migreurop
observatoire des frontières
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juil. 2015

Guerre aux migrants : l'arme de l'externalisation

Au Conseil JAI (Justice et Affaires Intérieures) des 12 et 13 mars 2015 les ministres de l'Intérieur des Etats-membres de l'UE sont convenus de renforcer la coopération avec les pays tiers en vue d'une gestion efficace des flux migratoires : ainsi l'UE ne fait que poursuivre la politique d'externalisation entamée au début des années 2000.

migreurop
observatoire des frontières
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Conseil JAI (Justice et Affaires Intérieures) des 12 et 13 mars 2015 les ministres de l'Intérieur des Etats-membres de l'UE sont convenus de renforcer la coopération avec les pays tiers en vue d'une gestion efficace des flux migratoires : ainsi l'UE ne fait que poursuivre la politique d'externalisation entamée au début des années 2000.

© 

Parmi les autres résultats du Conseil : il importe également de renforcer la surveillance aux frontières extérieures et d'augmenter les ressources et les capacités opérationnelles de Frontex. Les ministres ont également insisté sur le fait que, pour protéger les migrants et leur sauver la vie, la lutte contre les réseaux criminels de passeurs et de trafiquants devait rester une priorité.

Le renforcement de la coopération (en novlangue européenne capacity building) signifie formation des polices, construction de camps d'enfermement, contrôles aux frontières. En bref, à coup de subsides, l'UE et ses Etats-membres se déchargent sur des pays tiers, souvent des dictatures, des obligations qui leur incombent en vertus des grands textes de protection des droits de l'homme dont ils sont signataires.

Cette annonce de coopération a pu être prise comme une nouveauté de la politique migratoire européenne : il n'en est rien, l'UE ne fait que poursuivre la politique d'externalisation entamée au début des années 2000.
Euphémisme venu de la sphère économique pour moderniser et valoriser les vieilles pratiques de sous-traitance, l'externalisation dans le domaine des politiques d’asile et d’immigration suit une quadruple logique : délocaliser, sous-traiter, privatiser, déresponsabiliser.
Corollaire : le business du contrôle des frontières par l'industrie privée (lire Xénophobie Business, Claire Rodier, La Découverte, 2012)
En 2001, la Commission commande une étude sur « l’examen des demandes d’asile à l’extérieur de l’Union » (Étude de faisabilité réalisée par le Danish center for human rights et le Danish refugee council). Cette étude remise en décembre 2002 recommande que les États membres envisagent des « modes d’entrées protégées » qui soient « complémentaires » des régimes d’asile existants.
En 2003, la Commission publie une communication sur la politique commune d’asile Vers une procédure d’asile commune et un statut uniforme, valide dans toute l’Union, pour les personnes obtenant l’asile (COM(2000)755 final). Selon elle, « la crise du système d’asile est de plus en plus évidente et un malaise grandissant est ressenti par l’opinion publique ». Elle cite « un gonflement des flux composés à la fois de personnes ayant légitimement besoin d’une protection internationale et de migrants utilisant les voies et les procédures d’asile pour accéder au territoire des États membres [...] Ce phénomène constitue une menace réelle pour l’institution de l’asile ». Il apparaît nécessaire d’envisager de « mieux investir les importants moyens humains et financiers » et parmi les objectifs figure « la consolidation de l’offre de protection dans la région d’origine ».

Cette communication de 2003 est une réponse à un projet de février 2003 de Tony Blair, alors premier ministre anglais, intitulé UK New Vision for refugees, et à une une correspondance officielle du 10 mars 2003 de Tony Blair à Costas Simitis (à l’époque président grec en exercice de l’Union Européenne) intitulée New international approches to asylum processing and protection, à lire en anglais et en traduction française
Contre ces projets, migreurop lance en 2004 un Appel européen Contre la création de camps aux frontières de l’Europe
A l'été 2004, relance d'un projet italo-allemand d’établissement de camps en Afrique du Nord. Même si, au G5 de Florence (17-18 octobre 2004), aucun accord n’est atteint sur ce projet, il s’agit là d’un saut qualitatif extrêmement grave : les institutions européennes ont intégré et fait accepter l’idée que les camps externalisés sont un instrument de la politique d’asile, qui n’est plus conçue, à l’instar des politiques d’entrée-séjour, que comme un outil de gestion policière et utilitariste des flux migratoires. D'autant que dans la foulée la Libye voit lever les différents embargos qui la sanctionnent et devient un partenaire obligé et privilégié de la guerre aux migrants : l’Italie négocie avec le gouvernement du colonel Kadhafi les moyens d’arrêter et de refouler les migrants africains en transit par la Libye, et les envoyés des Etats-membres se précipitent à Tripoli, tout comme les industriels.

Le 28 novembre 2014 est lancé le processus de Khartoum, qui a pour objectif la « gestion des routes migratoires en provenance de la Corne de l’Afrique » ; à cette réunion participent, en plus des 28 Etats-membres de l’UE, la Libye, l’Égypte, le Soudan, le Sud Soudan, l’Éthiopie, l’Érythrée, Djibouti, la Somalie, le Kenya, la Tunisie, pays qui pour la plupart n’offrent aucune garantie concernant les droits de l’homme voire, comme en Érythrée ou au Soudan, sont dirigés par des dictatures sanguinaires.
Le processus de Khartoum doit se concentrer, d’après le gouvernement italien, sur un thème de « grande urgence » : la lutte contre le trafic des migrants (smuggling) et la traite (trafficking). Il pourra par la suite impliquer d’autres thèmes, en cohérence avec les priorités de l’UE (migration régulière, migration irrégulière, migration et développement et protection internationale).

On retrouve le processus d’externalisation lancé au début des années 2000 : arrêter les exilés en instituant des camps dans les pays de transit aux régimes souvent dictatoriaux. Même si quelques mois plus tard Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen chargé de ce dossier, affirme que « nous ne devons pas être naïfs. Le fait que nous coopérions avec des régimes dictatoriaux ne signifie pas que nous les légitimions. Mais nous devons coopérer là où nous avons décidé de lutter contre la contrebande et la traite des êtres humains » (AFP, 14 mars 2015).
Pour plus de détails sur les projets et leur mise en oeuvre 


Des analyses

Oui, nous sommes depuis longtemps dans un contexte de guerre aux migrants et l'externalisation en est l'une des armes.
PS : On s'indigne à juste titre d'accords passés avec des dictatures qui foulent aux pieds les droits de l'homme et ne sont signataires d'aucuns des grands textes fondateurs de l'UE et de ses Etats-membres. On rappellera que la France, l'Italie et d'autres Etats-membres sont souvent condamnés par la CEDH pour traitements inhumains et dégradants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart