Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 janv. 2015

Dette (s).

Michel Koutouzis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Etats Unis d’Amérique (après la guerre d’indépendance), l’Allemagne d’après guerre, la Grèce de Solon et de Clisthène ont connu une avancée fulgurante de leur économie mais aussi un renforcement spectaculaire de leurs institutions démocratiques après leur décision d’en finir avec la dette. C’est du passé diront certains. Et d’une certaine manière ils ont raison. Car à l’époque les dettes représentaient des sommes réelles qui allaient manquer au créditeur, ou, pour le cas de la Grèce antique, une perte de force de travail quand Clisthène, pour renforcer la représentation démocratique, mit un point final au système de l’esclavage pour dette.

Aujourd’hui, de part et d’autre de l’Atlantique, on utilise la planche à billets. Les banques centrales achètent les actifs pourris libérant les banques de leur poids. On n’efface pas les dettes, on les déplace vers une autorité encore plus irresponsable que celle de la royauté absolue, qui, en son temps, devait tout de même rendre des comptes pour les assignats pourris ou les caisses vides.

Aujourd’hui, les jeux d’écriture, les mécanismes de fabrication fiduciaire, la subjectivité qui détermine à partir de quel point une économie devient fragile ou risquée, la règle d’or de deux poids - deux mesures, ne font plus partie de l’économie mais se substituent à la politique. Les dettes souveraines ne sont plus calculées en tant que telles mais en fonction de l’attitude politique de ceux qui les contractent. Une banque ou un pays à l’intérieur du système seront épargnés, un pays qui rechigne, conteste (ou a quelque chose à brader), sera sanctionné. Tout est affaire de décor et de vocabulaire. La BCE peut distribuer 11 mille milliards aux banques reconnaissantes, mais n’a pas le droit d’effacer les 300 milliards de la dette grecque. Les USA peuvent être le pays le plus endetté du monde mais faire marcher leur planche à billets à volonté, l’Italie peut s’acquitter de sa dette à sa manière mais pas la Grèce.

Cette politique obligatoire a plusieurs noms : plans d’ajustements structurels, rigueur, sérieux budgétaire, bonne voie, etc.

Cependant, quelque soit le nom donné et quelque soit le lieu ou le temps où il a été ou est pratiqué, le constat, et ce depuis un demi siècle est patent : le remède tue le malade, l’enchaîne à jamais et lui impose des politiques qui n’ont absolument rien à voir avec l’économie. Il s’agit d’un stade suprême où l’économie déjà transformée en politique subit une ultime mutation, devient dogme religieux ne supportant plus le moindre doute. La vérification devient impossible, dieu existe, un point c’est tout. On parle d’orthodoxie, d’hérétiques, les interprétations sont excommuniées tout comme les voix alternatives.

Pour expliquer ce système clos le nouveau ministre de l’économie grec s’amuse à se référer à la chanson « Hôtel California ».

Voici donc les deux dernières strophes :

Mirrors on the ceiling,

The pink champagne on ice

And she said "We are all just prisoners here, of our own device"

And in the master's chambers,

They gathered for the feast

They stab it with their steely knives,

But they just can't kill the beast

Last thing I remember,

I was Running for the door

I had to find the passage back

To the place I was before

"Relax, " said the night man,

"We are programmed to receive.

You can check-out any time you like,

But you can never leave !

Bref, toutes les élections du monde, ne changeront pas les douceurs du dogme ou, comme s’exclame Mr Sapin, ministre français de l’économie, « l’annulation de la dette est une aberration » Les gardiens du temple orthodoxe s’aventurent à expliquer, sur toutes les ondes, qu’un peuple doit rendre ce qu’il a emprunté. Ils oublient cependant d’indiquer que les peuples rendent ce que les banques et les prêteurs encaissent. Les données de la dette grecque sont à ce point significatifs : sur les sommes libérées, près de 20% a servi à la recapitalisation des banques, 40% au remboursement de la dette, 16% au remboursement des intérêts de la dette, plus de 30% aux échéances de la dette, etc. Si une petite partie (près de 4%) a permis de répondre aux besoins de trésorerie du gouvernement, la part qui a été absorbée pour les besoins de la population est quasi inexistante. Il faut donc répondre aux contribuables français, allemands ou italiens que cet argent a surtout servi à sauver leurs propres banques, comme d’habitude.

Mais l’essentiel se situe ailleurs : ce n’est pas rembourser qui devient prioritaire, c’est se « réformer » et « réformer l’Etat », ce qui de manière plus prosaïque n’est rien d’autre qu’un programme politique qui n’ose pas s’avouer en tant que tel : rabaisser le plus possible le prix du travail, paupériser les services de l’Etat liés à la santé, à l’éducation, à la justice, à la sécurité, et prioritairement aux services sociaux (sécurité sociale, retraites, services, etc.). Ce que le FMI, la Troïka appellent « la bonne voie ». C’est bien ce qu’à indiqué, en toute franchise, le patron d’Eurogroup : « si toutes les réformes sociales du gouvernement de Syriza sont mises en application, le pays ira droit vers la faillite ».

En d’autres termes : sois pauvre et tais-toi.

Pourtant, toutes les réformes annoncées n’auront qu’un impact marginal. Tout simplement par ce que les clercs de l’orthodoxie oublient de se référer à un fait aussi majeur que global : plus de 90% de l’économie concerne les flux financiers, moins de 4% des 10% restant (économie dite réelle) le travail.

A suivre…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi