Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2013

Capa a 100 ans: interview

Endre Ernő Friedmann, connu sous le pseudonyme de Capa, est né le 22 octobre 1913 à Pest (Hongrie) sous le signe du « Buffle d’eau » dans l’astrologie chinoise, ce qui est quand même troublant pour un homme mort  le 25 mai 1954 dans les rizières indochinoises. Fiction.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Geneviève Delalot

Endre Ernő Friedmann, connu sous le pseudonyme de Capa, est né le 22 octobre 1913 à Pest (Hongrie) sous le signe du « Buffle d’eau » dans l’astrologie chinoise, ce qui est quand même troublant pour un homme mort  le 25 mai 1954 dans les rizières indochinoises. Fiction.

© Geneviève Delalot

Bayeux, octobre 2013

Il est là, mais personne ne l’a vu.

Il y a pourtant, sur la côte normande, une centaine de correspondants de guerre. Un vrai débarquement.

Mais, en ce dimanche de clôture des Rencontres de la 20ème édition du Prix Bayeux-Calvados, Jean-Pierre Perrin (Libération) a accroché son magnifique Burberry à la patère de l’Hôtel de la Marine. Il a le nez dans un plat d’huîtres et de bulots.

Patrick Chauvel (photographe freelance) est allé glisser quelques pièces dans le parcmètre, pas question qu’on lui enlève sa Mustang blanche. Patrick Baz (AFP) et Thomas Haley (freelance ex-Sipa) fument dignement d’énormes cigares dans la bruine mêlée d’embruns. Benoît Schaeffer (freelance) discute des mérites du dernier modèle de Nikon.

James Nachtwey a disparu à la recherche d’une chemise blanche et, pour cause d’un nouveau mariage, John G. Morris, l’éditeur des photos du D-Day de Capa, est en Amérique.

Dommage…

Là-bas, sur la plage, une frêle silhouette

Car, là-bas, sur la plage, une frêle silhouette, néanmoins élancée, semble se battre autant avec les flots qu’avec le vent, soutenue par une jeune et jolie  jeune femme.  Plus le couple se rapproche, plus leurs visages me disent quelque chose. …

Quand ils arrivent au quai, je sais que je tiens mon scoop !

-          Excusez-moi, Monsieur, vous êtes bien le célèbre Robert Capa ?

-          …

-          « Parlez plus fort » me dit la jeune femme, » il est un peu sourd. »

-          Je hurle dans le vent : T’es bien Capa pépé ?

-          « Ya » me répond le grand reporter en javanais, car il parle plusieurs langues.

-          Pourquoi êtes-vous venu ici ?

-          « Je suis venu fêter… » Il se tourne vers la jeune femme. « Qu’est ce que je suis venu fêter ? »

-          « Ton centenaire mon chéri » répond la belle.

-          « Ah oui ! Je suis venu fêter les 70 ans de mon débarquement » enchaîne Bob

-          Mais ce n’est que l’an prochain ! rétorque-je.

-          « Eh, jeunot, tu crois que je suis copain avec Alzheimer …  L’an prochain, il y aura trop de monde et je n’aurai aucune chance de retrouver le Burberry que j’ai perdu le 6 juin 1944. »

-          Que pensez-vous de l’évolution du photojournalisme ? Qu’est-ce qui a changé par rapport à votre époque ?

-          « Mais rien mon gars ! Les patrons de presse sont avant tout des patrons. Ils essaieront toujours de payer nos photos le moins cher possible, sauf évidemment quand on ramène des images incontournables et qu’ils sont pressés de publier. Il faut toujours se battre et faire parler de soi…

-           Faire parler de soi ?

-          « Sans Gerda (ndlr : Gerda Taro sa compagne morte en Espagne), je serai peut-être resté Friedmann, un petit photographe juif hongrois. »

-          Vous suivez toujours l’actualité ? Iriez-vous en Syrie en aujourd’hui ?

-           « La guerre c’est comme une actrice qui vieillit : de plus en plus dangereuse et de moins en moins photogénique.  »

-          Avez-vous raté quelque chose dans votre vie ?

-          « Bien sûr ! En tant que photographe de guerre, j’espérais rester au chômage jusqu’à la fin de ma vie… C’est raté ! Heureusement que je suis mort à 40 ans. «

A ce moment une détonation a retenti.

Le couple s’évapore…  Apparemment autour de moi personne n’est blessé. Ce n’est que le bouchon d’une bouteille de champagne…  Celle d’un Magnum bien entendu !

Michel Puech

Memorial des reporters à Bayeux © Michel Puech

Pour aller plus loin

© 

Robert Capa chez Magnum

Le dossier de Libération pour l’anniversaire de sa naissance

Site officiel du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre

Le dossier de l’INA avec en particulier l’annonce à la radio de sa mort

-------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publicatio

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale