Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 sept. 2009

Adieu Willy Ronis l'humaniste !

 Il était né au début du siècle dernier, en août 1910 et il avait fêté ses 99 ans avec une grande exposition organisée par les « Rencontres d’Arles ». C’était le dernier de cette vague de photo-reporters qualifiés d’humanistes. Un nom qu’il méritait bien, tant sa courtoisie et sa gentillesse frappaient ceux qui le rencontraient.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris 2005, Willy Ronis à la galerie Camera Obscura © Philippe Charliat

Il était né au début du siècle dernier, en août 1910 et il avait fêté ses 99 ans avec une grande exposition organisée par les « Rencontres d’Arles ». C’était le dernier de cette vague de photo-reporters qualifiés d’humanistes. Un nom qu’il méritait bien, tant sa courtoisie et sa gentillesse frappaient ceux qui le rencontraient.

© 

Il marchait et photographiait encore quand en 2002, il avait tenu à être présent pour le « pot » de départ de Mark Grosset, alors directeur de l’agence Rapho, « démissionné » par l’énarque de service du groupe Hachette Filipacchi. « Comment ne serais-je pas là ? » m’avait-il dit.

Il avait rejoint l’agence Rapho à la fin des années 40 et était un ami de la famille Grosset dont Raymond, le père, avait relancé l’agence en 1947 avec, notamment, Robert Doisneau.

in Photo-reportage et chasse aux images © Willy Ronis Ed. Montel 1951

« Si il y a deux mots qui s’applique à Willy Ronis, c’est rigueur et fidélité. » déclare au téléphone Stéphane Ledoux, le patron du Groupe Eyedea dont fait partie Rapho. « C’est une nouvelle très triste pour la photographie et pour l’agence Rapho a laquelle, il est resté fidèle toute sa vie. »

Son premier appareil photo, Willy Ronis le prend en main en 1926 et commence à photographier Paris. Il faut dire que son père d’origine russe a un petit studio de photographe de quartier. Il y travaille, sans aucun enthousiasme, à partir de 1932. Mais le portrait en studio n’est pas son affaire. La photographie non plus d’ailleurs. A la mort de son père en 1936, il devient photographe illustrateur indépendant et « couvre » les conflits sociaux. C’est l’année de sa première parution dans « Regards », un magazine proche du PCF concurrent du célèbre « Vu ».

in Photo-reportage et chasse aux images © Willy Ronis Ed. Montel 1951

Le voilà photographe, un peu malgré lui, mais content de pouvoir par cet exercice rencontrer des gens et découvrir des paysages. Il photographie la montagne qu’il aime - en particulier les Vosges et les Alpes - et les nuits de Paris qui donnent lieu à sa première exposition à la Gare de l’Est. En 1937, il achète un Rolleiflex, se lie d’amitié avec Robert Capa et Chim. Photos sociales mais aussi reportages touristiques l’amènent en Grèce, en Yougoslavie, en Albanie…

D’origine juive et étrangère (père russe, mère lithuanienne), « Avec la promulgation des premières lois antisémites il doit renoncer a ses activités de photographe; En décembre il travaille la nuit comme manoeuvre dans une minoterie. En juin 1941 à Loches, il passe la ligne de démarcation dans des conditions difficiles et manque d'être arrêté. La douzaine de personnes qui l'accompagne est interceptée par une patrouille allemande. Plus jeune, plus rapide, il s'enfuit. Il est le seul a ne pas être arrété. Planqué, il voit les allemands repartir avec sa bicyclette, il a perdu son sac, mais il est libre. Il vit d'expédients sur la Cote d'Azur passant de la tournée théatrale avec la bande à Prévert au studio de Sam Levin à Toulon. » (source 1)

in Photo-reportage et chasse aux images © Willy Ronis Ed. Montel 1951

Willy Ronis réfugié un temps à Nice s’emploie comme aide décorateur aux studios de cinéma de la Victorine, puis peint des bijoux avec Marie-Anne qu’il épousera en 1946 et dont le « nu provençal » deviendra une icône.

© 

Revenu à Paris en 1944, il travaille pour « Point de Vue », « L’Ecran français », « Regards », « L’Illustration », » Le Monde Illustré » tout en réalisant des commandes notamment pour « Air France ». Membre à part entière de l’agence Rapho depuis 1946, les années 50 le voient travailler pour « Vogue ». En 1953 première exposition au Musée d’Art Moderne de New York avec Brassaï, Doisneau et Izis. La Biennale de Venise de 1957 le consacre. Il a également une activité d’enseignant aux écoles IDEEC, Estienne, Vaugirard et publie en 1951 aux éditions Montel « Photo Reportage et chasse aux images », dont il écrit le texte et qu’il illustre de ses photographies. Cet opuscule sera également édité en italien sous le titre « Il manuale del perfetto fotoreporter » ( Ed Quinti, 1953).

in Photo-reportage et chasse aux images © Willy Ronis Ed. Montel 1951

En 2002, alors qu’une signature de son dernier livre avait été organisée pour le personnel de l’agence Rapho, j’avais choisi de lui faire dédicacer ce petit fascicule, trésor de ma bibliothèque que j’avais déniché grâce à Jean-Louis Rochelois, un bouquiniste passionné. En voyant l’objet Willy Ronis avait levé les bras en l’air : « Ca alors ! » Et le prenant en main il me dit « il est en meilleur état que le mien » avant d’écrire la dédicace suivante : « A Michel, cette vieillerie restée chère à mon cœur. »

Les années 60 le voient exposer au Musée des Arts Décoratifs à Paris avec Doisneau, Frasnay, Lattès, Pic et Janine Niepce. Il part en reportage pour Alger sur le premier Festival panafricain et dans les pays de l’Est : Berlin-Est, Prague, Moscou. Il quitte en 1972 Paris pour Gordes puis l’Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse.

Bien qu’il reçoive le prix Nadar en 1981 pour son album « Sur le Fil du Hasard » et qu’il soit exposé de nombreuses fois, la fin des années 70 et les années 80 sont financièrement très difficiles pour Willy Ronis. En 1983 il réalise un acte important et aux conséquences multiples : il fait donation de son œuvre à l’Etat (Ministère de la Culture) avec effet « post-mortem ».

Cette donation va lui permettre d’obtenir un petit appartement pour revenir s’installer à Paris, mais aura comme conséquence qu’au lendemain de son décès ses droits d’auteurs ne seraient plus perçus par l’agence Rapho avec laquelle il aura collaboré toute sa vie ! « Nous sommes en négociation avec le Patrimoine » confie Stéphane Ledoux du Groupe Eyedea « car Willy Ronis a fait part à qui de droit de son souhait que l’agence Rapho conserve un rôle dans la diffusion de son œuvre. »

in Photo-reportage et chasse aux images © Willy Ronis Ed. Montel 1951

Pour un photographe « ce sont les 70 premières années les plus difficiles » avait l’habitude de dire en substance Robert Doisneau. A partir des années 90, la situation de Willy Ronis s’améliore en même temps que l’âge le rejoint. Il continuera à travailler jusqu’en 2005, où il fera en septembre une émouvante exposition à la galerie « Camera Obscura » de nus féminins, dont ceux de ses dernières prises de vue.

Très gêné pour se déplacer, il raccroche alors ses boitiers. Diminué physiquement par une insuffisance rénale, il garde une vivacité d’esprit et une mémoire étonnante. « Pour l’exposition d’Arles, comme d’habitude je suis allé chez lui chercher les négatifs » raconte son tireur Hervé Hudry « Alors que je lui montrais une épreuve de petit format pour qu’il m’indique où trouver le négatif, il regarda le numéro de référence et me dit : c’est une erreur, elle n’a pas ce numéro. … Et, il avait raison. ».

Michel Puech

Paris 12 septembre 2009

La reproduction sur tous supports de ce texte et des photographies qui l’illustrent est rigoureusement interdite sans autorisation des auteurs.

Pour aller plus loin dans Mediapart...

...et ailleurs :

Source et remerciement

  • « La photographie d’actualité et de propagande sous le régime de Vichy » Françoise Denoyelle – Editions du CNRS
  • « La photographie humaniste » Edition de la BNF
  • Remerciement à Philippe Charliat, photographe diffusé par l'agence Rapho, pour l'utilisation du portrait de Willy Ronis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart