Vive la R'TAP !

00h00 Station de métro RATP de Charenton Ecoles. Je monte dans une rame de la ligne 8 pour atteindre la station Mairie d'Issy de la ligne 12 via deux correspondances : l'une avec la ligne 6 à la station Daumesnil ,et l'autre, avec la ligne 12 à la station Pasteur. Le timing est un peu court, mais, normalement, je dois avoir la correspondace a Pasteur à 01h06 avec le dernier métro de l2.

Panneau_Ticket_Ratp.jpg00h00 Station de métro RATP de Charenton Ecoles. Je monte dans une rame de la ligne 8 pour atteindre la station Mairie d'Issy de la ligne 12 via deux correspondances : l'une avec la ligne 6 à la station Daumesnil ,et l'autre, avec la ligne 12 à la station Pasteur. Le timing est un peu court, mais, normalement, je dois avoir la correspondace a Pasteur à 01h06 avec le dernier métro de l2.


A la station Daumesnil, aucune annonce de perturbation de trafic ni de travaux n'est audible. Je monte donc confiant dans la rame, mais à la station Bercy, un employé crie : "Terminus !" Raison ? "Travaux sur la ligne. Il y a un bus de substitution à la sortie" me jette dans l'oreille, le conducteur et unique employé de la Ratp présent. Je monte à la surface: personne dans la station pour m'indiquer l'endroit où trouver le fameux bus.


A ce stade il me faut préciser que je porte une canne jaune, équivalent pour les malvoyants à la canne blanche; et dispose d'une vision dite "tubulaire" qui ne me permet pas d'embrasser largement un carrefour, en particulier de nuit. Heureusement l'humanité l'étant plus qu'on ne le croit, un jeune homme se propose de m'aider. Il me conduit à "l'autobus de substitution". Nous attendons cinq ou dix minutes que le chauffeur et une employée finissent d'enfiler des perles et après, un assez court trajet, l'autobus de substitution largue littéralement ses passagers dans une rue adjacente à la place d'Italie, en nous disant : "La station est sur la place". Mon jeune accompagnateur, comme moi, peu famillier de cette place de Paris mettons quelques minutes à trouver la station de métro où deux employés nous attendent pour nous annoncer que la dernière rame dans notre direction vient tout juste de partir.... Devant nos protestations, il répond que tous les soirs c'est pareil, mais qu'il n'a aucune information et pouvoir sur les aléas du "bus de substitution".


Il n'y a plus qu'a attraper un taxi. (15 euros de dépense non prévue et non souhaitée)


Moralité : La Ratp fait des efforts d'équipement pour les handicapés qui parfois sont assez onéreux, mais ne semble pas disposer du plus élémentaire bon sens pour assister tous ses clients en cas de perturbation du trafic pour cause de travaux. Il faut être famillier de la ligne ou s'abstenir. Il manquait à Bercy une personne en station pour indiquer l'autobus et, place d'Italie, il serait quand même plus simple de débarquer les voyageurs à côté de la station de métro, plutôt qu'à perpète les oies.


Si je rapporte l'incident, c'est qu'un bon malvoyant peut être observateur et que ce n'est pas le premier été qu'il m'arrive ce genre d'incident en des circonstances similaires.


Quand la rame vient à manquer, il n'est pas nécessaire de transformer le voyageur parisien en galérien !

 

Michel Puech

------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.

Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.