Août 2020 - Profanation du mémorial d'Oradour sur Glane

Le chef de l’état crie au scandale, des ministres vont se déplacer sur les lieux du drame du 10 juin 1944, les médias s’offusquent … mais n’en parleront plus dans deux jours.

Effectivement, il y a de quoi réagir à de tels actes qui sont le fait de quelques voyous. Cependant, pour mieux comprendre, revenons 10 ans en arrière :

Octobre 2010, Robert Hébras un des derniers survivant du massacre d’Oradour a l’audace d’écrire : « Parmi les hommes de main, il y avait quelques Alsaciens enrôlés soi-disant de force dans les unités SS“ …“Je porterai à croire que ces enrôlés de force fussent tout simplement des volontaires“

Pour cette affirmation, L’ADEIF (Association des Evadés et Incorporés de Force) et son président Robert Hugel traduisent Robert devant un tribunal.

Ayant perdu en première instance ils font appel.

Hugel écrivait : « il faut faire appel. La suite ne pourra pas être plus insultante pour I'Alsace que le verdict du procès le 4 octobre. La question pécuniaire n'est qu'un détail: aucune guerre ne s'est jamais terminée par manque d'argent » (appel du 8/10/2010)

       C’est en définitive la cour de cassation qui va les débouter.

Déjà en 2007 j’affirmais dans mon livre “CAHIERS POUR LA MEMOIRE “

           «  On a beaucoup parlé, après la guerre, de ces jeunes Alsaciens enrôlés de force dans la Wehrmacht et même, paraît-il, dans les SS. Pour certains, l’obligation de s’enrôler est avérée. Pour d’autres, je suis sûr qu’ils ont rejoint les rangs des Waffen SS de leur plein gré, sinon avec enthousiasme. D’autres Français n’ont-ils pas formé la division SS “Charlemagne”? »

            Hugel, déjà lui, m’avait menacé de négationnisme : « Cela mériterait une accusation de négationnisme »

            Lorsqu’en 2010 j’ai pris la défense de Robert Hébras, Hugel encore lui, m’écrivait dans un courrier daté du 22/10/2010 : « Le verdict du 4/10 où Hébras a gagné va provoquer une réaction que vous ne pouvez imaginer !    Vous verrez !!! »     C'était prémonitoire

             Ce même Hugel défend avec acharnement deux Alsaciens, nazis notoires : Ch.Buch et Elimar Schneider qui ont participé au sein de la division “Das Reich“ à tous les crimes que celle-ci a perpétrés tout au long de son parcours depuis Montauban. (lettre du 22/10/2010) 

Alors que leur devoir était de soutenir Robert Hébras les  maires d’Oradour sur Glane et de Strasbourg avaient bassement temporisé.

         Raymond Frugier, à l’époque, maire d’Oradour avait osé écrire : « Il ne faudrait surtout pas remettre en cause 12 ans de réconciliation  … Il ne faut y voir aucune remise en cause de l’enrôlement de force des malgré-nous. ».

         Roland Ries, maire de Strasbourg lui répondait en écho : « La décision du tribunal ne va pas dans le bon sens, c'est-à-dire celui de la réconciliation entre nos deux provinces ».

Les deux anciens SS cités plus haut étaient bien des volontaires, leurs écrits d’après guerre en font preuve. Ils ne sont pas les seuls.

En dénonçant ces nazis, on “n’agresse“ pas ou on “n’insulte“ pas l’Alsace qui, je le rappelle aux représentants de l’ADEIF et à certaines personnalités politiques, est une province française et non pas un état indépendant.

Nous ne faisons pas l’amalgame entre des nazis et leur pays ou leur région d’origine.

Cependant, il est de notre devoir, à nous victimes ou descendants de victimes de la barbarie nazie, de dénoncer ces monstres qui osent relever la tête.

N’oublions pas aussi :

-  Le 9 mai 2016 à St Martin-Terressus (87) l’Etat autorise et sécurise un rassemblement nazi à 40 Km d’Oradour sur Glane.                                                                                                                                             - A la présidentielle de 2017, à Oradour sur Glane, le Front National fait 29,59% au deuxième tour .

Messieurs les politiques en laissant pourrir la situation, vous êtes seuls responsables des exactions qui se sont produites ce jour dans ce village Martyr

               Michel Trésallet fils de

     Louis Trésallet  Résistant – Déporté

                  Mort à Hersbrück                                                                        

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.