Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2016

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Les agresseurs du photojournaliste David Sauveur devant les Assises

Lundi 12 décembre 2016, s’ouvre devant la Cour d’Assises de Perpignan le procès de la sauvage agression dont a été victime le 3 août 2011, David Sauveur, photographe de l’agence VU. Mais il manque un accusé à l’appel.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autoportrait polaroid © David Sauveur

« Il était 2 h 20 du matin à Collioure, quand, à l’angle de l’avenue Pelletant et de la rue Pasteur, au bout du quai de l’Amirauté, le photographe a été violemment frappé par un homme torse nu en short rouge fortement alcoolisé selon un témoin », racontent Fabrice Thomas et Jean-Marc Sibille de l’hebdomadaire départemental « Le petit journal ».

Nous étions en août 2011, peu de temps avant l’ouverture à Perpignan du festival international de photojournalisme « Visa pour l’image », où convergent des professionnels du monde entier.  David y était attendu. David Sauveur est loin d’être un inconnu pour les festivaliers.

David Sauveur en Libye

On peut même dire qu’à 37 ans David Sauveur était dans l’œil des éditeurs de photo de presse. Ses reportages étaient très appréciés. Mediapart l’a accueilli dans le cadre de MediaVu en partenariat avec son agence.

Cet été- là, il revient tout juste de « couvrir » en Libye, « la révolte d’un peuple ». « Photojournaliste habitué aux chaos de l’histoire, j’ai fait le choix de donner une image des hommes qui doivent apprendre à vivre dans la guerre par nécessité, ému par la volonté d’un peuple uni face à la terreur, par la foi et le courage de ceux qui choisissent la liberté », a-t-il écrit pour le site de son agence.

A Collioure en vacances, par une belle nuit d’été catalan la promenade nocturne du photographe de retour du front se termine par une rencontre avec la pure sauvagerie, de celle qui fait des voleurs, des assassins.

« Une vingtaine de mètres plus loin, rue de la République, entre le café Sola et le parking, l’agresseur au short rouge réapparait accompagné de deux comparses. Le ton monte entre la victime et les trois individus, les pompiers se sont interposés plutôt mollement, un des trois individus, pas celui au short rouge, assène alors deux ou trois coups de poing au visage du photographe, je l’ai vu tomber, comme une masse, il était inconscient avant de toucher le sol. Je suis ressorti de l’hôtel. Les trois individus se sont enfui », a déclaré un témoin de la scène.

Il manque un accusé à la barre

La semaine prochaine, du 12 au 16 décembre 2016, les jurés de la Cour d’Assises de Perpignan vont avoir devant eux, deux des trois accusés car le dénommé Johan Beaune, né le 15 avril 1979, est introuvable malgré un mandat d’arrêt en date du 21 octobre dernier.

Introuvable un homme qui a, sur son casier judiciaire un palmarès de 27 condamnations pour vol, violence, etc.

Parmi les autres accusés, Samuel Massio, né le 10 avril 1988, âgé de dix ans de moins que Johan Beaune, affiche néanmoins le même palmarès sur son casier : 27 condamnations !

Seul le troisième comparse Nicolas Gourabian, né le 12 août 1989 présente un casier judiciaire vierge.

« David est très lourdement handicapé, et il le restera », confie sa mère, Thérèse Lecoq, au téléphone. « Il ne peut pas parler. C’est la totale ! » avant d’ajouter « mais il est extrêmement étonnant, il est zen… Il est lourdement handicapé mais il n’est pas une personne difficile à accompagner ».

Le procès ? « David sera présent. Il a réalisé il y a quinze jours… Mais il veut être présent pour que les gens se rendent compte », ajoute sa maman qui est « vraiment perturbée par la disparition d’un des accusés… La police ne sait pas où il est ! » dit-elle.

« Mon souci ? Que l’épreuve ne soit pas trop dure pour David et sa famille », confie Maître Cussac, avocate des parties civiles.

Les trois accusés sont poursuivis pour « vol avec violence ayant entraîné une mutilation ou infirmité permanente » et agrémenté par la Police de « fourniture d’identité imaginaire ».

Une pratique que doit poursuivre en cavale le dénommé Yohan Beaune.

Michel Puech

Voir les photographies de David Sauveur sur le site de l’agence VU'.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol