Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

434 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2010

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

La seconde mort de l'agence photo Sygma

 L’agence de presse Sygma, qui occupa avec Gamma et Sipa, entre les années soixante-dix et la fin du XXe siècle, la première place dans le monde du photojournalisme a été mise en liquidation ce mardi 25 mai 2010 à 14h15.

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’agence de presse Sygma, qui occupa avec Gamma et Sipa, entre les années soixante-dix et la fin du XXe siècle, la première place dans le monde du photojournalisme a été mise en liquidation ce mardi 25 mai 2010 à 14h15.

29 salariés vont donc recevoir leurs lettres de licenciement, et le sort de plusieurs millions de clichés est entre les mains de Maître Gorrias nommé liquidateur judiciaire.

Il n’y avait pas foule ce jeudi matin à 9h30 dans la salle des pas perdus du tribunal de commerce de Paris contrairement à ce qui s’était passé en juillet dernier pour le dépôt de bilan de Gamma (Eyedea Presse). Le ramdam de l’été dernier a visiblement servi de leçon à Corbis qui a annoncé son dépôt de bilan à la veille du week-end de Pentecôte.

Devant le président Cardi en salle du conseil : Stefan Biberfield gérant de la société et son conseil Maître Le Roquais, Sébastien Dupuy rédacteur-en-chef et Sylvain Bouillon responsable commercial, représentants du Comité d’entreprise. Une demi-heure de débat non public. A la sortie, le gérant et son avocat ne sont guère bavards. Et l’après-midi, pour l’énoncé du jugement public, il n’y aura personne pour l’entendre, hormis votre serviteur.

« Dans sa grande intelligence » comme disent les avocats, le tribunal a nommé Maître Gorrias liquidateur judiciaire. Il connait les problèmes des agences de photographes puisqu’il est déjà à l’œuvre avec le Groupe Eyedea (Gamma, Keystone, Rapho etc.). Toutefois, la situation ne se présente pas dans les même termes avec le fonds photographique Sygma-Corbis. Pour les agences du Groupe Eyedea, en attendant que les photographes eussent fait valoir leurs droits, les fonds sont en location gérance au profit de François Lochon qui s’est engagé devant le tribunal à restituer tout leur matériel aux photographes qui en feront la demande, même ceux qui n’ont intenté aucune action. Et c’est ce qui est en cours rue d’Enghien, en même temps qu’un déménagement vers Denfert-Rochereau, l’ancien siège de Gamma.

Pour Corbis-Sygma, les fonds photographiques sont estimés « à la louche » entre 5 et 10 millions de clichés. Ils concernent entre 8 000 et 10 000 photographes « contributeurs » selon les termes de Stephan Biberfield. Selon ce dernier « 876 photographes ont un contrat avec Corbis Corporation », la maison mère basée à Seattle, aux Etats-Unis. Ils sont payés directement depuis les USA. « Une dizaine, dont Dominique Aubert, ont des contrats avec Corbis-Sygma », dont les droits d'auteurs sont payés depuis Paris.

Les autres n’ont, semble-t-il aucun contrat. Rien d’étonnant, car pendant de nombreuses années les photographes déposaient leur travail sans signer quoi que ce soit. Du fait de la liquidation de la société Corbis-Sygma, la créance d’un million et demi d’euros du photographe Dominique Aubert (Voir billet précédent) ne sera pas payée; de même les procès engagés par d’autres photographes vont se trouver nuls et non avenus, au grand soulagement de l’état-major de Corbis.

Mais quid des milliers d’autres photographes et des millions d’autres photos ?

Un spécialiste nous répond : « Et bien, comme dans l’affaire Eyedea, les photographes vont devoir faire valoir leurs créances auprès de Maitre Gorrias. A l’issue du délai légal de quatre mois, les photos se trouveront libre de droit… Enfin, disons qu’elles pourront être cédées à un acheteur, qui aura la propriété des supports physiques. Les photographes qui se manifesteraient ultérieurement n’auront plus que le choix, soit d’en interdire l’usage, soit de conclure un contrat de diffusion avec le(s) nouveau(x) propriétaire(s). »

En dehors des « 876 photographes qui ont un contrat avec Corbis Corporation » et des photographes sans contrat, les archives de Corbis-Sygma comportent également les fonds d’anciennes agences comme APIS, Tempsport, Saba, Outline, Kipa et Stockmar… Maître Gorrias va devoir trancher pour savoir que faire de toutes ces images stockées à Garnay, une petite commune à 45 minutes de Paris, dans les locaux de la société Locarchives.

Ce mardi 25 mai au soir, la « triste nouvelle » circulait dans le monde du photojournalisme. « C’est la seconde mort de Sygma » confiait par téléphone Eliane Laffont qui fut la cheville ouvrière du développement des agences photo françaises aux USA. « Dans ma carrière professionnelle, ce dont je suis le plus fière, c’est la réussite de Sygma… Apprendre cette seconde mort me rend nostalgique de la merveilleuse époque que nous avons connue. »

Le fondateur de l’agence Hubert Henrotte est injoignable, mais les curieux pourront se référer à son livre dont le titre résume ce que fut l’ambition de Sygma et des agences françaises : « Le monde dans les yeux » (Ed.Hachette Littérature 2005)

A suivre

Michel Puech

Note

Les photographes concernés peuvent faire valoir leurs droits et réclamer la restitution de leur matériel en écrivant à Maître Gorrias 1, place Boieldieu 75002 Paris

-------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.

Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost