micromegas
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2013

Crédit Agricole/BNI Madagascar : Bon appétit Messieurs les Banquiers !

La vente de la participation (51%) du Crédit Agricole dans la BNI -première Banque de Madagascar- à un consortium improbable sans aucune référence bancaire, composé d’un sucrier Mauricien reconverti dans le textile et d’un développeur immobilier à la réputation sulfureuse, grâce à l’appui du président de la Haute Autorité de Transition (non élu) comme de ses protégés visiblement intéressés financièrement à l’affaire, n’est à priori pas encore finalisée.

micromegas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La vente de la participation (51%) du Crédit Agricole dans la BNI -première Banque de Madagascar- à un consortium improbable sans aucune référence bancaire, composé d’un sucrier Mauricien reconverti dans le textile et d’un développeur immobilier à la réputation sulfureuse, grâce à l’appui du président de la Haute Autorité de Transition (non élu) comme de ses protégés visiblement intéressés financièrement à l’affaire, n’est à priori pas encore finalisée.

Du moins officiellement. Nous en sommes proches néanmoins, la balle restant dans les faits dans les mains du vendeur (Crédit Agricole). C’est tout à l’honneur de MEDIAPART d’avoir révélé depuis quelques semaines (re articles de Philippe Divay sur le Blog) les dessous de cette transaction scabreuse, de surcroît entachée de la mort subite du Gouverneur de la Banque Centrale s’opposant à ce «hold-up». En effet, comment qualifier autrement la vente forcée avant les élections, par une autorité politique corrompue, d’un fleuron bancaire Malgache (dont l’Etat est actionnaire au hauteur de 34%) à une association de deux investisseurs sans expérience bancaire (ou si peu) qui ne pourront en conséquence empêcher des conséquences négatives en cascade sur l’économie du pays?

Comment expliquer cette pression sur les acteurs et cette hâte à boucler cette transaction avant les élections si ce n’est par l’utilisation d’une «fenêtre d’opportunité» crée par la malléabilité intéressée du pouvoir, décidé avant de céder la place, à s’en mettre «plein les poches» (les exemples abondent depuis 4 ans) au mépris des intérêts à long terme du peuple Malgache ?

A ce stade il nous faut être précis. Il n’est nullement question ici de remettre en cause ni de discuter la décision de la vente de la participation du Crédit Agricole dans cette banque Malgache qui n’appartient qu’à elle. BNP Paribas a fait de même récemment. Néanmoins, on ne cède pas une banque comme n’importe quel actif, dans la mesure où cette cession a des répercutions, quel que soit le pays, sur l’économie du pays de l’établissement concerné. Le régulateur doit donner son aval. Les grands établissements internationaux qui procèdent à ce type de cessions après avoir été longuement présents dans le pays qu’ils quittent, mettent généralement un point d’honneur à partir dans des conditions les plus dignes possible, ne serait ce que pour éviter de froisser l’Etat de ce pays et éviter d'etre durablement taxé d’avoir eu un comportement de voyou irresponsable. Nous sommes précisément dans ce cas. Et cet aval des autorités de régulation, est bien une des conditions suspensives formulées par le Crédit Agricole, pour valider l’offre qui lui a été faite. Mais là où le bas blesse c’est dans les conditions particulièrement violentes et extrêmement douteuses pour ne pas dire plus, dont cette autorisation est en passe d’être obtenue, provoquant (accidentellement) la mort du Gouverneur de la Banque Centrale censé représenter le dit régulateur! La chose est peut être courante me direz vous mais très rarement aussi violente et toujours secrète. Ici, l’extraordinaire, c’est que tout le monde sait et connaît la nature des pressions exercées sur la commission bancaire (CSBF) et le pauvre Gouverneur, les défauts évidents du consortium de reprise (pas d’operateur bancaire) ainsi que l’intérêt pécuniaire des autorités politiques qui ont exercé les pressions comme des repreneurs qui ont probablement décelé dans le bilan de l’établissement quelques pépites qui, vendues, rendront l’affaire plus juteuse encore qu’il n’y paraît. Tout le monde sait! Ce "hold-up" se réalise au vu et au su de tous !

Parfaitement informé de toutes ces tractations dans la mesure où il est le vendeur, le Crédit Agricole dont le silence était assourdissant depuis quelques semaines, contacté par Laurent Mauduit (voir article du 21 septembre L’insoutenable légèreté du Crédit Agricole), s’est autorisé un communiqué insipide dans lequel il se retranche derrière les régulations nationales et internationales (nul doute qu’elles seront respectées à la lettre), la pseudo implication rassurante de la Banque Mondiale (elle cède également une petite participation dans cette Banque mais n’a bien sur pas les même obligations, étant minoritaire) tout en suggérant fortement que les «bruits» entourant cette transaction pourraient bien être dûs à la Campagne électorale actuellement en cours... Fermez le ban! Circulez, il n’y a rien à voir!

Il est à parier que la stratégie du dos rond et de l’enfumage est à l’œuvre pour permettre au Crédit Agricole de boucler tranquillement son opération, mettant ainsi un point d’orgue à sa stratégie de repli du continent africain, entamé depuis quelques années. Cette stratégie de «non communication» -espérant que le soufflé ne retombe de lui même- ne trompe personne. Elle est indigne d’un grand établissement bancaire et des règles de transparence qu’il se targue d’afficher. Alors que les choses soient claires. Si d’aventure, comme tout le laisse à penser, cette vente avec les acheteurs actuels déclarés allait à son terme, il ne saurait être question pour le Crédit Agricole de dire ensuite qu’il «ne savait pas» et ignorait les conditions d’obtention des accords demandés! Ce sera pleinement conscient des conditions nauséabondes et quasi mafieuses dont ces autorisations ont été obtenues et averti de l’inexpérience des repreneurs comme des conditions difficiles dont cet établissement pourra remplir à terme sa mission dans l’économie Malgache que cette Banque «responsable» affichant les plus beaux principes de respectabilité et d’acteur du développement, aura procédé à sa vente, se faisant ainsi volontairement complice de telles pratiques dont elle aura tiré profit.

Nous ne pouvons qu’en tirer tristement la conclusion qu’il faut que l’honneur de Madagascar, accessoirement celui de la France à Madagascar, et la réputation de cette grande Banque internationale aux principes fondateurs si respectables aient pesé de bien peu de poids, pour ne pas avoir immédiatement pris des distances avec de telles pratiques risquant par la même de conserver durablement cette tâche infamante indélébile que tout effort de «communication» à l’avenir tentera vainement de faire oublier! Le prix de cette attitude la disqualifiant définitivement de toute respectabilité? celui de la transaction, soit 25 M Vingt cinq millions ) d’Euros sur un produit net bancaire affiché au premier semestre 2013 du groupe Crédit Agricole de 15,2 milliards d’Euros!... La cupidité n’a pas de limite.

Bon appétit Messieurs les Banquiers !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica