Il y a 40 ans, le « Joint français »

Grèves, occupations d’usine, séquestrations de cadres se multiplient dans toute la France de cette année 1972. « Mai 68 » n’est pas loin. Cette photographie prise par Jacques Gourmelen, photographe au quotidien Ouest-France va devenir  une icône.

 © Jacques Gourmelen / Ouest-France © Jacques Gourmelen / Ouest-France

Grèves, occupations d’usine, séquestrations de cadres se multiplient dans toute la France de cette année 1972. « Mai 68 » n’est pas loin. Cette photographie prise par Jacques Gourmelen, photographe au quotidien Ouest-France va devenir  une icône.


Le 6 avril 1972 à Saint-Brieuc, port des Côtes d’Armor, en Bretagne, la grève des ouvriers de la société du « Joint Français » s’éternise... Les forces de l’ordre interviennent.

 

Face à face,  un ouvrier, Guy Burniaux et  Jean-Yvon Antignac, un policier des Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS).  Jacques Gourmelen, l’auteur de la photographie,  travaille à  « la locale » de la ville pour le quotidien français au plus gros tirage : Ouest-France.

 

« J’ai pris cette photo à l’instinct. »

 

« Burniaux avait reconnu son pote et ancien camarade d’école. » a raconté  le photographe à sa consoeur Véronique Constance. La journaliste de Ouest-France a réalisé un remarquable dossier pour le quarantième anniversaire de cette grève restée dans les mémoires ouvrières françaises.

 

«  Je l’ai vu se diriger vers lui, le prendre par le col. Il pleurait de rage et lui disait : 'Vas-y tape moi dessus pendant que tu y es.' L’autre n’a pas bronché d’un poil ! » lui a confié Jacques Gourmelen.

 

« Je faisais partie du noyau dur des ouvriers révoltés. » a raconté à Ouest-France Guy Burmiaux, l’ouvrier. « On avait des salaires de misère, on bossait 47 heures par semaine…/… Nous avons retenu les trois directeurs dans les locaux de l'Inspection du travail. On a passé la nuit là-bas, à boire café sur café. Le matin, l'ambiance était électrique. Après les policiers, les gardes mobiles, ce sont les gars de la CRS 13 qui ont déboulé. Là, j'ai reconnu Jean-Yvon ! Nous étions ensemble au lycée Curie. Boute-en-train de la classe, on était inséparables. »

 

 « La photo du XXème siècle » pour les bretons »

 

«  Si je devais en choisir une - parmi toutes les photos du livre La Bretagne des photographes- ce serait celle de Jacques Gourmelen. Pour moi, c'est la photo du siècle à l'échelle de la Bretagne. Son sens est très fort : c'est l'aspiration à la dignité.

 

Hélas, quelques mois après le quarantième anniversaire de cette prise de vue, Jacques Gourmelen est décédé. Ses obsèques ont eu lieu mercredi 30 mai 2012, en l'église Notre-Dame de Cesson à Saint-Brieuc.  Condoléances à sa famille et ses amis. Et bravo à Ouest-France de faire vivre la mémoire des luttes et ce qu’il en reste : une icône pour la dignité des ouvriers.

 

Michel Puech


Lire le dossier dans Ouest-France

 

-----------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA  - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publication.




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.