A propos du doc. de France 5 : MALGRE_NOUS LES OUBLIES DE L'HISTOIRE

Michel Trésallet                                                                                    

Représentant des déportés par la division Das Reich le 9 juin à Tulle, rescapés :

André Burgos – Résistant – ancien de Dachau

Jean Fraysse –Résistant – ancien de Dachau / Mauthausen

Jacques Martinie – Résistant –  Otage du 9 juin 1944 à 17 ans

Jean Viacroze – Résistant– ancien de Dachau

 

 

 Madame Caroline Behar

Directrice de l’unité documentaire

de France 5

Réf : Votre émission du dimanche 8 février à 22h29

          “Malgré-nous les oubliés de l’histoire“

 

 

Madame la Directrice,

 Je passe sur l’histoire de l’Alsace / Moselle qui, il est vrai, est très tourmentée.

Un premier reproche à faire est le lieu de tournage surchargé de croix gammées et de slogans nazis qui apparaît souvent (sans doute un musée,). Ce n’est pas très heureux.

Pour ce qui est des intervenants, je ne connais que Ch. BUCH. Je ne peux donc pas me prononcer sur les autres. Je reviendrai sur ce Monsieur par la suite.

 En ce qui concerne les deux historiens, je trouve que leurs propos s’accrochent très bien aux thèses fallacieuses que certaines personnes veulent propager, à savoir : « si vous attaquez les malgré-nous, vous remettez en cause la réconciliation entre l’Alsace et le Limousin ». Ou bien : « Nous étions obligés de nous enrôler dans la Wehrmacht sinon notre famille était déportée en Silésie ».  C’est limite révisionniste et j’ai le témoignage d’un Alsacien qui proteste contre cette dernière affirmation qui dédouane tous ces enrôlés de force ou non.

D’ailleurs ces deux historiens nous parlent un peu plus loin de départs importants vers la Suisse et la France, et plus loin, de la désertion de 15000  hommes sans se référer à la menace de déportation pour les familles.

Qu’est ce que veut dire cette phrase dans leurs propos : « En Alsace on est légaliste. La loi d’incorporation a été votée, on assume et on s’enrôle … de force ou non ». Dans d’autres départements français (le Limousin par exemple), des milliers de jeunes on refusé partir dans les chantiers de jeunesse ou au STO malgré les consignes gouvernementales.

 Tout le film est une continuité de plaintes et de jérémiades de la part de ces malheureux alsaciens qui guerroyaient avec les troupes allemandes. Avez-vous eu la moindre pensée pour tout le mal que l’Allemagne (Wehrmacht et Waffen SS) a fait dans toute l’Europe ?

Tous ces hommes n’ont pensé à déserter que lorsque la Wehrmacht est en déroute sur le front russe ou celui de Normandie. C’est à dire quand les “carottes sont cuites“. Quel courage !!

 Comme je vous le disais plus haut je veux revenir sur le cas Ch.Buch. Cet homme, dans le film, est outré par ce qui c’est passé à Oradour et rejette la responsabilité sur le chef de Compagnie. Hors voilà ce qu’il m’a écrit en 2007. Il faut spécifier qu’à cette date, sa famille ne risque pas d’être déportée en Silésie et qu’il peut condamner ce massacre sans aucune crainte. Il n’en est rien:

« Les Alsaciens et les Allemands (souligné par moi) sont innocents de la mort des femmes et des enfants dans l’église d‘Oradour sur Glanes. Dans mes écrits il y a suffisamment de preuves qu’il ne s’agit absolument pas d’un massacre, mais d’un accident déplorable dont les maquisards portent l’entière responsabilité ».

 Plus loin, il en remet une couche :

« Le chef du détachement serait intervenu, déclarant qu’on craignait une escarmouche dans le village et qu’il allait conduire lui-même les enfants dans l’église pour assurer leur sécurité. Une réaction logique et humaine de ce chef (souligné par moi). L’église étant le bâtiment le plus robuste (un bunker) du bourg, assurant ainsi une bonne protection des innocents en cas de contre attaque maquisarde ».

 Sur les événements de Tulle, dont il n’est pas question dans votre reportage (18 gardes-voies assassinés – 99 pendus – 149 déportés le 9 juin 1944), il m’écrit :

« Quand on parle des pendus de Tulle rares sont les historiens qui évoquent le massacre avec mutilation de 40 soldats allemands par des maquisards F.T.P.F. (des communistes fanatiques) »

            Le Dr. Schmitt, médecin chef de la garnison allemande a toujours nié et massacre et mutilations. L’attaque de l’Ecole Normale par les FTP est un acte de guerre. La France ne fait que se défendre.

 Il osera dire aussi sans aucune pudeur :

« Quand et pourquoi les Allemands ont-ils commencé à répandre la terreur en France. Voudriez-vous me dire ce qui a été la cause et qui en premier a semé la terreur contre l’occupant ? Il s’agit donc de la part des troupes allemandes de légitime défense… » souligné par moi.

Ou bien, en parlant des SS :

« … Je n’ai jamais été témoin de massacre de personnes sans que des coups de feu furent tirés sur la troupe ».

Mais aussi :

«Oradour est le plus grand mensonge de la deuxième guerre mondiale. Cela vous ne pouvez pas l’ignorer »

Et encore :

« Eh oui Monsieur Trésallet, tous les témoins d’Oradour sont des parjures lors du procès de Bordeaux. J’en ai les preuves ».

 Dois-je continuer ? Je possède des centaines de pages de cet acabit.

 Alors que l’historien PH. Wilmouth nous dit : « la majorité des incorporés l’était dans la Wehrmacht et quelques uns seulement dans les waffen SS » ( souligné par moi), le nazi Ch.Buch m’avoue que les Alsaciens étaient 3000 dans la Das Reich. Son ami Elimar Schneider, nazi lui aussi, dira « la troupe à majorité alsacienne ».

Qui a commis tous ces crimes (assassinat – déportation – villages incendiés) des enrôlés de force ou des volontaires ?

Monsieur Mengus dit : « Pour Oradour, ils étaient contraint d’obéir aux ordres et malgré tout ils ont sauvé des vies » N’a t-il pas honte ? : 642 victimes.  Et vous, Madame, n’êtes-vous pas responsable de ce qui ce diffuse sur France 5 ?

 Alors que vous et vos historiens, survolez très rapidement le drame d’Oradour, vous ne parlez pas du tout des 4000 morts recensés lors de la remontée de la Das Reich  depuis Montauban, laquelle ne remontait pas à marche forcée sur le front de Normandie, comme le dit votre historien.

Elle avait pour mission d’anéantir la résistance dans le triangle Cahors-Aurillac-Tulle (ci-joint un extrait de la circulaire Lammerding). Elle reçoit l’ordre de rejoindre la Normandie que le 11 juin 1944.

 Madame, votre film est une incitation à la haine entre les hommes. Les historiens et les témoins sont orientés et manquent totalement d’objectivité. Ce documentaire ne peut en aucun cas faire se rapprocher les Alsaciens des victimes du nazisme dans le grand Sud Ouest.

France 5 est une chaine qui vit entre autre avec nos redevances.

Alors que le fascisme prend une ampleur alarmante dans toute l’Europe, vous vous permettez de donner l’antenne à des nazis pour qu’ils nous donnent leur version des faits qui forcément les dédouanent de toutes les horreurs qu’ils ont pu commettre.

Vous avez certainement des enfants. Ouvrez les yeux. Moi j’ai peur pour mes petites filles et j’ai  honte de l’héritage qu’on va leur laisser en partie à cause de vous.

 Michel Trésallet

Fils de Résistant-Déporté

Mort à Hersbrück

P.S. j’envoie une copie au Président de la République – à Médiapart et d’autres journaux

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.