Michel Tresallet
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2017

"LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE" en première place dans les médias

Michel Tresallet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hélas, ce n’est pas du documentaire du même nom, proposé au César du meilleur film documentaire en 2013 et qui est toujours interdit de diffusion à la télévision dont je veux parler. Il y aurait, pourtant beaucoup à dire sur l’indépendance et l’impartialité de nos chaines de télévision à ce sujet.

 Le 30/11/2018, France 2 diffusait « l’Emission Politique » avec J.L.Mélenchon comme invité.

- il s’est retrouvé face à quatre journalistes qui étaient bien décidés, par tous les moyens, à le faire sortir de ses gonds.

- La séquence «en immersion», avec cinq agriculteurs et non un comme prévu, était manifestement bidonné.

- Bien que personne n’en doute, Philippe Val, «l’invité surprise», a rejoint la cohorte des NCDG pour aboyer avec eux lors de son passage à l’antenne.

- «rencontre avec les Français» a permis à deux femmes, soit disant lambda, alors que bien implantées dans le monde politique et professionnel (MEDEF), d’agresser l’invité.

Peu de temps auparavant, le 25/11, le JT de France2 bidonnait un reportage sur les assises de France Insoumise à Clermont Ferrand. Cette même chaine était obligée, le 27/11, de présenter ses excuses pour ce manque à la déontologie journalistique.

 Bruce Toussaint, sur France info, a osé comparer la mort de J. Halliday à celle de Victor Hugo et d’ajouter : « J.L.Mélenchon n’a rien à dire sur la mort de J. Halliday ». Ce à quoi la "clarine" de service répond : « Quand on n’a rien à dire, on se tait ». On attend toujours les excuses de B. Toussaint et de la journaliste qui a fait cette remarque, car ils ont, comme A2, bidonné les propos de leur auteur.

Si on ajoute J.M. Aphatie qui n’en loupe pas une (je parle d’âneries) ou LCI qui en remet une couche, on peut se demander comme Coluche : 

« Mais jusqu’où vont-ils s’arrêter ».

En ce qui concerne la liberté de la presse, la France se trouve au 39ème rang, ce qui n'empêche pas  le SDJ de France2 d'apporter son soutien à N.Saint-Cricq, L. Salamé, et F. Lenglet, "cibles d’attaques odieuses, inacceptables et indignes d’un responsable politique ". Ces toutous syndicaux n’ont apparemment rien compris.

Des journaux comme Marianne ou Médiapart, des radios telle Europe1 ont analysé honnêtement tous ces manquements à la déontologie. Ouf il y a bien de vrais journalistes.

On est en droit d’aimer ou non Monsieur Mélenchon. On peut être ou ne pas être d’accord avec son programme. Pour autant, lorsqu’on est journaliste sur des chaines et des antennes nationales, a t’on le droit de se conduire de façon aussi malhonnête ? C'est quand même nous qui les payons.

 De là à penser que les gros salaires que touchent ces NCDG expliquent leurs grosses c .…ies, Il n’y a qu’un pas, car cela fait beaucoup a digérer en peu de temps. Je pense même que cela fait trop.

 Et je reviens à l’excellent film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat 

  « Les Nouveaux Chiens de Garde »

Michel Tresallet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report