CELEBRATIONS du 8 MAI - ACTUALITE DES RESISTANCES

Reprise de blog après les années qui ont suivi Nuit Debout, paralysé la vie politique avec la Présidentielle, contribué à l'éclatement de la plupart des organisations politiques à gauche. Objectif : ne pas se résigner, ne plus se laisser abuser, participer à toutes les tentatives pour recréer à gauche un espace commun politique qui ne se replie pas sur lui-même et ne reproduise pas du sectarisme.

8 MAI - ALERTE RESISTANCE – DIRE NON AUJOURD’HUI PLUS QUE JAMAIS !
Je ne m’exprime que rarement en mon nom propre, me contentant de relayer et d’accompagner les informations, témoignages et riches contributions qui se sont multipliés ces derniers mois. Je ne suis qu’un citoyen comme les autres ; engagé fortement à gauche sans appartenir à une organisation. J’avais à peine un an le jour de la libération de Paris, ma mère me tenait à bout de bras sur les Champs-Élysées en juin 1945.
Si j’écris ce mot aujourd’hui, c’est que je me sens d’abord triste de la situation de la France, ce jour où on célèbre la mémoire de beaucoup de ceux qui se sont sacrifiés pour qu’elle se libère et retrouve sa dignité et son intégrité. Triste de la montée de l’extrême droite, triste de l’emprise exercée sur le pays par un pouvoir cynique, ultralibéral, autoritaire, au service de la caste d’une poignée de privilégiés, ultra-riches, prêts à tout pour conserver et développer leur empire et leurs privilèges. 
Malgré les scandales, les excès, la malhonnêteté fiscale, écologique, sociale et politique, le pouvoir en place continue à faire de la surenchère sur le plan de la communication pour que la colère et la révolte soulevées largement dans le pays cessent et soient renvoyées aux oubliettes de l’histoire des dominants. Des sommets d’hypocrisie chez ceux qui se succèdent pour « célébrer », alors qu’ils n’ont fait preuve que de mépris face aux aspirations populaires, de violences et de mensonges face au courage de ceux qui sont descendus dans la rue et sur les ronds-points pour montrer qu’ils existaient, qu’ils ne se laisseraient pas intimider et écraser. 
J’ai honte aujourd’hui de vivre un temps politique où ceux qui seraient censés relever le défi de l’émancipation en ces temps troublés et menaçants, continuent à se diviser pour préserver des chapelles, des postes et de petites influences. 
J’espère toujours, pour tous ceux qui souffrent des injustices qui n’ont fait que s’exacerber, pour tous les militants et acteurs de tous les jours qui essaient de préserver l’espérance, la fraternité et des territoires de liberté, pour mes enfants et petits-enfants et évidemment tous les autres ; j’espère – car c’est aussi le sens de l’histoire – que les masques tomberont et que tous ces inconnu(e)s qui sont redevenus visibles à l’occasion des mouvements récents, qui ont pu s’exprimer, exister publiquement, connaitront justice, réparation et reconnaissance. Plus que jamais nous avons un devoir de mobilisation, de résistance et d’action pour que le règne des Benalla, Castaner et Macron cesse une bonne fois pour toutes, sans que cela signe pour autant l’arrivée de l’extrême-droite. Importance de refaire lien avec la majorité de français ayant senti qu'avec le mouvement des Gilets Jaunes, une aspiration à plus de justice émergeait et pourrait ouvrir - après les simulacres successifs de débat "national" puis aujourd'hui des européennes - à la construction d'un nouvel espace politique d'opposition au pouvoir autoritaire-libéral au pouvoir.
Je rassure mes ami(e)s, ceci n’est pas un testament, mais un nouveau point de départ.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.