Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

433 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2012

Raymond Depardon met Hollande «en boîte»

Michel Puech
Journaliste honoraire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Raymond Depardon et Gilles Caron © Gamma-Rapho

C’est sans surprise que BFMTV nous a appris que le célèbre photographe Raymond Depardon aurait pris ce mardi 29 mai 2012, au matin, dans les jardins de l’Elysée,  la photographie officielle du Président de la République.


Stéphane Ruet et Marc Chaumeil, deux photographes qui ont « couvert » la campagne électorale et préparent des livres sur le Président, ont donc été éliminés de la compétition. Sans doute jugés trop jeunes pour cette photographie officielle qui va s’afficher dans toutes les mairies.

Le choix de Raymond Depardon, 70 ans, qui occupe aujourd’hui la place du Maître dans le monde de la photographie et du documentaire, s’est imposé au détriment de l'élan vers la jeunesse, pourtant thème de la campagne.

Né le 6 juillet 1942 à Villefranche-sur-Saône dans une famille de paysans qu’il a honorée toute sa vie par de nombreuses photographies de « sa ferme du Garet » et d’une manière générale du monde paysan, Raymond Depardon s’est fait connaître comme photojournaliste dans les années 1960.

Après avoir débuté à l’agence des Reporters Associés, il a été un des piliers de l’agence Gamma qui, vingt ans après Magnum, a totalement rénové le style des agences de presse photo en introduisant le principe de la coproduction des reportages. 

Fondée le 14 novembre 1966 par l’ancien grand reporter photo du Figaro, Hubert Henrotte, qui en fut le directeur jusqu’en 1973.  L’agence avait comme associés un photographe oublié Léonard de Raemy, Hugues Vassal toujours connu notamment pour ses photographies d’Edith  Piaf et Raymond Depardon. En mai 1967, Gilles Caron devint également associé en rachetant les parts de Léonard de Raemy.

Raymond Depardon parcourt alors le monde et se rend célèbre parmi les afficionados du photojournalisme par des images au grand angle, comme un portrait de Nixon en campagne électorale.

1974 - Tournage: VGE au volant, Depardon à la place du mort © Gérard-Aimé / Rapho

Son nom deviendra public avec l’enlèvement de Françoise Claustre au Tibesti par des rebelles tchadiens. Une affaire, elle aussi, politique.

En 1974, il réalise un film sur la campagne de Valéry Giscard d’Estaing qui fut et reste interdit de diffusion par l’ancien président de 1974 à 2002.  Dans la rétrospective de ses films que présente actuellement Arte sur son site, il manque donc cette intégrale !

18/09/2011 - Depardon venu soutenir Lochon à Gamma © Gamma-Rapho

Finalement, normalement, un président « normal » a choisi un photographe qui apparaît aujourd’hui comme tout à fait normal lui aussi puisqu’il ne cesse de faire des allers et retours entre la photographie et le cinéma, entre l’image fixe et l’animée.

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait, en choisissant Jacques-Henri Lartigue et une photo légèrement décadrée, innové. François Hollande reste dans le sillage en appelant un « grand artiste », celui que VGE a censuré. 

La boucle est bouclée. Tout est normal.

Michel Puech

Mise à jour du 30/05/2012

Grâce à Michel Philips, lecteur de Mediapart, j'ai corrigé une erreur importante dans ce billet. Le film de Raymond Depardon sur la campagne éléctoral de 1974, est public depuis 2002, contrairement a ce que j'avais écris. Je prie les lecteurs de bien vouloir me pardonner.

-----------------------------------------------

« www.a-l-oeil.info » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés. Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA  - Abonnez-vous pour recevoir notre courriel d’alerte à chaque publication.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai