Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2011

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

La leçon de «l'icône d'Ishinomaki»

300 dollars, c’est le prix payé par l’Agence France Presse (AFP) pour acheter sa photo à Tadashi Okubo, photojournaliste au «Yomiuri Shimbun», un des grands quotidiens japonais. Associated Press (AP) et Reuters ont également diffusé l’image. Résultat : un festival de Unes qui pose question.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

300 dollars, c’est le prix payé par l’Agence France Presse (AFP) pour acheter sa photo à Tadashi Okubo, photojournaliste au «Yomiuri Shimbun», un des grands quotidiens japonais. Associated Press (AP) et Reuters ont également diffusé l’image. Résultat : un festival de Unes qui pose question.
Prise, selon l’AFP, samedi 12 mars à Ishinomaki, une des villes les plus touchées par le tsunami consécutif au tremblement de terre, la photographie a été reçue par la totalité des médias mondiaux puisque distribuée par les principales agences de news.

Elle fait la « Une » d’innombrables quotidiens : l'International Herald Tribune, Le Figaro, O Estado de Sao Paulo (Brésil), La Stampa (Italie), Der Tagesspiegel (Allemagne), l'Irish Examiner (Irlande), le Wall Street Journal Asia, Il Messaggero (Italie), le Daily Express (Grande-Bretagne) , le Chicago Tribune (USA) ou le Courier Mail (Australie) etc.

En France, quatre grands hebdomadaires (Paris Match, Le Point, le Nouvel Observateur et Le Pèlerin) la reprennent, comme le célèbre magazine allemand Stern.

« C'est une très bonne photo, ce n'est pas un hasard si elle se retrouve partout », estime Jean-François Leroy. « Historiquement, je pense qu'on n'a pas vu un phénomène pareil en nombre de parutions depuis la photo de l'AFP d'Hocine » (ndlr : photo de la "madone en pleurs" de Bentalha, du nom du village algérien où avait été perpétré un massacre en 1997 pendant la guerre civile) a déclaré le directeur du festival Visa pour l’image - Perpignan à l’AFP.

On peut parier, dès aujourd’hui, que la photo sera primée au prochain World Press Photo !

Excellente image, «L'icône d'Ishinomaki», nous interpelle sur le fonctionnement des agences de presse photographiques.

Comment se fait-il que les trois plus grandes agences aient diffusé simultanément la même image ?

La première réponse qui vient à l’esprit est la course de vitesse à laquelle les agences se livrent et qui les conduit de plus en plus fréquement à l’erreur quand ce n'est pas la faute.

On se souvient de « l’affaire Morel » : une photographie du tremblement de terre d’Haiti diffusée, sous copyright par le photographe, reprise par un blog américain, et que l’agence française a diffusé sans autorisation. L’affaire est encore aujourd’hui devant les tribunaux, bien que Morel, le photographe, ait déjà gagné la première manche contre l’AFP.

Si la publication de la même image par une multitude de quotidiens se comprend très bien - là encore la vitesse - elle pose moins de problèmes car ils ne sont pas en concurrence. La une d’un quotidien brésilien ne gène pas ceux des autres pays.

Par contre le fait que des hebdomadaires comme Paris Match, Le Nouvel Obs, Le Point et Le Pélerin s’affichent dans les kiosques avec la même photo demande une petite et rapide explication.

Elle est dramatiquement simple : le pognon !

Depuis des années, les budgets photo des hebdomadaires ne cessent de diminuer. Les hommes de presse ont été remplacés à la tête des médias par les hommes en gris, agents des actionnaires. Les services photo n’ont donc plus les moyens de bloquer des reportages, des images.

Le temps où Paris Match achetait l’exclusivité de certaines photographies est terminé, sauf pour quelques exceptionnelles (sic) photos de paparazzi ! Aujourd’hui obtenir ce que l’on appelait « une garantie » est quasi impossible. Là où au XXème siècle Paris Match achetait des images simplement pour que la concurence ne les voit pas, fait aujourd'hui partie de la légende du photojournalisme.

Le plus grand journal illustré français, fait sa « Une » et ses « doubles d’ouverture » en téléchargeant des photographies que d’autres magazines peuvent avoir également sélectionnées !

Cette semaine nous avons le résultat de cette politique et Roger Thérond, « l’œil de Paris Match » - bel hommage pour les dix de sa mort - doit se retourner dans sa tombe.

Michel Puech

-------------------------------------------

« A l'oeil » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.

« A l’œil » est ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler un blog. C’est en réalité une collection d’articles (reportages, enquêtes, billets d’humeur, etc.). Créé en août 2008 sur le site du Club de Mediapart, il dispose également de son propre site www.a-l-oeil.info qui reprend, outre les archives des publications dans le Club Mediapart, celles de La Lettre de la Photographie et de plusieurs autres publications auxquelles Michel Puech a collaboré. (Libération, Le Monde, La Croix, Le Courrier Picard, VSD, etc.)

Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA

Vous pouvez également retrouver A l'oeil sur Facebook

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot