micromegas
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2013

Crédit Agricole/BNI Madagascar : insoutenable légèreté ou inavouable vérité ?

micromegas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’Affaire de la vente de la participation majoritaire (51%) du Crédit Agricole dans la BNI -Première Banque de Madagascar- déjà plusieurs fois évoquée dans les colonnes de MEDIAPART, ce qui frappe le plus, lorsqu’on prend un peu de recul, ce ne sont pas les pressions intéressées du pouvoir de Transition sur la probité duquel plus personne n’a de doute, c’est l’attitude du Crédit Agricole.On peut évoquer, comme l’a fait Laurent Mauduit (re Article MEDIAPART du 21 septembre sur 'l’insoutenable légèreté du Crédit Agricole" ), 'l’insoutenable légèreté" de cette banque qui n’a procédé à aucun appel d’offres et mentionné aucune exigence préalable, comme par exemple la nécessité pour le moins d’avoir 2 offres concurrentes ou un réseau bancaire parmi les propositions qui pourraient lui être faites. Qui a ensuite accepté une offre de la part d’un consortium sans réel opérateur bancaire si ce n’est un acteur mineur du marché Mauricien pour finalement avaliser un consortium sans opérateur du tout composé d’un sucrier reconverti dans le textile et d’un développeur immobilier à la réputation sulfureuse. Cette première entorse a une déontologie 'basique", consistant pour une grande banque internationale à passer la main à un operateur bancaire, ayant été bafouée, le fait de fermer les yeux sur les conditions dans lesquelles ont été obtenues les autorisations du régulateur local (CSBF) permettant à ce consortium rapidement constitué, poussé par un pouvoir de transition intéressé financièrement, de finaliser son deal avant les élections, constitue une seconde entorse encore plus importante aux règles qui régissent ce type de transaction.Le Crédit Agricole a beau se retrancher derrière le fait que toutes les règles ont été (en apparence) respectées et le pouvoir de transition affirmer qu’il ne s’agit que d’une transaction entre 'parties privées' pour mieux se défausser, tout ceci ne trompe personne : ces autorisations ont bien été obtenues sous fortes pressions, financièrement intéressées. De surcroît, comme nous l’avons écrit, au vu et au su de tous à Madagascar. A commencer par le Crédit Agricole lui même! Car s’il était à la rigueur plausible de défendre la naïveté ou le manque de professionnalisme du Crédit Agricole au début du processus de vente, le bruit fait autour des conditions quasi mafieuses dont ces autorisations ont été obtenues et les remarques formulées par le régulateur et le pauvre Gouverneur (soudainement décédé) sur le manque de qualification des repreneurs proposés pour diriger la première banque de Madagascar, auraient dû depuis longtemps les déniaiser...Tout groupe de dimension ou d’ambition internationale, placé dans des conditions similaires, trop conscient de l’impact de ces éléments sur sa réputation et son image pour une transaction affectant aussi peu son résultat (0,1% de son PNB) aurait depuis fort longtemps pris ses distances avec la proposition qui lui était faite. Et déclaré publiquement son désir de ne ré-examiner de nouvelles offres concurrentes, en pleine transparence, qu’après l’installation d’un pouvoir démocratiquement élu et munies d’un opérateur bancaire de taille pour le moins régional, pour faire taire toute critique à son endroit. Eh bien non! Les oppositions et réactions qui se sont manifestées à Madagascar comme en France sur cette transaction ne semblent en rien avoir entamé la détermination de nos banquiers à aller de l’avant. Dieu sait pourtant si leur image s’est pourtant fortement dégradée depuis quelques semaines! Eh bien non ! Réfugié derrière une stratégie 'communication ' visant à faire le dos rond et laisser passer l’orage qui finira bien par se calmer, ces messieurs mettent la dernière main à leur vente douteuse. On pourrait comprendre la légèreté, sans l’excuser pour autant, mais là, nous avons à faire à un singulier entêtement ... à l’opposé de tout bon sens!Alors ? Naif ? Léger ?Ce serait faire trop d’injure à ces banquiers que de les prendre pour des incompétents qui n’ont pas compris que le prix qu’ils paient pour cette transaction en matière de réputation est déjà trop élevé. Ce serait mal les juger que de les prendre pour des naïfs, qu’ils ne sont pas !Mais alors, il doit donc bien avoir une raison fortement impérieuse pour s’entêter à vouloir conclure à tout prix et au plus vite, c’est à dire avant les élections! Sait on jamais, malgré l’argent qui se déverse sur les candidats 'amis', le suffrage populaire pourrait peut être réserver quelques surprises désagréables ! ...Quelle que soit cette raison impérieuse qui motive le Crédit Agricole à réaliser cette transaction, dont l’impact sur ses résultats sera anecdotique, il doit savoir que nous finirons par la connaître, car nous la devinons honteuse. Certains pourraient évoquer demain au titre des biens 'mal acquis' par une poignée d’affairistes malgaches la complicité de cet établissement dans cette transaction : qu’ils sachent que nous nous tenons à leur disposition pour leur donner toutes les informations dont nous disposons. D’autres pourraient enfin révéler la véritable raison, forcement honteuse avons nous dit, qui pousse le Crédit Agricole à vouloir réaliser cette transaction en dépit du prix 'hors norme' qu'elle coûte à sa réputation internationale : qu’ils sachent que nous les soutiendrons dans cette quête jusqu'à ce qu’une lumière totale soit faite sur cette affaire scabreuse. Nous le ferons pour le Crédit Agricole qui mérite mieux que cela et s’est trop manifestement fourvoyé, mais aussi pour le peuple Malgache qui ne mérite pas d’être victime de ce 'Hold-Up'. Nous le ferons enfin pour l’image de la France à Madagascar qui mérite aussi mieux que d’être livré à quelques individus peu scrupuleux ...et certainement pas d’être associé à l’accusation malheureusement trop souvent exacte d’être complice du pillage des richesses de ce si beau pays!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart