Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2014

La bataille de Kobané, témoignage du photographe Frédéric Lafargue

Depuis septembre 2014, Daesh essaie de conquérir la ville de Kobané en Syrie malgré l’âpre résistance des forces kurdes (YPG et PKK) et les interventions aériennes de la coalition.  Malgré les risques, journalistes et photographes tentent d’entrer dans la ville. Pierre Barbancey de l’Humanité et le photographe Frédéric Lafargue ont réussi à témoigner. Récit de l’intérieur.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kabané 28 nov 2014 © Frédéric Lafargue

Depuis septembre 2014, Daesh essaie de conquérir la ville de Kobané en Syrie malgré l’âpre résistance des forces kurdes (YPG et PKK) et les interventions aériennes de la coalition.  Malgré les risques, journalistes et photographes tentent d’entrer dans la ville. Pierre Barbancey de l’Humanité et le photographe Frédéric Lafargue ont réussi à témoigner. Récit de l’intérieur.

« La frontière est à deux pas, marquée par une clôture de barbelés. Sans un mot, deux hommes nous réceptionnent. Les sacs sur le dos, nous les suivons. Une brèche a été ouverte. Nous nous y engouffrons. Nous voilà seuls. À quelques centaines de mètres, nous apercevons les lumières bleues des véhicules de la gendarmerie turque qui patrouillent sans cesse. Il faut faire vite et se fondre dans la pénombre. Cinq cents mètres, peut-être un kilomètre, à découvert, qu’il faut franchir le plus rapidement possible. Les militaires turcs ont la gâchette facile, même si nous sommes en territoire syrien. Le champ est boueux. Les chaussures s’alourdissent à chaque foulée, lestées de paquets de terre. Dévaler et grimper des talus, passer la voie de chemin de fer alors que les échanges de tirs sont de plus en plus menaçants, sans pouvoir en discerner la provenance. Les contours des premières maisons de la ville se dessinent enfin. Si loin, si proches. Quelques pas encore. Enfin ! Nous entrons dans Kobané.» écrit le 1er décembre 2014 Pierre Barbancey dans L’Humanité qui était avec le photographe Frédéric Lafargue,  ancien grand reporter de l’agence Gamma aujourd’hui freelance.

La troisième tentative a été la bonne

© Frédéric Lafargue
© Frédéric Lafargue
© Frédéric Lafargue

« Il a fallu deux semaines et plusieurs tentatives » m’écrit ce lundi Frédéric Lafargue, « Nous avons essayé d’abord d’une façon disons officielle avec les autorités turques. Mais celles-ci restreignent de plus en plus les accès. Elles n’autorisent qu’un endroit pour la presse, sur une colline  à 3 km de l'entrée de la ville, où l’on peut faire des images de bombardements avec un téléobjectif de 400 mm. Ensuite il y a la voie non officielle… Nous avons fait trois tentatives avec les volontaires qui tentent de rejoindre la résistance en se faufilant entre les patrouilles de l’armée turque. Nous avons échappé de peu à l’arrestation dans un verger de pistachiers plein de boue. »

La troisième tentative a été la bonne. Frédéric Lafargue, qui n’est pas un débutant, confesse pourtant sa peur. Daesh est très près, et l’on sait le sort qu’ils réservent aux journalistes. La journaliste freelance Edith Bouvier, qui participait samedi dernier à un débat animé par Alain Mingam dans le cadre de la manifestation « 1914-1918 : Lyon sur tous les fronts ! », racontait qu’elle s’était trouvé la semaine dernière à 15 mètres des forces de Daesh et que « c’était vraiment trop près ! Mais les femmes combattantes kurdes chantaient ! »

« Nous avons dû  courir dans la nuit, traverser deux tranchées profondes et boueuses pour  atteindre le point de rencontre avec notre contact » raconte Frédéric Lafargue mais il n’était pas là. « On a  dû se décider à frapper à une porte pour trouver un abri, en attendant l’arrivée du  contact  en supposant que notre  point d'arrivée était  la partie ouest de la ville contrôlée par la résistance et non par Daesh. Heureusement la première porte était celle d’un atelier où trois dames du PKK s’occupaient d’armes et ont dit, j’espère en plaisantant, qu’elles n’avaient pas tiré parce que nous ne portions pas de  longues barbes ... Elles nous ont aidés, nourris, logés. »

Quel est l’état de la ville ?

Devant la porte... © Frédéric Lafargue

« Le centre-ville le plus  près de la frontière n’est que décombres, en raison d’explosions de véhicules-suicides comme ceux utilisés par Daesh ce week-end. D’autre part les frappes aériennes de la coalition ont fait des dégâts  très lourds depuis des  semaines. La partie occidentale de la ville  est très endommagée par d’incessants tirs de mortiers de Daesh,  et la partie orientale est presque rasée pour les mêmes raisons.  Je n’ai pas pu visiter le centre ni le sud de la ville…  Quant aux attaques de ce week-end je n’en n’ai pas été directement le témoin car il y a eu un pilonnage permanent par des mortiers et il a fallu rester à l’abri. Le bruit de la bataille  était énorme, avec des échanges de tirs  d'armes à feu et  de nombreuses frappes aériennes. Un obus de mortier a atterri à côté de la porte de la maison où j’étais. Je l’ai découvert en sortant dimanche  matin. Le premier regard sur  la zone de combat du week-end  a été assez impressionnant. Le niveau de destruction près de l'endroit où a explosé le véhicule-suicide  est énorme. J’ai couvert quelques zones de guerre, mais les destructions ici  me semblent  tout à fait exceptionnelles. »

Comment te déplaces-tu ? Avec quelle protection ?

« Je porte un casque classique,  je ne porte pas de sac pour être plus léger  pour courir  avec les combattants qui m’escortent. La principale menace ce sont  les snipers et les tirs de mortiers.  Un autre type de précaution consiste à gérer les susceptibilités des combattants… Certains combattants  kurdes sont des ressortissants turcs et ils ne souhaitent pas  se faire photographier, craignant des représailles quand ils vont retourner en Turquie. Un autre problème est le secret militaire et on m’a souvent demandé de ne pas photographier telle ou telle position  tactique spécifique pour ne pas renseigner Daesh. »

Michel Puech

Aller plus loin

Lire le témoignage de Pierre Barbancey : http://www.humanite.fr/notre-envoye-special-au-coeur-de-kobane-en-resistance-559049#sthash.SWVsffJp.dpbs

Retrouvez nous sur www.a-l-oeil.info, écrivez nous ICI (si vous n'êtes pas encore abonné à Mediapart), et soutenez nous !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan