Farsi 1, la chaîne de télévision qui inquiète le régime iranien.

Crée il y a à peine un an par le magnat des médias RupertMurdoch, la chaîne Farsi1 connaît une réussite fulgurante, au grand dam des autorités iraniennes qui voient ce succès avec une certaine inquiétude.

Crée il y a à peine un an par le magnat des médias RupertMurdoch, la chaîne Farsi1 connaît une réussite fulgurante, au grand dam des autorités iraniennes qui voient ce succès avec une certaine inquiétude.

 

Basée à Dubaï, Farsi1 fait figure d’ovni dans le paysage médiatique iranien. Proposant des programmes essentiellement tournés vers le divertissement, la chaine s’est rapidement imposée dans les foyers iraniens et ses émissions sont aujourd’hui suivies par près de 35 millions de téléspectateurs, soit la moitié de la population totale iranienne. Comment expliquer un tel succès ? La réussite de la chaîne tient à un pari fou : diffuser les grandes séries américaines doublées en persan. Les séries 24 heures Chronos, Prison Break ou encore How I met your mother, diffusées par la chaîne, rythment désormais les journées des iraniens qui suivent avec assiduité les aventures de leurs héros favoris. Avec son lot de séries mélodramatiques à l’eau de rose et de programmes musicaux, farsi1 offre aux iraniens une fenêtre sur le monde occidental, contribuant doucement à l’évolution des modes de vie, si bien que dans rues iraniennes de plus en plus de femmes s’habillent et se coiffent comme les actrices occidentales.

Il n’en fallait pas plus pour susciter l’inquiétude desautorités iraniennes qui voient d’un mauvais œil la popularité croissante de la chaîne, considérée comme la preuve par l"image de l’intrusion occidentale en Iran. Si le régime désapprouve les programmes de Farsi1, il n’est pas encore parvenu à en limiter l’influence, qui ne cesse de croître depuis bientôt un an.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.