Photo: Laban-Mattei, Prix Paris-Match 2010

Janvier 2010 – Olivier Laban Mattei a Haiti Janvier 2010 – Olivier Laban Mattei a Haiti

Le photojournaliste Olivier Laban-Mattei décroche pour la seconde fois le « Grand prix Paris Macth du reportage photographique » pour son travail sur le tremblement de terre d’Haiti. Ses photos ainsi que celles des autres sélectionnés sont exposées jusqu’au 5 décembre 2019 à la Maison européenne de la photogaphie (MEP) à Paris.

 

Créé en 1980 par Roger Thérond, le mythique « œil » de Paris-Match, ce grand prix du reportage est extrêmement prisé par les photojournalistes. Cette 17ème édition était particulièrement serrée puisque Thibault Camus, Alvaro Canovas, Vincent Capman, William Daniels, Alain Ernoult, Thierry Esch, Hubert Fanthomme, Corentin Fohlen, Baptiste Giroudon, Thomas Goisque, Benoît Gysembergh, Eric Hadj, Sébastien Micke, Philippe Petit, Frank Parry, Philip Poupin, Jean-Pierre Rey, Jérôme Sessini, Pierre Terdjman, Bernard Wis et Véronique de Viguerie ont été sélectionnés. A la simple lecture de ces noms, les connaisseurs peuvent mesurer le niveau où se joue cette compétition. Outre la gloire d’être reconnu par un jury de grands professionnels de l’image, le prix Paris-Match est assorti d’un chèque de 8 000 euros. Détail important dans cette époque où les reporters ont tant de mal à financer leurs reportages.

 

 

Janvier 2010 - L’horreur à Haïti  © O Laban-Mattei / AFP Janvier 2010 - L’horreur à Haïti © O Laban-Mattei / AFP

 

Pour Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match, et chef du service photo de l’hebdomadaire, « ce prix est l'occasion d'offrir au public une vision multiple du monde dans lequel nous vivons. »

 

Placé cette année sous la présidence de Jean-Luc Monterosso, « patron » de la MEP et fondateur du mois de la photo, le jury a attribué le prix à Olivier Laban-Matteï pour son reportage à Haïti, et la mention spéciale "Warwick Evasion" récompense Kasia Wandycz pour son reportage "Des paysans heureux".

 

Un homme des montagnes et des îles

Octobre 2010 – En Normandie au prix Bayeux-Calvados  © M Puech Octobre 2010 – En Normandie au prix Bayeux-Calvados © M Puech

 

A 33 ans, c’est déjà la seconde fois qu’Olivier Laban-Mattei reçoit le grand prix Paris-Match. La première fois, c’était en 2006, peu de temps après qu’il fut engagé à l’Agence France Presse. « J’ai tout appris à l’AFP » dit-il volontiers même si ses relations avec la grande agence française n’ont pas toujours été simples.

 

Il y débute - après des études de géographie et sociologie - comme en « freelance » au début des années 2000 en devenant correspondant pigiste en Corse, le pays d’origine de sa branche maternelle. Par son père, il est des confins du Gers et du Béarn, un homme des montagnes et des îles.

 

Olivier Laban Mattei en Iran Olivier Laban Mattei en Iran

 

Titularisé en 2005 à l’AFP, il couvre l'actualité nationale et internationale. De la guerre en Irak au cyclone en Birmanie, de la guerre en Géorgie aux émeutes d’Iran, Olivier est ce qu’on nomme en anglais « a concerned reporter ».

 

Mais travailler pour l’AFP, comme pour Associated Press (AP) ou Reuters, c’est aller et venir sur la planète en ne faisant que de très courts séjours dans les pays. Pas le temps d’approfondir, juste le temps de faire une récolte impressionnante de récompenses : 2007 Bendrihem's prize pour une photographie de Sarkozy pas encore Président, 2009 3ème au World Press et nominé au Festival international de phtojournalisme de Gijon, 2010 deux fois nominés au « Pictures of the year international », au « Days Japan », au World Press Photo, à Fotoweek, à Bayeux…

 

« C’était pour moi le moment de savoir si je faisais carrière à l’AFP, ou si je me remettais en question… » A la stupeur de la profession, il quitte cette été l’AFP et l’annonce à « Visa pour l’image », où il commence à discuter avec les patrons d’agences de presse.

Sept. 2010 – JP Pappis et Olivier Laban-Mattei commence à discuter… © Geneviève Delalot Sept. 2010 – JP Pappis et Olivier Laban-Mattei commence à discuter… © Geneviève Delalot

 

Le New York Times, l'International Herald Tribune et le Wall Street Journal réagissent immédiatement en lui passant plusieurs commandes de reportages. Le collectif Myop en pleine restructuration est intéressé par ce jeune homme brillant, Annie Boulat de l’agence Cosmos est séduite, mais c’est finalement, logiquement, Jean-Pierre Pappis de l’agence Polaris qui accueille cette étoile du photojournalisme dans un team très en harmonie avec le travail de Laban-Mattei.

 

Le photographe n’était pas là, la semaine dernière, pour le vernissage de la Maison européenne de la photographie (MEP) qui abrite l’exposition du Prix Paris Match, il est reparti à Haïti et l’on peut voir son travail sur le site de l’agence Polaris et sur son site personnel.

 

Michel Puech
Paris le 13 octobre 2010

Du même auteur dans« La lettre de la photographie » :

Pour aller plus loin

------------------------

A l'oeil , blog du Club Mediapart,
s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en générale. Il est tenu bénévolement par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.Tous les textes et toutes les photographies ou illustrationssont soumis à des droits, en particulier, d'auteurs. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation conformément à la loi française. Pour d'éventuelles reproductions veuillez prendre contact. Vous pouvez retrouver A l'oeil sur Facebook, et sur le site de Michel Puech.

Pour rester informé sur les nouvelles publications, abonnez-vous à l'alerte

Pour vous désabonner de cette alerte, envoyez un e-mail.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.