Mourir à Gaza !

J'avais 17 ans quand j'ai vu pour la première fois le film de Frédéric Rossif : "Mourir à Madrid" Prix Jean Vigo 1963.

J'avais 17 ans quand j'ai vu pour la première fois le film de Frédéric Rossif : "Mourir à Madrid" Prix Jean Vigo 1963.

Plus qu'un choc ce fut une révélation de ce que peut être une guerre entre deux composantes d'un même pays, d'une même région, d'une même ville et même, d'une même famille. Comme l'a si bien chanté Jean Ferrat dans Maria :" Maria avait deux enfants, l'un était rouge et l'autre blanc !"

Hitler et Mussolini aidaient Franco à combattre les républicains du Fronte Popular, la France de Blum laissait faire! Seuls les combattants des brigades internationales sauvaient l'honneur des pays plus ou moins complices en s'engageant comme volontaires antifascistes aux côtés des républicains à l'exemple de André Malraux et d'Ernest Hémingway.

Avec les pilonages de Gaza, on retrouve la même apathie des dirigeants des gouvernements européens ou la complicité active des USA qui arment Israël...Un peuple est massacré! Des "Guernica" se comptent par centaines, 3000 victimes palestiniennes dont trois quarts d'enfants d'un côté, 60 israéliens presque tous militaires de l'autre!

On objecte les tirs des roquettes du Hamas pour justifier, voire applaudir aux ripostes israéliennes! Mais cela a été démontré par de nombreux commentateurs : tout a été fait par Israël pour monter le Hamas contre le Fatah et empêcher la conclusion d'un protocole de paix durable dans la région! 

Pourtant, malgré les morts, les destructions, les exécutions, comme en Espagne, un jour viendra où les peuples finiront par imposer la paix à leurs dirigeants et où les deux frères de la même famille vivront à côté l'un de l'autre dans une terre commune...Il est temps que l'on créé, sinon des brigades internationales armées, des brigades internationales de gens de bonne volonté toutes opinions et religions confondues criant comme à Tel Aviv il y a quelques jours: "La Paix Maintenant!"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.