NON à l'antenne-relais à Blaison St Sulpice

Grâce à une organisation réglée au millimètre et à un ciel clément, notre "manifestation" de la vérité s'est très bien passée dans le respect des gestes barrières.

Cette manifestation était destinée à rétablir la vérité pour nos concitoyens de la commune de Blaison St Sulpice (49320) et des communes environnantes.
En effet certains habitants pensaient que l'affaire était entendue et que l'antenne serait montée sur le site des "Basses Arches", c'est à dire loin des habitations et ne défigurant pas les hameaux en co-visibilité de la Vallée de la Loire, hameaux classés ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) par l'UNESCO.

Notre hameau "La Touche" (du vieux français qui signifiait "un endroit où poussent les jeunes arbres) étant immédiatement "touché" par cette implantation, ses habitants sont partis en lutte pour faire déplacer cette antenne en un lieu ne détruisant pas la qualité de la vie, de nos paysages protégés et classés (inutile de dire les problèmes rencontrés lorsqu'il s'agit de repeindre les volets et d'être dans le ton défini par l'architecte des bâtiments de France !).

Dans l'attente des décisions de justice qui sont attendues, nous avons souhaité organiser, en accord avec les autorités, une manifestation qui se voulait festive et dans le respect des gestes barrières pour être en conformité avec la mode.
Tout s'est bien passé et un certain nombre de vérités ont été rectifiées, la presse a couvert l'évènement et FR3 nous a fait l'honneur du démarrage du JT de midi et du 19/20.
Au cas bien improbable où vous n'auriez pas eu la possibilité de voir le JT des Pays de la Loire du 21 septembre, nous en avons mis un court extrait sur YouTube que vous trouverez ici : https://youtu.be/Idk6pN3E3ks 

Certes il faut remonter le cours de l'histoire pour comprendre notre lutte contre le "pot de fer' :
- un Maire qui décide, sans en informer ses Conseillers, encore moins ses concitoyens, de signer un Arrêté permettant à un opérateur de planter son couteau au cœur d'un charmant hameau
- un Conseil Municipal qui découvre par l'entremise du Collectif que les habitants ont créé, l'Arrêté scélérat et qui le désapprouvent par 23 voix contre, une seule voix "pour" (devinez laquelle !)
- le Maire qui alors démissionne . . . démission acceptée par la Préfecture
- le Conseil Municipal et le nouveau Maire élu confirment la décision d'abandon du projet . . .
Un historique détaillé se trouve ici : Notre historique

Las ! La Loi Elan est passée par là et le nouveau maire ayant perdu le pouvoir de faire cesser ce scandale, le "pot de terre" perd la partie.
Le confinement passé, les hostilités reprennent et l'opérateur n'a de cesse que de conduire son projet à terme, alors que le Collectif n'a de cesse que de mettre le holà . . . Ça n'est pas facile.
Même l'architecte des bâtiments de France a perdu le pouvoir de s'opposer à de telles construction infâmes !

Il s'est créé un climat délétère dans la Commune, alors que, dans notre bourg millénaire, nous vivions en bonne atmosphère, certes plus à l'époque de la "lampe à huile", nous en avons besoin du réseau mobile, MAIS sans pour autant détruire ce paysage qui fait le ravissement des visiteurs que nous accueillons et qui nous a valu ce classement UNESCO.

Et puis, lorsque ces messieurs (devrais-je dire pour satisfaire à l'usage : "messieurs-dames" ?), appuieront sur le bouton 5G, nous pourrons nous préparer à rôtir tels des poulets à la broche, l'antenne située à 60 mètres de la première maison, va transformer notre hameau en un véritable four à micro-ondes (ben oui, la 5G c'est de la très-très haute fréquence, donc des ondes très-très courtes, pulsées, comme dans votre four  . . .), mais ça, c'est un autre sujet de discussion, ça dépasse les experts français . . . on en reparlera dans quelques année, comme l'amiante, c'était si bien l'amiante, vous avez vu le résultat . . .!
Entre-temps notre patrimoine immobilier aura perdu 20 à 30% de sa valeur, voire sera invendable, on ne sera plus là pour le voir, nos enfants comprendront alors la connerie de leurs ainés. 

Je ne vais pas terminer ce billet sur une note pessimiste !
Nous croyons en la Justice et avons les bons arguments pour nous faire entendre, nous continuons la lutte, nous tenons bon.
Un mot d'encouragement nous fera plaisir, peut-être un soutien ?

Et comme disait le poète :

.../...
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.

Michèle Bruny, Présidente de l'APPdH

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.