Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2010

« Low cost, voyage au pays du capitalisme sauvage»

Vous aimez voyager ? Pas cher. Voilà le film qu’il vous faut voir pour comprendre pourquoi vous volez pour moins cher avec Ryanair, aux frais du contribuable, vous ! Un film, une enquête journalistique montée comme un polar. Normal, c’est une histoire de « voyou » et de « cocu ».

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Amnistia.net

Vous aimez voyager ? Pas cher. Voilà le film qu’il vous faut voir pour comprendre pourquoi vous volez pour moins cher avec Ryanair, aux frais du contribuable, vous ! Un film, une enquête journalistique montée comme un polar. Normal, c’est une histoire de « voyou » et de « cocu ».

Des pilotes pressés et payer à Dublin © Amnistia.net
© Amnistia net



Vendredi 10 septembre 2010 à l’Agora de la fête du journal l’Humanité par Enrico Porsia, avec à l’image Ettore Malanca et monté par Sandra Paugam. Le film sera prochainement disponible sur le web. (Actualisation du 22/10/10: le film est disponible en ligne ICI)


Enrico Porsia, les lecteurs assidus le savent déjà, - les autres le découvrent là – n’est pas un homme ordinaire. C’est un journaliste, un enquêteur, un reporter, un « fouille-merde »


Jean-Pierre Lovichi écrit sous le titre « Enrico Porsia, l’homme à débattre » (ndlr : in n° 7 de la revue Fora) : « Il est des individus qui incarnent la liberté et participent de la possibilité effective de celle des autres hommes, peut-être moins courageux. Que l’on partage ou non ses idées et ses prises de position, on ne peut contester deux choses à Enrico Porsia : son courage et sa liberté. »

La continuité territoriale © E Porsia / Amnistia.net
© Amnistia.net



Depuis bientôt 25 ans, je « suis » la trajectoire professionnelle d’Enrico Porsia. J’ai connu et partagé ses débuts dans le photojournalisme. Vécu son intransigeance – déjà - dans le travail d’enquête, la base du journalisme. Il publie alors dans le Figaro Magazine, pour lequel il va pour la première fois en Corse. Il arpente la France de la désindustrialisation en N&B pour le magazine Géo puis travaille avec l’agence Sipa press.

Ryanair en Irlande © Video-News.info
© Amnistia.net


La photographie ne lui suffit pas. Il se lance dans l’écriture en créant notamment avec Didier Daeninckx un site d’investigation : Amnistia.net. Il publie des tribunes dans Le Monde, dans Libération, collabore à Bakchich.info, mais reste un individuel, un indépendant.

Après avoir été le journaliste qui a obligé le Président de la République à ordonner à l’Assemblée de Corse d’annuler son futur Plan d’occupation des sols (PADDUC), il est attaqué en justice par les élus corses de l’UMP. (Une affaire à suivre).


Habitant la Corse, il est confronté dans sa vie professionnelle au problème de la « continuité territoriale » - (ndlr: il a également des soucis avec son automobile) - et, se tournant vers la vidéo, il commence alors une longue enquête sur tous les types de transports publics qui relient l’île au continent.

C’est ainsi qu’il commence à comprendre les mécanismes de subventionnement des compagnies « low cost ».

Il pointe Ryanair, et se lance dans trois mois d’enquêtes intenses, au terme desquelles passent devant la caméra toutes les parties qui ont à se plaindre de Ryanair. Et il y en a, même si la règle est le mutisme. L’omerta, Enrico Porsia connait. Il a même publié quatre pages dans Le Monde Magazine sur la question… Encore un procès ?

Enrico Porsia devant l'Hotel de Ville de Marseille © Video-News.info

En s’attaquant au bouillonnant patron de Ryanair, et en mettant à jour, avec minutie et pédagogie, les mécanismes complexes de financement… le film arrive à l’Ile de Mann, paradis fiscal si il en est. C’est semble-t-il là-bas, sur un compte qu’arrive l’argent des contribuables. On sait combien arrive sur l’ile, on ne sait pas combien en ressort, ni au profit de qui. Enrico Porsia va encore se faire des amis.


Mais à Paris, comme à Perpignan, on peut rencontrer des journalistes tenaces et courageux vendredi 10 septembre à 17 heures, et (sous réserve) samedi 11, cette enquête sera projetée en avant-première à l’Agora de la Fête de l’Humanité en présence d’Enrico Porsia. Il faut espérer qu’il trouve les moyens financiers de continuer son très instructif et passionnant voyage au pays du capitalisme sauvage.

Une belle série ? Un long métrage ? Un web-documentaire ?

Michel Puech
Issy-les-Moulineaux 9 septembre 2010

Pour prolonger

Tous les salaires sont là ! © Video-News.info


- Video-News.info, l’unité de production d’Amnistia.net
- Programme de la fête de l’Humanité

Toutes les images copyright Video-News.info/Amnistia.net

------------------------

A l'oeil , blog du Club Mediapart,
s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en générale. Il est tenu bénévolement par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes et journalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations de ce blog sont soumis à des droits d'auteurs. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation conformément à la loi française. Pour d'éventuelles reproductions veuillez prendre contact. Vous pouvez retrouver A l'oeil sur Facebook, et sur le site de Michel Puech.

Pour rester informé sur les nouvelles publications, abonnez -vous à l'alerte

Pour vous désabonner de cette alerte, envoyez un e-mail.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran