Michel ROBARDEY
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2021

Michel ROBARDEY
Abonné·e de Mediapart

« Il a tout donné pour nous aider à sortir de l’enfer »

Bernard CUSSAC nous a quittés dans la nuit de la Saint-Sylvestre 2020,

Michel ROBARDEY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Il a tout donné pour nous aider à sortir de l’enfer »

Bernard CUSSAC nous a quittés dans la nuit de la Saint-Sylvestre 2020, après ce qu’il est coutume d’appeler une longue maladie.

Attaché de Défense près l’Ambassade de France à Kigali de 1991 à 1994, il était mon chef. Il est devenu mon ami.

Je n’avais pas l’intention de me livrer à cette exercice rituel très convenu, dithyrambique à souhait, qu’on prononce en guise d’adieu et que peu écoutent en tentant de discerner, entre les défaillances du micro et celles de leurs vieilles oreilles, quelques bribes de la vie du défunt qu’ils connaissent mal.

Mais, j’ai révisé ma position à la réception du mail par lequel un ami rwandais a répondu à l’annonce du décès. Comme Bernard, cet ami avait vécu les trois années de l’irrésistible descente du Rwanda vers l’horreur. Il  écrivait :

« Merci de m’ informer de cette triste nouvelle et je te demande de bien vouloir présenter mes sincères condoléances à la famille du Colonel Cussac. Nous avons travaillé ensemble au Rwanda pendant les moments difficiles de mon pays. J'ai connu en lui un homme qui a tout donné pour nous aider à sortir de l'enfer, mais Dieu en a décidé autrement. Nous ne l'oublierons jamais. Que son âme repose en paix ( requiescat in pace). »

Oui, Bernard CUSSAC a tout donné, et au-delà encore !

Il est arrivé à l’été 1991 dans ce pays en guerre depuis une année. Il ne connaissait pas le Rwanda et ses expériences africaines précédentes, au Tchad et au Sénégal, ne lui étaient d’aucune aide dans cette région des Grands Lacs si particulière. Mais il eut la sagesse, en suivant la ligne tracée par son prédécesseur, d’apprendre, d’écouter et surtout d’entendre.

Pendant les deux années (1991-93) passées à ses côtés, j’assistai à ses efforts constants pour éviter l’inévitable. Chacun des ordres donnés marquait la volonté de la France de ramener la paix sans s’impliquer dans le conflit rwando-rwandais : interdiction de dispenser quelque formation que ce soit ou quelque matériel que ce soit aux milices , souci constant de marquer notre réprobation à chaque dérapage, condamnation sans appel des massacres du Bugesera et du laxisme qui les avait accompagnés, etc. etc.

Bernard CUSSAC avait gagné la confiance des tutsi et hutu modérés formant, à partir du printemps 1992, le gouvernement rwandais de cohabitation. En 1993, certains d’entre eux, se sentant menacés, quittaient le pays subrepticement pour se mettre à l’abri. Le ministre de la Justice s’était déjà enfui lorsque, en fin d’après-midi, Bernard, revenant d’une audience chez le Ministre de la Défense, me dit : « Le ministre vient de me dire qu’il partait demain matin ». En disant cela à l’Attaché de défense français, le ministre savait qu’une indiscrétion pourrait lui être très préjudiciable. Mais il avait confiance.  Un peu plus tard, le 31 juillet 93, lorsque le premier ministre sortant a souhaité lui aussi se mettre à l’abri, c’est à un officier français qu’il a demandé d’assurer sa sécurité jusqu’à l’aéroport puis jusqu’à l’avion. Lui aussi avait confiance. Aujourd’hui, les rwandais s’en souviennent.

Et encore, ceux qui rendent hommage à Bernard CUSSAC ne savent-ils pas combien il a insisté, méprisant le risque de se rendre importun à Paris, pour que la France n’abandonne pas le Rwanda en décembre 1993, comme l’avait enfin obtenu le FPR lors des accords d’Arusha.

Mais, même sans savoir cela, ils disent « Nous ne l'oublierons jamais. Que son âme repose en paix ( requiescat in pace). »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez