Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2011

Tunis: le photographe Lucas Dolega de l'agence EPA est décédé

Lucas Dolega, un jeune photojournaliste de 32 ans travaillant pour l’agence européenne EPA victime d'un tir tendu de grenade vendredi 14 janvier est décédé ce lundi 17 janvier 2011. Le fil des évènements et le témoignage de ses confrères.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lucas Mebrouk Dolega © Corentin Fohlen

Lucas Dolega, un jeune photojournaliste de 32 ans travaillant pour l’agence européenne EPA victime d'un tir tendu de grenade vendredi 14 janvier est décédé ce lundi 17 janvier 2011. Le fil des évènements et le témoignage de ses confrères.

Lire les dernières informations en bas de page.

Vendredi 14 janvier 2011 21h59

Alors que de violents incidents se produisaient ce vendredi après-midi à Tunis entre des manifestants et policiers anti-émeutes au croisement de l’avenue Bourguiba et de l’avenue de Paris, la police a semble-t-il été débordée.

Des policiers, dont certains en civil, se sont mis à tirer des grenades lacrymogènes « à tir tendu ». L’un d’entre eux n’a pas hésité à viser le photographe , « à environ cinq mètres », selon l’un de ses confrères, alors qu'il s'était réfugié avec quatre autres confrères dans une rue adjacente. Selon le témoignage de ses confrères « c'est alors qu'il passait la tête pour voir où en était la situation qu'il a été touché par le projectile

Le photographe touché à la tempe gauche près de l’oeil, s’est alors mis à saigner abondamment et a été transporté à l’hôpital par un photographe français.

Selon le « picture desk » d’EPA contacté ce vendredi soir : « Lucas est hospitalisé à Tunis et on nous dit qu'il est maintenant dans un état stable. Il a été frappé à la tempe par une grenade lacrymogène et a dû subir une intervention chirurgicale d'urgence. Nous espérons qu'il sera en mesure de revenir à Paris dès que possible. »

« Lucas doit être auprès de sa famille »

Samedi 15 janvier 2011 17h00:

Autoprotrait © Lucas Mebrouk

Dans un communiqué de presse diffusé par sa compagne Nathalie et sa famille précise :

« L’état de Lucas Mebrouk Dolega, 32 ans, photographe de l’agence de presse EPA, s’est dégradé pendant la nuit. Aujourd’hui, selon l’équipe médicale de l’Institut national de neurochirurgie de Tunis et un photographe présent à l’hôpital, Lucas «n’a pas de lésion au cerveau », mais « le pronostic vital est engagé», il est également possible que Lucas perde l’usage de son œil gauche.

Le photographe a été blessé hier lors d’une manifestation à Tunis, par un tir de gaz lacrymogène tiré à bout portant par un policier. Lucas a été touché au niveau de la tempe gauche, ce qui a occasionné une embarrure au niveau de l’orbite gauche, puis un traumatisme crânien. Sa mère et son père sont actuellement à Tanger et remuent ciel et terre pour se rendre auprès de leur fils. Sa compagne, Nathalie, résidant à Paris, essaie par tous les moyens de le rejoindre également. Toutefois, l’annulation des vols par plusieurs compagnies aériennes, rend difficile voire impossible son départ pour Tunis.

En raison de l’urgence de la situation, sa famille demande donc qu’un vol spécial, avec une équipe médicale, soit affrété par le Quai d’Orsay dans la journée. Sa compagne et plusieurs de ses proches partent dans la prochaine heure pour Orly pour essayer de réserver un vol, auprès des compagnies qui continuent de desservir la Tunisie. Nous ne partirons pas de l’aéroport tant que sa famille ne sera pas auprès de lui !»

Lucas Mebrouk Dolega serait toujours en vie

Dimanche 15 janvier 2011 19h00

La compagne et la famille de Lucas Mebrouk Dolega communiquent : « En réaction aux informations erronées publiées dans les médias, la compagne et la famille du photographe français Lucas Mebrouk Dolega précisent qu'il n'est pas décédé à ce jour, néanmoins son état est extrêmement critique. Nous attendons des évolutions. »

Lucas Dolega est mort, témoignages de ses confrères

Lundi 17 janvier 18:55

Voici le communiqué de presse annonçant le décès de Lucas Dolega.
« Vendredi 14 janvier 2011, à l'issue de la manifestation sur l'avenue Bourguiba de Tunis, nous nous sommes retrouvés, entourés d'un groupe de manifestants, au coin de la rue Ghandi et de la rue de Marseille. La situation en ville était extrêmement tendue, avec des affrontements entre des petits groupes de manifestants et la police Tunisienne dans les rues autour de l'avenue Bourguiba et du ministère de l'intérieur. »

« A 16h 23, la police Tunisienne a tiré une grenade lacrymogène dans notre direction. Le projectile (un tube en aluminium d'une vingtaine de centimètres de long et d'environ 5 de diamètre), tiré d'une distance d'une vingtaine de mètres, à hauteur de tête en "tir tendu", (plutôt qu'un "tir en cloche", la technique correcte d'utilisation de cette arme), a percuté notre collègue Lucas Mebrouk Dolega à la tête. »

« Nous lui avons prodigué les premiers soins sur place, puis l'avons évacué, dans la voiture de collègues, dans les minutes qui ont suivi, d'abord à la clinique Le Secours, où l'état de Lucas a été stabilisé afin de permettre son transport, puis, par un habitant du quartier, à l'Hôpital Neurologique Rabta de Tunis. Lucas a été opéré sur le champ par le Professeur Djmal. L'opération s'est bien déroulée, et Lucas a été maintenu dans un coma artificiel. »

« Le diagnostic faisait état d'un hématome extradural frontal gauche, d'une hémorragie méningée, de l'orbite oculaire gauche fracturé, du sinus gauche fracturé, et d'une lésion au globe oculaire gauche. Son état, à l'issue de l'opération, était considéré stable mais critique. L'espoir était que Lucas survivrait tout en perdant son oeil. Dans la nuit suivant l'opération, l'état de Lucas s'est aggravé, et son coma s'est approfondi. Sa famille est arrivée à Tunis hier. »

« Loucas Von Zabiensky-Mebrouk, dit Lucas Dolega, s'est éteint ce matin 17 janvier, à l'hôpital Rabta. Il avait 32 ans. Nos pensées vont à sa famille et ses proches. »

Ce communiqué est signé des cinq photographes qui étaient avec lui au moment des faits : Matthias Bruggmann - Olivier Laban-Mattei - Remy Ochlik - Bruno Stevens - Pierre Terdjman

Michel Puech

Photographie de Corentin Fohlen, photojournaliste diffusé par Fédéphoto

Et du même auteur dans La lettre de la photographie Lundi 31 janvier 2011

Enterrement de Lucas Dolega

Jeudi 27 janvier 2011, au cimetière du Père-Lachaise à Paris, a eu lieu l’enterrement de Lucas Dolega.

Litre la suite

Au fil des heures

Vendredi 14 janvier 2011
  • 21h59 - A l'oeil, blog Mediapart: Tunis : Un photojournaliste gravement blessé par la police (Sources AFP et contacts téléphoniques avec des photographes sur place)
Samedi 15 janvier 2011
  • 17h00 - A l'oeil, blog Mediapart : Publication d'un premier communiqué de la compagne et de la famille appelant au rapatriement du photographe
  • 17h44 - A l'oeil, blog Mediapart: Tunis : un photojournaliste entre la vie et la mort (Sources famille et contacts téléphoniques)
Dimanche 16 janvier 2011
  • 10h30 - A l'oeil, blog Mediapart : MAJ suite au communiqué d'hier, la compagne et des amis du photographe ont réussi à embarquer pour Tunis hier soir et se trouvent maintenant sur place. Le "pronostic vital engagé" est toujours d'actualité.
  • 11h54 - Le quotidien Le Monde avec AFP : Décès du photographe français blessé vendredi à Tunis
  • 12h11 - A l'oeil, blog Mediapart : Tunis: le photojournaliste Lucas Mebrouk Dolega est décédé
  • 12h43 - Le quotidien "Le Télégramme de Brest" publie le portfolio du dernier envoi d'images de Lucas Melbrouk à son agence EPA
  • 17h40 - Le quotidien France-Soir (Exclusif) : "Leila Mirano, une amie de Lucas Mebrouk Dolega, affirme à France-Soir que le photographe de l'agence de l'agence EPA n'est pas décédé ce matin, comme l'annonçait pourtant une dépêche de l'AFP. « Sa famille, présente sur place, veut faire savoir que Lucas n'est pas cliniquement mort. Il est grièvement blessé, et se trouve dans un état critique. Il est plongé dans un coma artificiel. Son cerveau est faiblement irrigué », explique cet après-midi la jeune femme. Son ami photographe, Corentin Fohlen, parle d'une « mauvaise compréhension du côté de l'ambassade et de certains journalistes ». « Jamais la famille de Lucas, ni sa compagne Nathalie, n'ont été contactés par l'AFP. Lucas est toujours en vie. Il y a peu de chance pour qu'il survive, mais de nouveaux examens devraient être réalisés. »
  • 17:44 - Le Figaro :"Le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand s'est dit "touché" par le décès du photojournaliste".
  • 19h00 - A l'oeil, blog Mediapart: Tunis : le photojournaliste Lucas Mebrouk Dolega serait toujours dans le coma (Source :communiqué de la compagne et de la famille).
  • 19h07 - Le quotidien Le Monde avec AFP: Le photographe franco-allemand blessé à Tunis n'est pas mort
  • 21h05 - AFP : "Nous avons été informés ce matin qu'il était mort. En fin d'après-midi nous est venue la nouvelle selon laquelle il est encore relié à des machines qui le maintiennent en vie", a dit dimanche soir Gernot Hensel, rédacteur en chef adjoint, joint au téléphone par l'AFP à l'EPA à Francfort.../...EPA a précisé que le journaliste, dont le nom complet est Loucas Mebrouk Von Zabiensky et le pseudonyme Lucas Dolega, travaille pour EPA depuis avril 2006.

Lundi 17 janvier 2011

Mercredi 19 janvier 2011

lundi 24 janv. 2011

Information complémentaire:

L'hommage de Paris Match, cliquez sur l'image pour y accéder.
Hommage de Paris Match © Paris Match
Et le témoignage de ses camarades reporters sur place.

------------------------

« A l'oeil » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.

« A l’œil » est ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler un blog. C’est en réalité une collection d’articles (reportages, enquêtes, billets d’humeur, etc.). Créé en août 2008 sur le site du Club de Mediapart, il dispose également de son propre site www.a-l-oeil.info qui reprend, outre les archives des publications dans le Club Mediapart, celles de La Lettre de la Photographie et de plusieurs autres publications auxquelles Michel Puech a collaboré. (Libération, Le Monde, La Croix, Le Courrier Picard, VSD, etc.)

Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA

Vous pouvez également retrouver A l'oeil sur Facebook

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B