micromegas
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 oct. 2013

BNI Madagascar/Credit Agricole : Les jeux sont faits! Silence, rien ne va plus!

Alors qu’un imposant silence s’est abattu sur l’opération de rachat de la part majoritaire (51 %) de la BNI détenue par le Crédit Agricole et que la campagne électorale bat son plein sur d’innombrables sujets souvent mineurs, les jeux sont faits.

micromegas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu’un imposant silence s’est abattu sur l’opération de rachat de la part majoritaire (51 %) de la BNI détenue par le Crédit Agricole et que la campagne électorale bat son plein sur d’innombrables sujets souvent mineurs, les jeux sont faits. «Silence! Rien ne va plus», comme disent les courtiers de Casino. Le Casino, c’est Madagascar, et c’est la BNI que l’on joue à la roulette! En effet,le Crédit Agricole, certes désireux de vendre,avait de multiples façons de sortir honorablement de cette transaction s’il l’avait voulu. Soit en invoquant des critères techniques et ne répondant pas favorablement aux conditions suspensives posées par le précédent Gouverneur avant de mourir: La disposition du personnel expatrié et de la direction pour une période de minimum 2 ans ainsi que la confirmation des lettres de crédit pendant la même durée de temps. Pour ne pas être très honorable, cette attitude avait le mérite de ne froisser personne et de remettre la vente à plus tard. Au fond, comme nous l’avons déjà dit, l’insignifiance du montant de la transaction par rapport au PNB du Crédit agricole, ne justifiait en rien l’urgence. L’autre attitude plus simple, plus franche et plus conforme à la «compliance» d’un grand groupe international aurait été de prendre ses distances vis à vis d’une transaction dont tout, vraiment tout, est de nature à éveiller les soupçons d’une «compliance» basique. Aucune de ces voix n’a été choisie et c’est vers un accord que l’on s’achemine, malgré l’opposition que cette transaction a suscité à Madagascar comme en France et les relents quasi mafieux de ce ragout. Cette fois, pour ceux qui (ils sont peu nombreux ) pouvaient encore douter de l’implication du Crédit Agricole aux cotés du consortium repreneur dans une communauté d’intérêts communs bien compris, les choses sont maintenant claires: Les malversations qui ont permis cette transaction ont été validées par les plus hautes instances de la Banque. Tout étant probablement bouclé et l’encre des accords probablement déjà sèche, pourquoi un tel silence? C’est que nos banquiers et leurs comparses ont certainement le souci que tout soit fait selon les «règles» afin de sauvegarder toutes les apparences qui feront le miel des communiqués de presse insipides de demain. Pour « sauver les apparences», il semble un peu cavalier aux acteurs de cette pièce minable d’annoncer cet accord au bon peuple grugé avant les élections d’un président démocratiquement élu.Cela ferait " désordre " et l'évidence de la combine n'en serait que plus transparente . Que n’irait on pas penser , font ils semblant de s’émouvoir ... Oui que n’irait on pas penser en effet , si ce n’est l’évidence, c’est à dire qu’il faut impérativement, pour des raisons maintes fois expliquées dans nos précédents articles, que la transaction soit bouclée AVANT l’élection. C’est apparement chose faite. Mais de là à l’annoncer... le courage leur manque. D’où le silence actuel qui est le fruit d’un véritable dilemme: Annoncer c’est affronter la critique en pleine campagne électorale. Ne pas annoncer c’est plus discret et conforme à la mentalité de ces Messieurs, mais le personnel et les partenaires de la BNI ne peuvent rester indéfiniment dans l’expectative. Il y a fort à parier que les équipes de communication des différents acteurs ont du être âprement sollicitées ces dernières semaines pour trouver la parade et sont encore au travail à l’heure où s’écrivent ces lignes. C’est que le temps presse et le premier tour est déjà annoncé pour vendredi 25 octobre! Le pouvoir de Transition directement ( et comment ! ) intéressé à cette transaction n’a donc plus que quelques semaines d’existence! Alors osons un pronostic et gageons que l’annonce sera faite AVANT l’annonce des résultats du premier tour, tant qu’on est encore dans l’illusion que le candidat « officiel» pourra encore l’emporter, c’est à dire au plus tard début novembre. Le faire après serait trop risqué pour ces messieurs et pourrait faire de cette affaire un des enjeux du second tour en perturbant très fortement l’avenir des nouveaux actionnaires... Quant à l’annoncer après n’est concevable que si les élections se passent bien pour nos amis : c’est un risque dont nous avons dit depuis le début qu’ils ne souhaitaient pas le prendre. A terme, à n’en pas douter, les Malgaches sauront faire droit à cette vilenie qui leur a été faite: Ce n’est qu’une question de temps. Les nouveaux actionnaires ont légitimement quelque souci à se faire pour leur investissement dans BNI et leurs actifs à Madagascar. Mais il restera cette interrogation lancinante concernant le Crédit Agricole et son acharnement à mener, envers et contre tout, cette transaction à sa fin: Pourquoi? Le temps n’est pas loin, espérons le, où seront levés les véritables mobiles d’une telle opération, dont les commanditaires sont probablement et malheureusement en France, et dont nous avons dit depuis l’origine qu’ils étaient suspects.Je ne sais pas si le «bon sens » a de l’avenir comme le dit le slogan du Crédit Agricole, mais ce que nous pouvons vous assurer, chers lecteurs, c’est que ceux qui ont présidé à cette opération n’en auront plus beaucoup lorsque la vérité aura éclaté au grand jour. Nous y veillerons depuis Sirius afin que justement le «bon sens»n’ai pas toujours «bon dos»...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre