Michel ROBARDEY
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2015

RWANDA –LIBYE - SYRIE : les bons et les mauvais dictateurs

Michel ROBARDEY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

RWANDA –LIBYE - SYRIE : les bons et les mauvais dictateurs

ou    les gugusses, le petit juge et les mallettes

Un tweet  émanant de la présidence rwandaise nous apprend que le jour même où il a traité de "gugusses" des parlementaires français qui n'avaient fait en Syrie que leur devoir,  courageusement de surcroît,  le président Sarkozy est allé faire sa cour au plus grand criminel de guerre encore au pouvoir , le rwandais qui a infiniment plus de sang sur les mains que Bachar El Assad.

Cette anecdote qui prêterait à sourire s’il n’y avait des fleuves de sang en arrière-plan, est révélatrice de la conception « deux poids deux mesures » de la diplomatie française. Suivie sans sourciller par une certaine presse aux ordres -  comme je l’ai montré dans un précédent billet - elle engendre des pressions insupportables sur la justice de notre pays.

Le juge Marc TREVIDIC, vice-président du pôle anti-terrorisme au TGI de Paris, s’est fréquemment exprimé sur le sujet. Parmi ses nombreux ouvrages dont il assure régulièrement la promotion dans les média,  figure « Qui a peur du méchant petit juge ?[1]». Il ressort de ces nombreuses interventions, que le président Sarkozy n’a eu de cesse de vouloir mettre la justice aux ordres de l’exécutif :

  • En voulant supprimer la fonction de juge d’Instruction : https://www.youtube.com/watch?v=Aj7Gkra2Awc ;

  • En mettant en cause à de nombreuses reprises les magistrats dont les décisions ne lui convenaient pas : https://www.youtube.com/watch?v=gM14k3PmEbA;

  • En intervenant directement sur certains dossiers dont ceux du Juge Trevidic qui, invité d'iTELE en oct. 2014 avouait « Je travaille  avec davantage de sérénité depuis 2012 » : https://www.youtube.com/watch?v=RK_wC_18a4k

    Seul ce dernier point est à mettre en relation avec les hommages que le président Sarkozy est allé présenter à celui dont tout le monde aujourd’hui s’accorde à dire  - on reverra à ce sujet les émissions les plus récentes : https://vimeo.com/107867605 et http://www.rfi.fr/emission/20150228-portrait-juvenal-habyarimana-13-1416/  -  qu’il a assassiné son prédécesseur, crime que précisément est chargé d’instruire le juge Marc TREVIDIC.

    Sous l’influence du ministre des affaires étranges, Bernard Kouchner , le président Sarkozy et ses conseillers ont mené une campagne constante pour innocenter Paul Kagame de ce crime. A ce sujet, on relira avec intérêt « Le Monde selon K [2]» où Pierre Péan démonte la machinerie mise en place. Ce livre  a rendu furieux les pro-Kagame au point que Saint-Exupéry a cru bon de rééditer un ouvrage sans audience en y ajoutant une préface consacrée à la défense du personnage. Cette campagne a connu quelques moments forts, parfois à la limité du sérieux, organisés en coopération entre l’Elysée et Kigali. Parmi ceux-ci la pseudo reddition en Allemagne de Rose Kabuye, élégamment désignée par ses complices pour servir de chèvre au méchants enquêteurs français  et dont la soi-disant arrestation a permis à Kigali d’avoir accès au dossier d’instruction. La comédie de l’expertise sur place en a découlé, encore que…. en partie sur place seulement puisque l’expert acousticien - désigné après coup et en désespoir de cause car les balisticiens ne parvenaient à rien - a œuvré à La Ferté Saint Aubin dans le Loiret sur un terrain plat comme le dos de la main, très éloigné du relief du pays de mille Collines. Et non seulement cet expert a expertisé sur un terrain totalement différent mais il n’a même pas eu à sa disposition un missile du même type que celui qui a été utilisé lors du crime. Et cerise sur le gâteau,  cet acousticien s’est de plus trompé dans les distances  séparant les points de tir supposés des missiles des maisons où se tenaient les témoins….. Peu importe, dès lors que ce rapport d’expertise a été transmis à Kigali avant que les parties civiles en aient pris connaissance, ce qui devrait logiquement intéresser la Cour de Cassation, les avocats de Kigali ont pu déployer leur science de la communication auprès de media qui, le président Sarkozy aidant, leur étaient tout acquis. Ce rapport d’expert acousticien est devenu pour la presse le « Rapport Trévidic » auquel on a fait dire tout ce qu’il n’a jamais dit[3]. Mais il y a fort à parier qu’il restera dans les annales de l’Ecole Nationale de la Magistrature comme un exemple à ne pas suivre et comme l’archétype des dérives observées dans les affaires politiquement marquées sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

    L’engagement du président  Sarkozy aux côtés de Paul Kagame qui l’a amené à aller chercher l’Aman à Kigali aurait pu n’être plus qu’une péripétie après 2017, péripétie désagréable mais ancienne entre deux ex, deux has been. Mais le candidat déclaré à la Présidence de la République française a éprouvé le besoin d’échanger avec celui qui cherche à se faire proroger à la Présidence de la République rwandaise  malgré une constitution lui interdisant de faire un troisième mandat. Que se sont-ils dit ? Que se sont-ils mutuellement promis ?

    On ne peut que penser à Kadhafi, jadis dictateur fréquentable autorisé à planter la tente sur les Champs Elysées par celui là-même qui, ayant changé d’avis allez-savoir pourquoi, facilitera quelques mois plus tard son assassinat dans des conditions épouvantables.

    Pour combien de temps encore Kagame sera –t-il un dictateur fréquentable ? Protégé par l’ONU depuis 1990, conseillé par Tony BLAIR qui va avoir des comptes à rendre à son pays[4], il voit néanmoins les rapport Mapping s’empiler. L’impunité que lui a assurée madame Louise Arbour devant le TPIR ne saurait durer encore très longtemps.

    Au-delà du cas Kagame, on aimerait comprendre ce qui motive nos dirigeants dans leur choix des dictateurs fréquentables ou non fréquentables ? Et on craint que Pierre Péan soit amené à écrire une suite à « La République des Mallettes[5] ».


[1] Auteur(s) : Marc Trévidic  : « Qui a peur du petit méchant juge ? » - Editions : JC Lattès : 10/2014  -

[2] Le Monde selon K. , Fayard, 4 février 2009 , 19 euros, 336 pages.

[3] Lire à ce sujet l’excellente intervention de Claudine Vidal : http://fr.calameo.com/read/001227473e96d4d1dc8ef

[4] Lire à ce sujet : http://rt.com/uk/227819-tony-blair-rwanda-kagame

 [5]La République des mallettes - Pierre Péanchez Fayard  -  Paru en 09/2011

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier