Le photographe Jean-Luc Manaud, « seigneur du désert » n’est plus

Samedi 28 février 2015, le photographe Jean-Luc Manaud s’est éteint à l’hôpital à Nantes. Il était né le 13 décembre 1948. Son travail est diffusé par l’agence Rapho.

 © Jean-Luc Manaud © Jean-Luc Manaud

Samedi 28 février 2015, le photographe Jean-Luc Manaud s’est éteint à l’hôpital à Nantes. Il était né le 13 décembre 1948. Son travail est diffusé par l’agence Rapho.

A 66 ans, c’est une grande figure du reportage photo qui s’est envolée, un de ceux qui ont eu 20 ans en 68. Un phare sur la route du Sahara, et un artiste. A l’œil reviendra en début de semaine sur son parcours. La cérémonie aura lieu à Nantes mercredi prochain à 15h. A l’œil, Geneviève Delalot et Michel Puech sont de tout cœur avec ses enfants, ses familles et ses amis.
Nous publions l’hommage que nous avons sollicité auprès d’Alain Mingam vice-président de RSF.

L’hommage d’Alain Mingam

 © Jean-Luc Manaud © Jean-Luc Manaud

Jean–Luc Manaud était un vrai seigneur du désert qu’il aimait tant. Authentique gueule enturbannée, tel un Peter O’ Toole de l’image, aimanté par toutes les beautés sahariennes, il était le touareg, naturellement nomade d’une photographie étincelante de la passion qu’il portait depuis toujours à la beauté immaculée des paysages régulièrement arpentés du Ténéré jusqu’à la Mauritanie .

Alors commissaire de « L’ Œil–en–Seyne » à la Villa Tamaris, j’avais exposé la collection surprenante, magnifique, de ses polaroids du Niger. Il n’avait pas réussi à vendre ces véritables petits bijoux et m’avait appelé pour l’aider en novembre dernier. En vain.

Car, photographe au long cours, au cœur d’une profession soumise au vent mauvais du chômage ambiant et désertée par des commandes de plus en plus rares, Jean-Luc luttait aussi avec beaucoup de courage pour garder souffle de vie , vivre et respirer sa passion du métier. A l’heure où les tensions géopolitiques, islamistes traversent le théâtre naturel de ses rêves vécus, Jean–Luc Manaud nous lègue un patrimoine exceptionnel de reportages, de carnets de voyage réalisés avec son ami Pierre Guicheney.

Habité par une nostalgie sans doute irréparable, je chercherai toujours à capter la beauté, ou plutôt le souvenir de la beauté du Sahara, de ce paradis d’enfance désormais interdit. Ce monde est le mien depuis toujours…» Jean–Luc l’a toujours revendiqué et nous lègue aujourd’hui un patrimoine exceptionnel. Chacune de ses images restera, tel un oasis de référence, pour ressourcer notre mémoire à la beauté du monde, à la dignité des peuples nomades.

Et rendre hommage à un grand photographe, bel homme de cœur et d’esprit, au regard lumineux d’intelligence, à Jean–Luc l’Africain.

Alain Mingam.
Vice-Président de Reporters sans frontières.

 Les photographies de Jean-Luc Manaud sont diffusées par l'agence Gamma-Rapho

-------------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA  - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publication.s

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.