Génération Gamma > Jean Lattès, le photographe oublié #2

1966, quatre jeunes gens créent l’agence de presse Gamma. 50 ans après, A l’œil s’entretient avec quelques uns des hommes qui ont, durant trois décennies, fait le succès du « photojournalisme à la française ». Après Hubert Henrotte, le fondateur, voici un homme oublié dont seul quelques témoins se souviennent.

Jean Lattès à son bureau au Vésinet (1976) © Gilles Walusinski Jean Lattès à son bureau au Vésinet (1976) © Gilles Walusinski
Dans les années 60, ils ont la trentaine, des imperméables et des cravates, ils ne roulent pas encore en Porsche mais en DS,  fréquentent les Champs Elysée, boivent et fument comme dans les films américains. C’est un groupe informel de jeune gens ambitieux amoureux de la photographie et/ou du  mode de vie des reporters.



VU, revu de l'ANJRPC VU, revu de l'ANJRPC
C’est l’Association National des Reporter Photographe crée en 1962 qui les regroupent.  Dans ce cadre ces photographes vont faire le constat des us et coutumes des patrons d’agences et de publications. Le constat est dramatique. « le règne du n’importe quoi » dit Hubert Henrotte, le règne « des négriers » dit Hugues Vassal.

Ils n’ont aucun contrôle sur la diffusion et la vente de leurs photographies qui ne sont pas signées quand elles paraissent dans les magazines..

 L’idée germe petit à petit dans les esprits : fonder une nouvelle agence ou les photographes géraient eux même leurs affaires dans une totale trensparence. Qui a lancé l’idée ? Chacun à sa version. L’idée va se cristalisée autour de  Léonard de Raemy, photographe spécialisé dans la photo d’actrices et d’acteurs de cinéma, Hubert Henrotte du Figaro, Hugues Vassal de France Dimanche et Jean Lattès alors  à ELLE . Ils sont parmi les plus actifs dans ce mouvement né de l’ANJRP.

197403-magazine-vu-n1-cover
Hubert Henrotte, comme il le raconte dans le premier volet de cette série, va du Figaro ou il travaille le soir ou le matin au breau de l’ANJRP ou il a des activités qu’il a qualifié de « syndicales ».

.Jean Lattès lui, est plus agé, il est né le 1er mai 1917 et est souvent décrit comme  « un révolutionnaire », « un gauchiste »…  On le comprendra en écoutant l’extrait de l’entretien publié ici ou il raconte pourquoi il n’est pas devenu associé à l’agence Gamma ou il travaillera de 1966 à 1972.

L’enregistrement n’est pas de bonne qualité, il a été réalisé en 1975 avec un magnétophone à cassette, à l’occasion d’une interview destinée à la revue Presse Actualité du Groupe Bayard Presse.

Nous sommes chez lui, au Vésinet. Jeanine Lattès son épouse est en cuisine, le téléphone sonne

 

© Michel Puech

Voir tranquillement les photographies de Jean Lattès prises par Gilles Walusinski

Texte du  lancement de l'entretien

<< Jean, je vais faire comme pour les autres entretiens

je m’adresse à toi comme si tu étais toujours parmi nous alors que trente ans se sont écoulé depuis qu’un jeune homme a jeté dans ta tombe une « pelloche », comme le raconte Hugues Vassal et presque 50 ans que nous nous sommes rencontré sur un pont, un petit matin de manifestation pour l’avortement et la contraception libre et gratuite.

Tu as félicité le jeune blanc bec que j’étais d’être arrivé avant l’heure . Tourjours arrivé avant les autres et partir en dernier, m’as-tu dit. C’est resté ancré en moi comme tous les conseils et les recommendations dont tu n’étais pas avare.

Au milieu de la petite troupe…. Nous n’étions jamais beaucoup plus d’une dizaine de photographes sur un évènement.

Parmi les mecs… Il y avait peu de femmes photographe à l’époque. Tu tranchais par ta gentillesse, ta disponibilité à filer un coup de main et ton sourire parfois narquois.

C’était rare. Les « grands reporters » regardaient plutôt un peu de haut, les jeunots armé d’un seul boitier et de deux objectifs..

Pas toi, et pourtant tu avais accroché Life, Look, Elle au palmares de tes publications.

De cette rencontre est né une sympathie et une curiosité qui m’a poussé trois ans après à ouvrir la porte de ton pavillon de banlieue au Vésinet pour réaliser l’entretien qui suit. C’était en 1975 et c’est une première diffusion.

Alors Jean, par dela les ans, dis nous c’était comment le métier dans les années 50 et 60 ? 

 

Michel Puech

 Bibliographie

  • Inoubliables : femmes célèbres par Jean Lattès – Auteur Marie-Noëlle Arras. Paru le 6 octobre 2011 – Editeur Chèvrefeuille Etoilée Collection L’Echarpe d’Iris – Format 27cm x 19cm- 264 pages

gamma-cover-book-50GAMMA, UNE HISTOIRE DE PHOTOGRAPHES
Le Livre du cinquantenaire
Collectif     1
BEAUX LIVRES
Photographie
318 x 270 mm - 336 pages
03 octobre 2016 - 9791091625012 59 €

Génération Gamma > 1 - Hubert Henrotte, le fondateur

15 NOV. 2016 PAR MICHEL PUECH | 1 RECOMMANDÉ

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.