Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2011

Scoop Grand Lille : Bruno Pilia, prix spécial du jury

Autant le Prix Jean-Louis Calderon attribué à Rémi Ochlik de l’agence IP3 a fait l’unanimité du jury du « Scoop Grand Lille », autant le travail de Bruno Pilia a fait et fait débat !

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Bruno Pilia

Autant le Prix Jean-Louis Calderon attribué à Rémi Ochlik de l’agence IP3 a fait l’unanimité du jury du « Scoop Grand Lille », autant le travail de Bruno Pilia a fait et fait débat !

Le Rwanda vu par Pilia © Bruno Pilia

La série « De Kaboul à Vierzon » sous-titrée « Allez les vers ! » que Bruno Pilia a présentée au jury du festival du « Scoop Grand Lille » a été commencée il y a quinze ans ! Bonjour le scoop !
Elle est, comme Bruno Pilia le dit lui-même « née d’une démarche purement intellectuelle et non plasticienne. Démarche intellectuelle, j’entends par là la synthèse des coups de gueule avinés au sortir des revues de presse de comptoir, ou des délires velléitaires d’une bande de réalistes abstraits rendant virtuellement justice autour d’un plat de spaghettis enfumés. »

Réalisé à la chambre 4x5 inches, ce travail artistique et incontestablement photographique, m’a paru en temps que membre du jury totalement hors de propos. En montant sur la scène du Casino lillois pour recevoir son « Prix spécial du jury » Bruno Pilia s’est interrogé :

« Je me demande ce que je fais là ? »

Samedi 11 décembre 2011 remise du prix à Lille © Geneviève Delalot / www.a-l-oeil.info

Moi aussi et je ne suis pas le seul ! Comme membre du jury - je remplaçais Alain Mingam - non seulement j’ai voté contre l’attribution de ce prix à ce travail, mais en plus à quelques unes et quelques uns nous nous sommes battus pour imposer nos vues. Malheureusement nous fûmes minoritaires. Si j’allais, un peu vite, je dirai que « ceux de la télé » l’ont emporté sur les photojournalistes. Mais ce n’est pas tout a fait exact.


Je ne sais pas si le travail de Bruno Pilia est artistiquement intéressant, je ne suis pas critique d’art. Simplement dans un festival qui porte le nom de « Scoop », qui est sous-titré « Festival européen du journalisme » ce travail n’avait pas sa place à mon sens.

© Bruno Pilia
© Bruno Pilia

Mais, aujourd’hui où les temps sont difficiles pour les reporters comme pour les artistes ou les artisans, Bruno Pilia dit honnêtement les choses : « En fait, j’ai envoyé un peu partout des dossiers car j’ai beaucoup de mal à trouver du boulot. »

L’homme est par ailleurs très sympathique.

Bruno Pilia © Geneviève Delalot / www.a-l-oeil.info

Né en 1959 à Vichy, il est photographe publicitaire à Grenoble depuis 1982. Or on sait que la photographie de publicité n’est pas au mieux de sa forme. Les photographes spécialisés résistent mal face aux stocks d’images « libre de droit » et au dumping des grandes « world companies » de la photographie.


Alors Bruno Pilia a tenté sa chance. Il a gagné un prix et un débat !

A Arles, cet été, nous avions déjà vu le « Chicken Museum » puis le « Google street art », on se demande ou vont s’arrêter les intrusions d’un art dit contemporain dans le domaine du journalisme. L’époque est à la décadence…


Michel Puech

Allez plus loin...

-----------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publication.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis