tous les autres, on arrive par avoir une vision très déformée du monde, de ses rouages et de ses enjeux. Oui monsieur Schulz, la démocratie existe et les citoyens peuvent toujours décider de ne plus se plier aux « évidences » de la dette. La géopolitique existe aussi et un pays peut, comme le fait par ailleurs l’Allemagne, décider au vu de ses propres intérêts. Et surtout ce qui n’existe pas c’est la fatalité en tant que sentence. Si vous voulez des pays et des peuples dociles, c’est que vous désirez des citoyens inutiles, des élections inutiles et un monde figé, le seul capable d’être gouverné par des technocrates.

La Grèce n’est pas le seul pays au monde obligé à tenir ses engagements. Tout le monde y est tenu, à commencer par le Conseil, la Commission et le parlement européens, sensés exister au nom de la démocratie, de la solidarité, l’égalité, de la dignité et de la pluralité - active et non béate -, afin qu’aucun des pays membre ne puisse s’adonner à des pratiques totalitaires, de celles qui ont marqué au fer rouge l’histoire de l’Europe et du monde entier.      

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé