Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2008

Une fraction de seconde «chez la guerre»

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une fraction de seconde - Roman de Valérie Tordjman à paraître le 4 septembre prochain aux Editions Lepassage.

« Une fraction de seconde » est un petit livre déconcertant au premier abord. L’histoire d’un certain Enguerrandt qui devient correspondant de guerre parce qu’un oncle commande en guise d’apéritif « un demi biafrais ». Une plaisanterie de mauvais goût qui remonte à l’horrible guerre du Biafra en 1968 et aux premières photographies d’enfants affamés… Les livres et les films sur les coureurs de conflits sont légions. Fictions toujours décalquées des témoignages de celles et de ceux qui vont par passion et pour quelques dollars se faire trop souvent trouer la peau dans une savane, une jungle, une montagne, un désert ou dans les ruines de villes assiégées par un « ennemi » qui n’est jamais le leur. C’est dire que j’abordais le livre avec une certaine méfiance… Mais, le découpage du roman m’a pris par la main. Pas de titre aux chapitres, uniquement les numéros qui se trouvent sous chaque photographie sur les pellicules argentiques : 01A, 02 etc. 36A. Tous ceux qui ont dans leur vie, vu ce qu’on appelle « une planche contact », auront compris que ce livre est un film. Un film, une bobine, une « pelloche » avec ses photos volées et celles prises « à la volée », ces clichés bien cadrés et ceux bien « léchés », ces images « floues » ou celle de fous, et cette « plaque », c'est-à-dire LA bonne photo de 36 vues. Bien vu. Un peu agacé par le prétexte romanesque : Enguerrand est – comme tant et trop de journalistes - pris en otage par des « encagoulés » non situés. Il se repasse le film de sa vie où défilent les fantômes de ceux qui ont perdu trop tôt leur baraka : Capa, Caron, Huet et cent autres que je ne citerai pas pour, comme notre héros, ne pas pleurer. Et puis, comme cela arrive aussi quand on édite les « planches contact » de reportages, je n’ai pas tardé par surprise à succomber au style « coup de poing », « coup de gueule » de Valérie Tordjmann. Ce roman est écrit de l’intérieur, par quelqu’un qui sans être du « Club » en a bien compris quelques unes des insomnies. Enguerrandt-Tordjmann livre une sorte d’état des lieux impressioniste du photojournalisme de la fin du XXème siècle. Un état du milieu de cet « âge d’or du photojournalisme » comme Hubert Henrotte titrait il y a trois ans ses mémoires de patron de l’agence de presse Sygma. Et surtout, un état des âmes de ces baroudeurs aux grands cœurs bouffés par les culpabilités refoulées, et par l’empathie avec ces « photographiés », avec ces « sujets » de reportages petit à petit délaissés au profit – c’est le cas de le dire - des strass et des paillettes des « people ». 7 millions d’Euros pour les photos des jumeaux de stars bien en vie, combien pour les vies de ceux tombés sur le front russo-géorgien ? Les interrogations en mots rageurs de Valérie Tordjmann sonnent c

omme les confessions nocturnes, avinées et hallucinées des anciens du temps de l’argentique, des « belinos », des « passagers » auxquels les reporters confiaient à Saigon, et partout ailleurs, leurs pellicules tachées de sueur, de sang pour qu’ils les ramènent à Paris ou à New York, du temps où « Life » était roi, et le « live » pas né.

Une fraction de seconde, c’est le temps que met le rideau, l’obturateur pour laisser passer la lumière qui impressionnait chimiquement la pellicule avant d’impressionner les lecteurs des magazines… Une fraction de seconde, c’est aussi, à l’échelle de l’humanité, le temps où le photojournalisme fut la discipline maîtresse de l’actualité avant que la télévision ne détrône les magazines, pour finalement laisser la place à un monde tout numérique où l’image des « pros » en concurrence directe avec celle des amateurs fasse « live » le tour du monde.

Un roman sur une profession qui ne meurt pas, même si aujourd’hui vous verrez plus souvent les images de ceux qui vont « chez la guerre » sur les cimaises des festivals et des musées que dans les magazines imprimés. A lire avant, pendant ou après le grand rendez-vous annuel du photojournalisme à Perpignan où « Visa pour l’image » fête ses vingt ans.

Valérie Trodjman photographiée par Stéphanie Lacombe pour les Editions Lepassage

-------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publication.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Accusé d’agressions sexuelles, le candidat instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage d’Éric Zemmour tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Zemmour parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz