Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2008

Jimi Hendrix, la musique est ma couleur…

  Mais il n’a jamais été mieux photographié qu’en « N&B » ! Jeanne-Martine Vacher feuilletonne sur France Culture la vie de l’idole d’une décennie de liberté. L’occasion de vous faire découvrir ma photographie préférée du guitariste, et son auteur Horace.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais il n’a jamais été mieux photographié qu’en « N&B » ! Jeanne-Martine Vacher feuilletonne sur France Culture la vie de l’idole d’une décennie de liberté. L’occasion de vous faire découvrir ma photographie préférée du guitariste, et son auteur Horace. Vous pouvez lui rendre visite ce week-end en suivant « Le chemin des artistes » du Parc du Morvan.

« Comment débusquer, mettre à nu la vie et l'œuvre de Jimi Hendrix, si bourrées de ces clichés qui font partie intégrante de sa légende ? Comment, moi, femme, déchiffrer cet homme ? Comment, moi, Blanche, ressentir son noir ? Face à toutes ces questions, je ne possède qu'une fragile certitude, le partage de la seule chose qui nous soit résolument commune : la musique. S'engouffrer avec risques et périls au cœur même de sa musique et des mots qu'il y sculpta, buter encore sans doute sur d'autres énigmes, siennes et nôtres tout à la fois, dont beaucoup ressemblent à la formule énigmatique qu’il chantait avec une fièvre mystérieuse : If Six was Nine. » écrit Jeanne-Martine Vacher dans la présentation des quinze épisodes de ce feuilleton qui a débuté le lundi 6 octobre 2008, mais que vous pouvez écouter sur le web de France Culture.A l’écoute de cette variation biographique, je n’ai qu’une image en tête, celle qui débute ce billet. Une photographie de Jimmi Hendrix au célèbre concert de l’ile de Wight en 1970. Comme quelques « plaques » - ainsi les photographes nomment ils les photographies exceptionnelles - celle là est due au hasard.Pour les jeunes gens de l’ère numérique, rappelons que les films argentiques sont d’abord développés dans des cuves avec passage obligé dans trois bains : révélateur, fixateur, lavage à grandes eaux, puis séchage dans une cabine d’air chaud… Autant dire que l’effet, ici, ne doit rien à Photoshop !
Horace, puisque tel est le nom d’artiste du photojournaliste, a ramené de nombreux films de ce concert mythique. Il développa donc à la chaîne, si je puis dire. La fatigue, un café à faire et à boire, on ne sait, il ne sait plus. Le temps passa un peu trop, et l’un des films d’un de ses deux boitiers Pentax resta un peu trop longtemps dans la sécheuse. On ne peut aujourd’hui que s’en réjouir car le léger fondu de la gélatine du film, rend merveilleusement bien la musique de Jimmi Hendrix.« C’est de sa musique que naît la fiction, une musique dont le propos, explicite ou implicite, me sert de fil conducteur, me permet de scruter son auteur à l’aune d’une histoire de la musique qui va bien au-delà de celle du rock : alors j’entends sa voix résonner en écho de celles si poétiques de la Harlem Renaissance, je contemple ses photos et rêve en ricochet au joueur de luth du Caravage…. » poursuit Jeanne-Martine Vacher.Horace ? Curieux nom que se choisit dans les années 60, Louis Grivot, un petit barbichu maigre et musclé passionné de musique. Il commence à photographier tous les musiciens qui passent par Paris : Ray Charles, Thelonious Monk, Charles Mingus, Albert Ayler, Don Cherry, Ornette Coleman, Michel Portal, Barney Wilen, François Tusques, Jean-François, Beb Guérin, Aldo Romano, Jacques Thollot... La liste est aussi longue que celle de son ami Philippe Gras dont on a vu une exposition posthume à la Cité de la Musique.Horace « couvre » aussi Mai 68, les mouvements sociaux, les bascules de la société des années 70… Aujourd’hui, il continue à « faire les festivals » et à répondre aux iconographes qui l’interroge sur ses 40 ans d’archives.Ce week-end dans le cadre d’une manifestation organisée par le Parc du Morvan, « Le chemin des artistes » il ouvre sa tanière, « La marchaude » à Villiers-en-Morvan de 14 h à 19 h. Une occasion unique de le rencontrer, de découvrir des photographies rares et même de voir un magnifique diaporama numérisé « Bird » sur Charlie Parker qu’il a projeté rarement. Et si une photographie vous plait…Pour écouter le feuilleton de France CulturePour rendre visite à Horace
La Marchaude France 21430 Villiers-en-Morvan,
Téléphone: 33 (0) 3 80 84 04 44Archives sur son site personnel

Photographies dans la galerie Photos.Neteyes.fr

Remerciements à Horace et Manon, pour leurs amicales autorisations de publication.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85