michelgueritte

Militant antinucléaire

VILLE-SUR-TERRE - 10200 - Aube - Champagne-Ardenne - Région Grand-Est - FRANCE

Sa biographie
Portrait par un journaliste de l'Est-Eclair Michel GUERITTE : Le réactif nucléaire. Sa grande carcasse se plie pour s’asseoir à son bureau. Ses longues mains caressent l’ordinateur posé devant lui. » Un outil génial et indispensable, Internet . On trouve tout ce que l’on veut quand on sait chercher ». Le trublion de l’Aube, comme l’a nommé la presse, est un habitué des coups d’éclats et n’hésite pas à secouer le landernau pour faire passer son message. Ce qui lui a valu une condamnation à 3 mois de prison avec sursis, et quelques milliers d'euros. Il marque le coup. » Cela doit être terrible d’être derrière les barreaux ». Pourtant, ce natif de Ville-sur-Terre, n’a pas vraiment prit le chemin du militantisme actif d’entrée. "Je suis allé à la communale du village et comme je savais déjà lire et écrire, j’ai sauté plusieurs classes. Ensuite, je suis parti à Reims où j’ai reçu l’enseignement des jésuites. C'est comme 10 ans de prison où l’on apprend à souffrir et à fermer sa gueule. " Déjà, là bas il était trublion et revendiquait la liberté d’expression. C’est Paris ensuite et une école d’ingénieur en informatique et électronique.  "Mais mon rêve était de faire du cinéma. Je voulais entrer à l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques)." Il filme les pavés de mai 68 et décroche son diplôme en 1969. L’audiovisuel institutionnel commençait à naître. Après 6 mois de salaires dans une société de communication qui bossait essentiellement pour Renault, il monte sa boîte sur Paris. Cela fonctionne tout de suite et il bossera comme une bête jusqu'à la retraite : "Je connais bien le langage de la communication, l’audiovisuel et l’événementiel. Je sais lire entre les lignes. J’ai appris durant 40 ans » Il revient alors dans son village pour s’occuper de sa mère en fin de vie. " A l’époque, pour moi, le nucléaire et l’ANDRA faisaient partie du paysage". C’est la naissance de deux petits neveux malformés qui commence à le questionner. Il fouille, interroge, compare, questionne, cherche à comprendre et ne se contente pas des messages sibyllins, type : "C'est de la faute à pas d'chance !".  "La communication sur la catastrophe de Tchernobyl et la banalisation du nucléaire sont catastrophiques. Le mensonge nucléaire est insupportable." Le militant actif était né. Il participe à tous les colloques possible, assiste aux conventions, aux conférences scientifiques, il a des contacts à l'étranger. Son ordinateur et son site internet deviennent un véritable centre de documentation sur les dangers du nucléaire. "J’ai des DVD, des livres, des études épidémiologiques, des entrevues avec des professeurs de médecine, des archives sur le sujet, en pagaille. Il est difficile de me faire avaler des couleuvres. Je continue et continuerai à dénoncer les méfaits du nucléaire à tous les niveaux." Ses convictions sont intactes. La presse nationale s’intéresse à lui et il devient une figure des anti-nucléaires dans l’Aube... et plus loin au désespoir de quelques uns des siens.» Je reçois maintenant dans mes boîtes à lettres et à mails des informations sans que je les demande. On vient me solliciter. Je pense qu’il y a une prise de conscience que l’argent ne fait pas tout, et que c’est notre avenir qui est en jeu. Il faut passer au plan politique maintenant, et c’est pour cela aussi que je me présente régulièrement aux élections, pour avoir une tribune. "Des campagnes d'information antinucléaire payées par l'Etat, génial, non ?" Seuls la communication, la prise de responsabilités donc le pouvoir politique peuvent faire changer les choses ». P-J S.
Son blog
6 abonnés Le blog de michelgueritte
  • 7 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 7 contacts

contacts